vendredi 21 novembre 2014

J'ai vu "Tiens-toi droite" de Katia Lewkowicz (+ concours pour gagner 10 places de cinéma)



Il y a quelques mois,  la réalisatrice Audrey Dana se défendait d’avoir voulu faire un film féministe avec « Sous les jupes des filles », comme s’il s’agissait d’un gros mot.

Lundi dernier, j’ai été conviée à l’avant-première du film de Katia Lewkowicz « Tiens-toi droite », suivi d’un débat avec la réalisatrice.

Symptôme vivifiant d’un changement de mentalité, celle-ci assume pleinement le fait d’avoir voulu réaliser un film féministe.  « Tiens-toi droite » passe d’ailleurs haut la main le test de Bechdel : il comporte au moins deux personnages féminins identifiables par un nom, ces femmes se parlent et discutent d’autre chose que d’un homme. Plutôt enthousiasmant!

L’histoire raconte le destin croisé de 3 femmes : Louise (Marina Foïs) qui quitte le pressing familial pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupées, Lili (Laura Smet), Miss Nouvelle-Calédonie, qui fait la rencontre d'un riche industriel et Sam (Noémie Lvovsky), mère de famille nombreuse, qui décide de prendre son indépendance. Toutes 3 vont se retrouver à travailler de concert sur le projet d’une poupée aux mensurations normales.

Le film m’a déroutée au premier abord : je m’attendais à une comédie alors qu’il s’agit véritablement d’une peinture sociale douce-amère de la condition des femmes aujourd’hui. La construction m’a également surprise : ici, pas de narration linéaire mais plutôt un patchwork de ressentis, de points de vue. On a parfois l’impression d’être pris dans un grand 8 émotionnel, naviguant de l’un à l’autre des personnages, les mains accrochées aux accoudoirs de son siège. Le rythme effréné de la caméra s’accompagne d’une impression d’oppression physique, matérialisée par des petits détails de jeu : plus les femmes s’émancipent, plus le monde autour d’elle semble étouffant, plus les hommes disparaissent et deviennent inconsistants.



La voix-off qui nous guide au début du film, s’efface progressivement, rajoutant encore à la confusion de nos sentiments. La réalisatrice nous l’a confirmé par la suite, elle a voulu laisser à chacun la possibilité de se forger sa propre opinion, sans réponse formatée. Inconfortable mais intéressant.

Car ici, tout n’est que suggestion et le portrait des femmes d’aujourd’hui est brossé par petites touches, quasi-subliminales. En creux, se lisent la dictature de l’apparence, la culpabilité permanente, la difficulté de tout vouloir concilier, les injonctions contradictoires, le sexisme, le sentiment d’imposture, l’hyper-sexualisation des petites filles.



Malgré l’efficacité de la démonstration, le portrait n’en est pas noir pour autant, bien au contraire. De belles scènes de solidarité féminine, pleines d’énergie et d’espoir viennent ponctuer le film, comme de véritables bouffées d’oxygène. On se sent portés par la détermination de toutes ces femmes à sortir de leur condition.


« Tiens-toi droite » devient alors autre chose qu’une énième simple injonction à la féminité.

Cette phrase, qui nous habite bien longtemps après le film, donne à toutes l’énergie de relever la tête et d’aller de l’avant.

Concours « Tiens-toi droite »
Je vous donne la possibilité de gagner 5x2 places pour aller voir « Tiens-toi droite ».

Pour jouer, postez en commentaire un exemple d’injonction à la féminité ( ex : « Sois belle et tais-toi » « Souris ») ou de remarques sexistes (« Une fille qui rit fort c’est vulgaire » « Les jeux vidéos c’est pas un truc de nanas »).

Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez aller jeter un coup d’œil au Tumblr « Tiens-toi droite » (et même y participer si ça vous dit).

Je tirerai au sort 5 gagnant(e)s le vendredi 28 novembre et communiquerai les résultats ici.

Bonne chance !

