> Tout à l'ego

lundi 11 septembre 2017

Mademoiselle Joublitou et Monsieur Plumalin : la pilule sexiste de Biogaran difficile à avaler


En tant que femme, pas toujours simple d’être considérée comme une patiente douée de raison et éclairée, les récentes polémiques en sont l'illustration.

Entre les violences obstétricales dénoncées il y a quelques semaines et les réquisitoires plus récents contre les effets secondaires de la pilule, on réalise à quel point la parole des femmes a du mal à être entendue et prise au sérieux. Quitte à parfois mettre leur santé en danger.

Dans ce contexte, doit-on être étonné qu’un grand laboratoire pharmaceutique comme Biogaran enfonce le clou en surfant sur le cliché de la femme bécasse et de l’homme malin?

La dernière campagne de cette filiale de Servier, cas d’école de publicité sexiste, met en effet en scène 2 mondes parallèles bourrés de stéréotypes. “Les hommes viennent de mars, les femmes de Vénus” passerait même pour un bijou de subtilité à côté de ce ramassis de clichés.

La version masculine du spot publicitaire, bleue forcément, met ainsi en scène Monsieur Plumalin qui “aime se simplifier la vie quand il cuisine, quand il bricole ou quand il fait le ménage”. Il met ainsi un masque de plongée pour éplucher les oignons ou faire faire la poussière à son chien. Ah qu’est ce qu’il est malin ce Monsieur Plumalin!
                     

Le pendant féminin du spot est bien moins valorisant puisqu’il met en scène Mademoiselle Joublitou, une étourdie pathologique : “Mademoiselle Joublitou oublie tout. Elle oublie son poulet rôti, de changer de chaussures, et même de fermer les robinets” commente une voix off masculine. Quelle dinde cette Mademoiselle Joublitou! Elle oublie même sa pilule! Heureusement que Biogaran est là!

                  

Dans un petit clip accompagnant la campagne, Mademoiselle Joublitou devient même un danger public puisque cette cruche oublie cette fois-ci de mettre son frein à main! Et se retrouve ainsi à courir comme une dératée en talons aiguilles roses derrière sa voiture!

               

On rappelle gentiment à Biogaran que la contraception est avant tout une question de couple et que Monsieur Plumalin a aussi le droit de se sentir concerné.

Que le cliché de la femme étourdie et de l’homme malin est aussi ringard que l’esthétique de ces spots publicitaires faussement vintages.

Enfin, on rappelle à Biogaran l’existence de la charge mentale, le syndrome des mères épuisées justement d’avoir à penser à tout. “Ajouter les cotons-tiges à la liste de courses, penser au délai pour commander le panier de légumes, ne pas oublier le retard pour les étrennes du gardien ou que le petit n’a plus de pantalon à sa taille» expliquait la dessinatrice Emma.

Des Mesdamespensentàtout en somme.

dimanche 10 septembre 2017

#LesMotsTuent : et si les journalistes arrêtaient d’être des serial-killers?



Cette tribune a été également publiée sur le site de Libération 

“Morte d’avoir été trop belle” : cette fille je l'ai bien connue, et je ne peux pas accepter qu'on dise que c'était sa faute. Elle est morte d'avoir été tabassée à mort, pas parce qu'elle a attiré des regards.”

Voici un exemple de message parmi les nombreux reçus depuis que j’ai ouvert mon Tumblr “Les mots tuent” en mars 2016. Le but de ce site : collecter les articles de presse qui traitent des violences envers les femmes de manière incorrecte, contribuant ainsi à les banaliser ou à les excuser. Il en contient à ce jour 253.

Alors que le “crime passionnel” ne figure pas dans le code pénal, de trop nombreux journaux utilisent encore cette expression pour édulcorer ou indirectement justifier le meurtre conjugal. Les “drames familiaux”, “les drames de la séparation” les “pétages de plombs” se retrouvent ainsi dans les colonnes des faits divers, entre 2 chiens écrasés, comme s’il s’agissait d’événements isolés, liés au hasard et non systémiques.

Pourtant, les violences envers les femmes ne sont pas des faits divers mais des faits de société. Elles constituent de véritables violences de genre qui ne doivent rien au hasard.

Chaque année, 223.000 femmes sont victimes de violences conjugales, 84.000 sont victimes de viol ou de tentative de viol.

