> Fujitsu lance l'ordinateur pour femmes et surfe sur les clichés

mardi 23 octobre 2012

Fujitsu lance l'ordinateur pour femmes et surfe sur les clichés



En septembre dernier, je vous avais parlé de la souris pour femme, avec ombre à paupières intégrée, qui s’était révélée être finalement un fake.

Aujourd’hui, je tombe sur un objet technologique encore plus sexiste et ridicule et qui n’a, lui, malheureusement, rien d’une blague.

L’ordinateur pour femme, de la très sérieuse marque Fujitsu, sera ainsi lancé le 2 novembre au Japon sous le poétique nom de « Floral kiss » (« baiser floral », qui fait d'ailleurs davantage penser à une marque de papier toilette ou de déodorant qu’à un ordinateur).

Le communiqué de presse nous apprend qu’il peut s’ouvrir facilement, « même pour celles qui portent des ongles longs ». Le design a été pensé selon une vision très girly de l’utilisatrice féminine: liseré doré autour de chaque touche, pierre « effet diamant », perle en guise de bouton de démarrage. L’adaptateur et la souris permettent d’ « être maniés facilement par tous les utilisateurs » (sous-entendu, même par les femmes qui ont 2 mains gauches). Et bien sûr il a été pensé en 3 couleurs : « Blanc élégant » « Rose féminin » et « marron luxueux ».


Vous trouvez que les fonctionnalités ont été oubliées dans ce descriptif ? Mais non voyons, on y apprend à la fin que le PC intégrera par défaut un logiciel de scrapbooking et une application horoscope. Comment ça, ce n’est pas ce que vous demandiez ? Difficile de vous en dire plus, les caractéristiques techniques ne représentant que 3 lignes sur les 56 lignes du communiqué de presse.

Vous trouvez que c’est sexiste ? Accusation infondée, cet ordinateur a été développé par des femmes ! (la bonne vieille excuse pour nous vendre les pires idioties sexistes).

En conclusion, les clichés au sujet des femmes et de la technologie ont encore la peau dure, alors même qu’elles représentent un acheteur d’ordinateur sur 2.

Et, question cliché, ce n’est pas Stéphane Le Foll, notre ministre de l’agriculture qui me contredira, lui qui déclarait récemment à l’Express : avoir recruté des femmes «bien que (le)s dossiers soient très techniques».