Bandes-annonces du film :







mardi 18 novembre 2014

J'ai lu : "Toutes les femmes ne viennent pas de Vénus" de Charlotte Lazimi



J’ai découvert Charlotte Lazimi via le blog "Les Martiennes" dont elle est la cofondatrice. Nous sommes ensuite croisées à plusieurs reprises notamment lors d’une passionnante table ronde autour du féminisme en juin dernier. Charlotte a un parcours assez atypique puisqu’elle se revendique féministe tout en étant freelance dans la presse féminine : un grand écart pas toujours simple à gérer comme elle l’explique dans son livre "Toutes les femmes ne viennent pas de Vénus – L’égalité aujourd’hui", que je viens de terminer : "Encore aujourd’hui, plus de 3 ans après sa création, à chaque rencontre, à chaque présentation de notre blog, il faut se justifier et rassurer sur nos intentions. Nos réponses sont toujours les mêmes : "C’est un blog féministe, mais pas un blog d’hystériques" ou encore "Je te rassure : féministe c’est vouloir l’égalité entre les hommes et les femmes" ou "Il n’y a pas un féminisme mais des féminismes, avec des points importants de dissension"".

Charlotte l’affirme : "Je fais partie d’une génération qui croit, à tort, que l’égalité entre femmes et hommes est acquise pour de bon. Les féministes seraient des "extrémistes" voire des "emmerdeuses" qui viendraient réclamer une égalité déjà obtenue." 

Le but de son livre est donc de tordre le cou à cette idée reçue en démontrant que tout est loin d’être gagné en terme d’égalité hommes-femmes. A travers 12 chapitres, Charlotte dresse ainsi un panorama très complet de notre société : monde du travail, maternité, stéréotypes de genre, médias et contraception sont ainsi passés au crible. A travers des exemples très imagés, elle répond à des questions concrètes telles que "Est-ce vraiment plus simple pour une femme de réussir qu’il y a 20 ans ? " Pourquoi les filles doivent aimer le rose et les garçons le bleu ? " "Quelle est la réelle place des femmes au cinéma ou dans le sport, qu’elles soient coaches ou sportives de haut niveau?". Le livre pourrait être aride, il ne l’est nullement, grâce aux témoignages de nombreuses femmes interviewées : expertes ou anonymes, personnalités du monde sportif, économique ou culturel.

J’ai particulièrement aimé le fait que Charlotte rattache son histoire personnelle à chacun des chapitres évoqués : ces anecdotes rendent le livre attachant et très concret, à des années lumière d’une rébarbative leçon de morale. Même si le portrait dressé de notre société est loin d’être idyllique, il n’en est pas noir pour autant. Au fil des pages, on croise ainsi des témoignages très inspirants de femmes entrepreneuses ou politiques, de sportives de haut niveau, de chercheuses, de militantes et d’auteures. Des modèles d’empowerment qui font du bien à lire et qui auront sans doute valeur d’exemple pour de nombreuses femmes.

En résumé, un livre définitivement féministe et générationnel, à recommander à tous ceux qui pensent que l’égalité est acquise!


lundi 17 novembre 2014

Cadeaux de Noël : 10 idées de jouets non genrés



Il y a quelques mois, une journaliste qui m’avait interviewée m’avait demandé si je connaissais des marques de jouets non genrés. Je n’avais pas su quoi répondre à part Hasbro et son four mixte qui avait fait parler de lui. J’ai donc trouvé intéressant à quelques semaines de Noël de vous faire part de ma petite sélection.

Il ne s’agit bien sûr que de recommandations et je n’ai testé que 2 des jouets qui figurent dans cette liste. Je me suis rendue compte au fil de mes recherches que la problématique du dé-genrage (ouch le néologisme) rencontrait souvent celle de l’environnement et de l’éthique : les jouets proposés ici sont ainsi en bois ou en matière recyclée, fabriqués dans des conditions qui respectent l’humain d’où leur prix souvent plus élevé que des jouets classiques. Pour ma part, je ne mettrais jamais 60€ dans une poussette-jouet par exemple, aussi belle soit-elle, mais j’ai trouvé intéressant de dresser un panorama de l’existant, preuve que les mentalités commencent à changer sur le sujet.

Maison de poupée Plantoys


Une maison de poupée mixte, en bois et tissu, facilement transportable. Livrée avec 13 pièces de mobilier et 2 poupées,  elle est  garantie sans paillette ni rose bonbon !