Les femmes représentent 85% des victimes d’homicides au sein de couples officiels et non-officiels.

Une femme décède tous les 3 jours, victime de son conjoint ou ex conjoint.

Alors que de trop nombreux journaux parlent de “coup de sang”, de “pulsion” ou de “pétage de plomb” pour justifier un meurtre, les chiffres nous apprennent que dans bien des cas, l’acte était prémédité et s’inscrivait dans une longue série de violences installées.



Les expressions “drame de la séparation” “drame conjugal”, utilisées par de nombreux titres de presse sont problématiques car elles mettent sur le même plan le coupable et la victime. Elles circonscrivent à la sphère intime des phénomènes de société qui les dépassent largement. Il n’y aurait alors que des meurtriers malgré eux, les femmes étant considérées comme les éléments perturbateurs du couple.
Ces homicides sont pourtant très révélateurs du sexisme à l’oeuvre dans notre société.

Une enquête menée par la MIPROF en 2015  avait ainsi démontré que le refus de la séparation puis la dispute et jalousie constituaient les mobiles les plus fréquemment identifiés lors des homicides sur compagne officielle. Ces trois mobiles représentent 70% des homicides et sont clairement révélateurs d’une volonté d’emprise et de contrôle de l’auteur sur sa partenaire.


Mauvaise rencontre, faute à pas de chance ou tenue provocante : de trop nombreux titres de presse laissent encore entendre que la victime serait indirectement responsable de ce qui lui arrive ou imprudente. Le mythe du tueur ou du violeur sur un parking a encore la vie dure alors même que les chiffres nous apprennent l’inverse. Il est nécessaire de rappeler que le foyer est le lieu de tous les dangers pour les femmes: la famille et l'entourage proche constituent ainsi le premier espace dans lequel se produisent les agressions. Dans 37% des cas, c'est le conjoint qui est l'auteur des faits.

Le “victim blaming” ou culpabilisation des victimes à l’oeuvre dans certains articles de presse est donc loin d’être anodin : il entretient la culture du viol et contribue à dissuader certaines femmes de porter plainte, alors même qu’elles ne sont que 14% à le faire suite à des violences conjugales.

Pourtant des solutions existent.

Le collectif "Prenons la Une" a ainsi proposé à l'ensemble de la profession des outils pour utiliser les mots justes afin de ne plus minimiser les violences faites aux femmes. Bannir les termes "drame familial" et "crime passionnel", protéger l'identité de la victime ou mettre en avant le contexte font partie des 11 recommandations du collectif. A ce jour plus de 10 médias se sont engagés à suivre ces outils. On peut regretter que “Le Parisien”, qui figure très fréquemment dans le Tumblr, ne se soit pas associé à la démarche.

La formation des jeunes journalistes sur ces questions est également prépondérante.

L’article 16 bis du projet de loi sur l’égalité femmes-hommes demandait de promouvoir la  “lutte contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein des couples.”

Cet article, critiqué par les écoles de journalisme ( “Ce n’est pas à l’Etat de dicter le contenu de leurs enseignements »), a finalement été supprimé.

Les rédactions auraient pourtant beaucoup à y gagner. Servir les lecteur.rice.s cela passe aussi par leur offrir l’information la plus juste et la plus factuelle possible. Cela passe également par une recontextualisation systématique, qui permettrait à chacun.e d’envisager tout acte de violence à l’encontre des femmes non comme un événement isolé mais comme un véritable phénomène de société.
Utiliser les mots justes, recontextualiser n’est-ce pas une des missions premières du journalisme?

Un proche d’une victime m’avait dit un jour au sujet d’un titre d’article problématique : “C’est comme si on la tuait une deuxième fois”.

Journalistes et rédactions, ne devenez pas des serial-killers. Il est temps de réagir.

vendredi 8 septembre 2017

Mauvais sang


Depuis la naissance de mes enfants, j’ai l’impression que mon immunité s’est renforcée.

A force de patauger dans les miasmes, d’aspirer dans le mouche-bébé (si tu es nullipare, je te déconseille une recherche Google) et de nettoyer des fesses, mes défenses ont visiblement mangé du lion. Rétrospectivement, j’ai beaucoup soigné mais ai peu été malade.

Jusqu’à ce dimanche soir d'août dernier.