Prix : 63,20€
Disponible ici

Dînette Plantoys



Une très jolie dînette bleu ciel, pour futurs petits chefs, faite en bois et métal.

Prix : 19,80€
Disponible ici

Garage Vilac


Un joli garage en bois très coloré qui plaira aussi bien aux filles qu’aux garçons. Livré avec 2 voitures en bois.

Prix : 62,90€
Disponible ici


Kit à construire Sevi

Une alternative créative aux écrans : 35 pièces en bois pour créer, assembler et inventer selon ses envies !

Prix : 25,80€
Disponible ici

Circuit de billes Quadrilla


Les billes de notre enfance, revues et corrigées par Quadrilla ! Des heures de jeu en perspective avec ce circuit composé de 97 pièces de bois !

Prix : 79,80€
Disponible ici

Chariot barbecue JANOD

Une agréable façon de joindre l’utile à l’agréable : apprendre à marcher à l’aide de ce trotteur donc en cuisinant des saucisses ! Livré avec 1 côtelette, 2 saucisses, 1 poisson 
et 1 steak haché !

Prix : 44,95€
Disponible ici

Marteau et clous Goki

Un jeu découvert à la maternelle et adoré par ma fille (que l’on voit ici en action). Il permet de développer l’imagination en créant des tableaux tout en faisant travailler la motricité fine. Attention en revanche à ne pas laisser traîner les petits clous par terre !

Prix : 11,61€
Disponible ici

Kit salade Green toys

Pour donner de bonnes habitudes alimentaires aux enfants, voici un kit salade 100% végétarien ! Cerise sur le gâteau, les jouets de la marques sont fabriqués à base de bouteilles de lait recyclées et garantis sans BPA, sans PVC et sans phtalates.

Prix : 20,16€
Disponible ici

Poupées en bois à habiller Goki


Ma mère avait offert à mes enfants ces poupées à habiller et elles ont rencontré un grand succès auprès de ma fille et de mon fils. Les vêtements sont faciles à enfiler, les poupées tiennent debout et c’est un jeu facilement transportable. Elles existent également en version « famille asiatique » et « famille noire ».

Prix : 22,39€
Disponible ici

Poussette Minikane


Les poussettes-jouets de luxe, pliables et aux motifs très design qui plairont aux filles et aux garçons. Seul hic : le prix, aussi cher qu’une poussette canne normale. Sinon, Oxybul propose une poussette bleue à pois blanc très jolie pour 9,90€.

Prix : 65€
Disponible ici

mardi 11 novembre 2014

L'heure du bilan


Mon blog a fêté ses 3 ans en septembre dernier.

Je n’en ai pas parlé parce que je n’aime pas particulièrement les anniversaires.

Et puis j’ai une très mauvaise mémoire des dates (je suis d’ailleurs obligée d’aller voir dans les archives dès que l’on me demande depuis quand mon blog existe).

Pour autant, j’avais envie de dresser un bilan car le blog, tel qu’il existe aujourd’hui, ne me convient plus.

Mon blog en quelques chiffres c’est 451 articles, près de 900 000 visites et des lecteurs qui proviennent de Google en majorité.



Le top 10 des requêtes me laisse d’ailleurs assez dubitative et relativise énormément la portée de ce que j’écris ici : beaucoup de ceux qui arrivent là par hasard veulent juste entendre parler du régime de Chimène Badi. Ou pire, sont persuadés de l’existence du « nez juif ».

Au départ, ce blog avait pour vocation de parler pêle-mêle de mes aventures en tant qu’auto-entrepreneure, de ma vie de famille mais aussi de féminisme (d’où le nom de « Tout à l’égo, ma vie en vrac sans tri sélectif »). Au fil du temps et sans vraiment m’en rendre compte, j’ai abandonné les 2 premières thématiques au profit essentiellement de la dernière. En tant que blogueuse non anonyme, j’ai en effet rapidement réalisé à quel point il était difficile de parler de ma vie personnelle sans impliquer indirectement mes proches. Les rares fois où je l’ai fait, notamment en évoquant ma grand-mère, je me suis pris une telle volée de bois vert que je tourne désormais 7 fois mes mains sur le clavier avant de me lancer.