Tremblements, fièvre, délire (je me voyais réécrire compulsivement un billet de blog, preuve de mon état). Une bonne grippe pensais-je. J’ai laissé passer un jour, puis 2. Jusqu'à la fin de nos vacances à la montagne.

Après 6h de voiture et de retour à la maison, dans un piteux état, je me décide à prendre ma température. Verdict : 39.6°.

Le médecin appelé en urgence pense rapidement à une pyélonéphrite (une infection des reins que j’avais déjà eue enceinte). Il décide donc de faire venir un laboratoire à domicile pour effectuer une prise de sang. A 21h, coup de fil du médecin-conseil alors que j’étais endormie: “Madame, je vous rassure ce n’est pas une pyélonéphrite. En revanche, il y a autre chose qui m’inquiète. Etiez-vous en bonne santé avant?”

Immédiatement, je sens le sol vaciller sous mes pieds et mes penchants hypocondriaques reprendre le dessus. Je réponds d’une voix peu assurée “Oui pourquoi?”
 “Parce que vos analyses révèlent une thrombopénie et une leucopénie. Une baisse anormale des globules blancs et des plaquettes. Cela peut être dû à plein de choses. Consultez votre médecin traitant” “D’accord mais est-ce que cela nécessite d’aller aux urgences?” “Madame, vous avez compris ce que je,viens de vous dire?”.

Ensuquée et comprenant qu’il n’y aurait rien à attendre de ce médecin question empathie, je m’assois dans mon lit, écarquille les yeux et déchiffre ces 2 mots que j’avais eus le temps de griffonner à la va-vite sur un bout de papier : leucopénie et thrombopénie.

Une recherche Google me fait immédiatement envisager le pire. Leucémie, cancer, maladie de la moelle osseuse. Je suis dévastée. Et épuisée.

Le lendemain, mon état s’aggrave : impossible de me lever ou de manger. Les simples effluves en provenance de la cuisine me donnent des hauts le cœur. La nourriture que j’essaye d’avaler n’a aucun goût. Je repense à mon père, parti en un mois d’un cancer du côlon et qui me disait la même chose. Je suis terrifiée.

J’ai enfin rdv chez mon médecin généraliste. Je demande à mon mari de m’accompagner car je sens l’angoisse me dépasser. Je pleure devant lui, tiens des propos qui traduisent mes peurs donc pas forcément très rationnels.Je lui dis que j’ai des enfants, que je ne peux pas les laisser, qu'ils sont trop jeunes. Je sens que je ne suis pas prise au sérieux. Ma mine bronzée de vacancière ne plaide pas en ma faveur non plus. La fatigue? Ca va passer, il faut se reposer. L’appétit? Ca reviendra. Je repars avec une ordonnance sous le bras pour de nouvelles analyses.

Le lendemain, j’arrive tout juste à me rendre au laboratoire. Arrivée devant l’infirmière, je manque de faire un malaise, je ne tiens plus debout. Je lui dis que je suis fatiguée, que je n’y arrive plus. Devant mon état, elle me conseille d’aller aux urgences. 1 heure après, me voici dans la salle d’attente de Georges Pompidou, l’hôpital dans lequel mon père a été soigné puis est décédé. Mon mari repart pour ne pas laisser les enfants seuls. Mon seul contact avec l’extérieur est mon frère que je spamme de SMS en continu. L’angoisse ne me quitte pas.

Dans la salle d’attente, une femme pliée en 2 avec une perfusion dans le bras. Une, plus âgée avec un masque sur la bouche. Une troisième, la soixantaine et les cheveux gris, le nez dans son portable. Un homme, avec une perfusion, pull noué sur les épaules et mocassins pieds nus, archétype du type qui a voté Fillon. Une femme d’une cinquantaine d’année endormie contre le mur.

Le téléphone de la dame au masque sonne très fort, dans le genre sonnerie ridicule qui casse les oreilles. Habituellement, j’aurais été agacée, comme l’homme au pull noué sur les épaules, mais là j’ai un fou-rire. Ca sonne. Puis ça re-sonne. Comique de répétition. La dame aux cheveux gris lui propose de l’aider mais n’y arrive pas “Ah, c’est un vieux téléphone, c’est pour ça”.

J’essaye de deviner le degré de gravité des maladies des personnes présentes, on s’occupe comme on peut. La dame au masque a l’air mal en point, ça doit être grave. La dame aux cheveux gris me devance en lançant: “Je n’ai pas fait pipi depuis 2 jours, je viens pour qu’on me débloque”. Assommée de fatigue, je regarde mes pieds en espérant être rapidement prise en charge.