La conséquence indirecte, c’est la vision parcellaire de moi-même qu’offre ce blog. En relisant parfois plusieurs billets d’affilée, j’avoue ne pas me reconnaître dans cette femme qui semble avoir fait de l’indignation son fond de commerce. 

Je ne parle pas ici de mes doutes, des mes coups de cœur, de mes questionnements de mère, de femme et d’épouse ou de ce qui fait battre mon cœur. Je me rends compte que la colère est un puissant facilitateur d’écriture pour moi : j’ai bien pris la bonne résolution de ne plus écrire à chaud, pour autant les billets positifs, drôles ou anecdotiques ne constituent qu’une infime partie de ce que j’ai écrit ici. J’ai parfois l’impression d’avoir crée une sorte de Frankenstein bloguesque qui ne me ressemble plus et qui me dépasse un peu.

Symptôme préoccupant, les gens rencontrés par le biais de ce blog récemment semblent étonnés du décalage entre ce que j’écris ici et ce que je suis vraiment. Ce hiatus me dérange de plus en plus.

Autre évolution : écrire sur le féminisme m’enthousiasme de moins en moins. Il y a 3 ans, nous n’étions que quelques unes à aborder cette thématique dans la blogosphère, il y avait tout à faire. Aujourd’hui, et il faut s’en féliciter, cette problématique est rentrée dans le débat public : des magazines féminins aux médias plus sérieux, tout le monde parle de genre ou de sexisme et s’indigne des clichés rétrogrades véhiculés par les marques.

Des associations comme Osez le féminisme ou des collectifs comme Georgette Sand ont pris la parole avec une force de frappe bien plus importante que des blogs comme le mien d’où une relative impression d’inutilité. J’ai également arrêté progressivement de dénoncer les publicités sexistes ici, certaines marques, à l’image de Perrier ou de Rue du Commerce, ayant intégré les féministes à leur plan de communication. Je n’ai donc plus envie de contribuer indirectement à leur buzz.

Pour autant, l’envie d’écrire et de partager est toujours là.

Dans les semaines ou les mois à venir, ne soyez donc pas étonnés de me voir aborder d’autres thématiques qui me tiennent à cœur et que je me refusais d’aborder jusque là comme l’éducation, la consommation éthique ou même la cuisine.

J’espère que vous resterez malgré tout.







dimanche 9 novembre 2014

J'ai lu « Ô féminin point conne » de Lorina Chattinski



Les féministes sont moches.

Les féministes sont poilues.

Les féministes sont mal baisées.

Les féministes n’ont pas d’humour.

Pour les 3 premiers points, je vous laisse trouver les arguments pour démonter ces clichés qui ont encore malheureusement la vie dure. Pour le dernier, en revanche, j’ai ce qu’il vous faut: acheter « Ô féminin point conne » paru aux éditions Denoël et le mettre dans les mains de celui ou celle qui ose encore penser qu’être féministe c’est forcément être triste à mourir.

Ecrit par Lorina Chattinski (un pseudo forcément), ce livre réussit l’exploit d’être à la fois un petit bijou d’humour grinçant tout en dénonçant avec une grande efficacité la tyrannie des magazines féminins dont il emprunte les codes. Maquette, ton faussement léger, photos retouchées : tout y est. Question rubriques, on retrouve également tous les classiques chers à nos amis de la presse féminine, revisités par la plume décapante de Lorina Chattinski : point mode, page sexo, psycho, famille, shopping et même des fausses publicités. Jubilatoire.

« Baisse de libido : se forcer c’est le ciment du couple » (coucou « Elle »)



« Premier rendez-vous : se looker sans se tromper » (rempli des injonctions contradictoires chères à la presse féminine : « « Soyez féminine » « Ne soyez pas trop féminine » « Faites des trucs de filles avec vos cheveux » « Ne faites trop des trucs de filles avec vos cheveux » )


« Les secrets d’un couple qui dure : 6 conseils pour devenir un vrai paillasson »



Fausses publicités :




 C’est furieusement drôle parce que parodique sans être caricatural. Dans la salle d’attente de chez le dentiste, ce livre m’a même fait oublier mon indécrottable phobie de la roulette tant j’ai ri en le lisant. Je me suis d’ailleurs dit qu’il serait vraiment amusant d’en glisser quelques exemplaires parmi les féminins entassés sur la table basse. Et de filmer la scène en caméra cachée.

Alors que l’on reproche souvent aux féministes d’être trop sérieuses ou professorales, ce livre rend possible une dénonciation des diktats de la presse féminine sans discours pontifiant ou moraliste, uniquement par le biais de l’humour. Une fois l’ouvrage refermé, notre regard sur ce type de magazines se trouve irrémédiablement décillé : impossible de les lire désormais sans y décoder en filigrane les injonctions sexistes, les diktats de la minceur ou les cultes de la performance.

Alors, à quand un « « Ô féminin point conne » mensuel ? On peut compter sur l’inépuisable vacuité de la presse féminine pour donner de la matière à Lorina Chattinski.



Dernier exemple en date lu hier sur le site de Biba : «10 choses que les femmes font au lit et que les hommes n'aiment pas » (en gros bouger mais pas trop, crier mais pas trop fort, parler mais pas pour dire n'importe quoi). Précision : ceci n’est pas une parodie. Hélas.


mercredi 5 novembre 2014

Vol de contenu, insultes et conspirationnisme : mes mésaventures avec Wikistrike




Ce blog ne me rapporte rien (en termes financiers j’entends) : l’absence de publicité ou de billets sponsorisés me permet une grande liberté de ton ainsi qu’une latitude  appréciable dans la régularité de mes écrits. Cette indépendance à néanmoins un coût : je ne tire aucun revenu de ce que j’écris ici.

C’est pourquoi je suis particulièrement vigilante face au vol de contenu : très régulièrement, je prends la main dans le sac des sites d’information qui aspirent mes écrits sans autorisation ou les plagient sans vergogne. Je signalise systématiquement ces entreprises qui ont fait du vol un modèle économique, engrangeant des rentrées financières sur le dos d’articles ne leur appartenant pas.

Hier, en jetant un œil à mes statistiques, une d’entre elles est rentrée dans mon radar.

En observant le nombre de visites de mon dernier billet, j’ai pu ainsi constater qu’environ 80 d’entre elles provenaient de Wikistrike, un site que je ne connaissais pas.

En cliquant, j’ai alors découvert que mon article avait été entièrement dupliqué, laissant croire que je l’avais écrit pour le site. Seule une discrète mention « source » à la fin menait vers mon blog.


Vous pensez que cela suffit ? Vous avez tort. Comme je l’ai déjà expliqué ici, le droit de la propriété intellectuelle s’applique aussi au blog. La citation d’un article doit être courte (2 paragraphes maximum) et l’auteur doit être clairement mentionné. Faire état de la source comme l’a fait Wikistrike ne le dédouane absolument pas du vol de contenu.

La reproduction d'un article au-delà de la longueur autorisée ou dans son intégralité peut-être considéré comme contrefaçon, délit pénal pouvant être sanctionné jusqu'à 2 ans de prison et 150 000 € d'amende, si vous ne pouvez justifier de l'autorisation de l'auteur.

Je sais d’expérience que pour obliger les voleurs de contenu à agir rapidement, rien de mieux que l’interpellation sur Twitter, les mails restant en général sans réponse. Cela permet également à la communauté d’être informée des procédés de ce genre de sociétés.

Poliment, je demande donc, non pas le retrait de mon article mais uniquement le maintien des 2 premiers paragraphes, comme l’exige la loi.



Qu’elle n’a pas été ma surprise en constatant la réponse de la personne en charge du compte Wikistrike sur Twitter : pour elle « Ce n’est pas du vol puisqu’on vous amène beaucoup de monde ». 


 Drôle de conception de la légalité.

Après quelques échanges sur Twitter que je vous laisse aller consulter si vous le souhaitez, j’ai alors la surprise de trouver un mail du fondateur de Wikistrike, Gisham Doyle alias Ghislain Hammer.   


 Il me confirme la suppression de l’article (que je n’avais pas demandée) et me traite alors d’ « agitée du bocal » avant de s’excuser. Surréaliste.

Je décide alors d’en savoir plus sur le fondateur de Wikistrike et le site en lui-même.
Sur Twitter, il se décrit comme « poète, dramaturge et chercheur indépendant ». Rien que ça.



En jetant un coup d’œil plus approfondi sur le site qui se décrit comme « LE site des civilisations » (vaste programme), je découvre que le flou est volontairement entretenu au sujet des contributeurs réels des articles. 


La mention « Libérez l’information, faîtes (sic) un don » figure dans la colonne de droite, juste au-dessus d’un bouton Paypal, faisant croire aux internautes de passage qu’il s’agit d’information et pas de contenu dupliqué, contenu qui représente environ 80% du site. 

La publicité est présente partout, intrusive et clignotante, garantissant ainsi au fondateur du site des rentrées d’argent sur des textes qu’il n’a pas écrit.

En tapant Wikistrike sur Google, je tombe alors sur plusieurs articles qui en dénoncent les agissements : le blog Mediatala raconte : « Voilà plus de cinq que je suis chez le même hébergeur Overblog, aspiré par JFG Networks. Ce blog Wikistrike qui était inconnu il y a encore un an se voit par magie prendre systématiquement la première place, et ce, depuis quasiment son ouverture quand tous les autres blogs rament depuis des années sans ne jamais parvenir à cette place.

Il a été également le mieux placé dans les moteurs de recherche en à peine quelque mois. Et il lui arrive trop souvent d'être le premier sur Google en copiant l'article d'un vrai site d'information comme l'Express ou un autre par exemple qui se retrouve derrière lui. Comment est-ce possible sans connivence interne quand, si vous faites la même chose, vous n'obtenez qu'une page loin derrière lui ? »

« Son travail consiste à mettre en ligne des dizaines d’articles par jour, jusqu'à presque 1000 par mois ;  c'est incroyable ! Et sans aucune cohérence éditoriale ni idéologique pour un dit site d'information. En faisant des copier/coller d’articles, qu’il prend partout, et parfois en s’attribuant ceux-ci sans citer leur source et en s'en attribuant l'exclusivité alors que c'est faux. Ce qui lui a valu de nombreuses remontrances et principalement venant de P.Jovanovic, chacun en tirera de ce fait le rôle qu'il joue. Allant même écrire un article disant que Luc Ferry avait cité Jack Lang ici, comme étant le ministre pédophile, ce qui est entièrement faux. ».

Mais cela ne s’arrête pas là. Je découvre alors que Wiksitrike s’est fait le spécialiste de l’info conspirationniste et bidonnée : s’y trouve pêle-mêle un article affirmant que Diana a été assassinée par un membre du Mossad, un autre révélant l’existence du base OVNI dans l’Himalaya.

Dans un article intitulé « Internet,nid du complot : la toile rongée par les mythes », Télérama épinglait déjà Wikistrike l’année dernière pour ses méthodes : « Fondé en mai 2011 par un certain Ghislain Hammer, alias Ghisham Doyle, le site Wiki­Strike est le dernier-né de ce fatras idéologique. Le portail se présente comme un « média citoyen », le « site des civilisations », et affiche fièrement sa devise au frontispice de sa page d'accueil : « Rien ni personne n'est supérieur à la vérité. »

La vérité selon WikiStrike ? Un pot-pourri malodorant qui, entre deux pillages de dépêches de l'AFP, fait sa réclame sur l'existence des extraterrestres autant qu'il traque les signes d'un grand complot mondial ourdi par les puissants. Revendiquant « entre vingt mille et soixante-dix mille visiteurs par jour », ce repaire disparate de « dubitationnistes » est un ovni qui brasse sa prose new age avec des considérations sur l'économie ou l'industrie nucléaire. Autrement dit, tout est fait pour donner au faux l'apparence du vrai, quitte à mélanger allègrement les deux. »

Et le journaliste de conclure « On en rirait volontiers si cet agrégat sans queue ni tête n'était pas révélateur d'une banalisation, voire d'une démocratisation, des théories conspirationnistes ».

Vol de contenu + conspirationnisme : 2 raisons pour ne pas laisser sans réponse les agissements de Wikistrike.

Si vous souhaitez agir, je vous conseille la lecture de ce billet très instructif : « Comment lutter contre le vol de votre contenu ».

Affaire à suivre.





mardi 4 novembre 2014

Revue du gender marketing : la voiture pour femme et les cornichons genrés


Le blog est de retour après des vacances bien remplies !

Et quoi de mieux pour se remettre en jambes qu’une petite revue du gender marketing?

Lancia Ypsilon Elle

L’année dernière, je vous avais parlé de la voiture pour femmes lancée par Honda au Japon. Rose forcément, la Fit she’s incluait un système d’air conditionné qui améliorait la qualité de peau de la conductrice et des vitres anti-UV.

Cette année, en dépit des bad-buzz en série (on se rappelle du tollé suscité par le Bic pour femme ou le Stabilo pour femme), la marque Lancia n’a pas hésité à lancer une série limitée spécial femmes : "La Lancia Yspilon Elle". "Parce que les femmes ne seront jamais des hommes" (vaste programme).


(Merci Pimpette Dunoyer pour la photo)

Le descriptif de la voiture est un véritable festival de clichés sexistes à lui tout seul ! Une brillante ôde à la FÂME dans tout ce qu’elle a de plus stéréotypé:

« La beauté d’être une femme c’est de savoir faire attendre les autres : C'est vrai, les femmes peuvent prendre un certain temps pour se préparer.
Mais seulement parce qu'elles veulent un look parfait et ne laissent rien au hasard. »


« La beauté d’être une femme c’est de connaître les astuces de beauté : Chaque femme a ses petits trucs personnels pour se faire belle.

Pour être à son avantage, la nouvelle Ypsilon Elle a choisi des couleurs délicates et raffinées. Comme la teinte Glam Cipria de série, également disponible avec un toit Noir Vulcano. Ou comme le Blanc Ghiaccio triple couche, pour un look totalement blanc au rendu magique.
Indéniablement le bon choix, comme on l'attend d'un maquillage adéquat. »


« La beauté d’être une femme c’est de déceler l’élégance dans les petits détails : Les hommes portent avec plaisir la même cravate jour après jour. Les femmes ont besoin de changement.  Pour la femme qui aime essayer différentes combinaisons, la nouvelle Ypsilon Elle offre un choix unique de détails : comme la nouvelle calandre Dark Chrome, les jantes 15” Diamantées et brunies de série ou les jantes en option de 16” Design Elegante au coloris exclusif Glam Cipria, les montants de porte et les intérieurs parés de motifs originaux Pied de poule. »


« La beauté d’être une femme c’est de ressentir les choses :
Pour une femme, rien n'est plus important que le ressenti. Dans Ypsilon Elle, la sensation vient de la douceur du tissu Alcantara® qui symbolise depuis toujours le confort chez Lancia.  L'ajout de cuir garantit un confort véritablement perceptible dans tous vos trajets. »

La beauté d’être une femme…c’est aussi de payer plus cher un produit genré (comme je l’expliquais dans mon billet sur la « womantax ») : le modèle « Elle » coûte 3700€ de plus que le modèle Ypsilon classique.

Kühne : les cornichons genrés

L’année dernière, en Allemagne, on pouvait trouver des saucisses genrées : Les “Männer-Bratwurst », saucisses masculines, étaient épicées, alors que les “Frauen-Bratwurst », saucisses féminines, avaient une faible teneur en matière grasse. 

 
Là encore, toujours une différence de prix : « les paquets de saucisses pour hommes ont deux fois plus de contenu. Pour autant, ceux pour femmes ne sont pas deux fois moins chers. Pour eux, c'est 5,98 euros le kilo, pour elles 8 euros. »

Cette année, les allemands pourront accompagner leurs saucisses de cornichons genrés puisque la marque Kühne a lancé des cornichons « Madl » (mademoiselle) « croquants et adorables » et des cornichons « Bub » pour hommes « croquants et puissants ».


Le genre va décidément se nicher dans de drôles d’endroits… 

Et pendant ce temps là, on continue à prendre les consommateurs pour des cornichons!