Alors que je somnole, la dame au masque m’interpelle “Madame, je suis cardiaque. Si je fais un malaise, j’ai une feuille dans mon sac. Surtout dites aux infirmiers que je prends l’antibiotique XXXX”. A moitié réveillée, je n’entends pas la fin de la phrase. Quelle responsabilité! Pourquoi ce genre de mésaventure ne tombe que sur moi?! L’interne arrive enfin pour la prendre en charge. Alors qu’ils partent dans une salle adjacente, je guette d’une oreille le verdict, m’attendant au pire. Cardiaque, un masque sur la bouche : autant de détails qui ne trompent pas. “Madame, pour les gencives qui saignent, il faudra voir votre dentiste. Nous n’avons pas de service dentaire aux urgences”. Tout ça pour ça.

Un interne vient enfin me chercher. Je lui ré-explique mes symptômes, lui dis que je suis fatiguée, que je n’ai pas faim, lui donne mes analyses. Je pleure de nouveau. Il m’examine tout en me posant des questions “Vous habitez dans une maison ou un appartement?” “Vous habitez à quel étage?” “Il y a un ascenseur?” Je me demande quel est le but de ces questions saugrenues. Me changer les idées? Tester mes capacités cognitives? J'essaye de rassembler mes souvenirs de la série "Dr House".

Je sens à sa moue lorsque je lui explique ma détresse qu’il ne me prend pas au sérieux. “Bon, je pense que vous pouvez rentrer chez vous. Je vais quand même demander l’avis d’un médecin senior”. Il revient 5 minutes après pour me dire que le médecin souhaite quand même que je fasse une prise de sang. Il me renvoie dans la salle d’attente.

Il est 14h et je n’ai rien mangé depuis la veille. Je demande à la cantonade “Savez-vous où est-ce que je peux trouver un distributeur de boissons?”. La dame aux cheveux gris réparatrice de portable et qui n’avait pas fait pipi depuis 2 jours me répond qu’elle a soif aussi et qu’elle va m’accompagner. Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas un bon pressentiment.

Nous croisons une malade sur un brancard encadrée par 2 infirmiers visiblement pressés.Typiquement la scène que l’on imagine aux urgences. La dame aux cheveux gris leur lance alors, sans-gêne: “S’il vous plait, j’ai soif. Où est ce que je peux trouver un distributeur?”. “Voyons madame, vous ne voyez pas qu’on est occupés?”. Ils me lancent également un regard noir et là tout de suite je rêve de porter un t-shirt “I’m not with this idiot”. Nous croisons une infirmière qui nous indique le chemin : il faut suivre les points rouges sur le sol. Rien à faire, la dame aux cheveux gris n’en fait qu’à sa tête et m’assure que c’est la porte à droite. J’insiste pour suivre les points rouges. Nous arrivons enfin au distributeur. Je l’entends taper la discussion avec un médecin qui me regarde d’un air compatissant, pensant sans doute que c’est ma mère.
Sur le retour vers la salle d’attente, c’est moi qui prends les rennes et nous ramène à bon port.

De nouvelles personnes sont depuis arrivées dans la salle d’attente. Une femme de mon âge prend un journal, voit qu’il s’agit de Closer et le repose en soupirant. Une autre lui donne le Nouvel Observateur avec Simone Veil en couverture “Ah oui, c’est mieux!”.

Mon téléphone sonne : c’est le laboratoire où j’ai fait mes analyses le matin même. Alors que nous sommes samedi et que le laboratoire est fermé, un médecin a pris le temps de m’appeler car mes résultats sont alarmants. “Vos transaminases sont très élevées. C’est sans doute une hépatite”“Mais, c’est grave??” “Je vous conseille de consulter rapidement un médecin”. Après le manque de globules blancs et de plaquettes, voilà maintenant que mes transaminases explosent. Mon corps est complètement chamboulé, mon sang est sens dessus dessous.

Je raccroche, abattue. La dame qui a reposé le magazine Closer me regarde d’un air compatissant, je dois faire peine à voir. Je m’empêche de consulter Google.

Nouvel appel, de mon mari cette fois. Ma fille qui s’est fait percer les oreilles il y a 2 mois a enlevé ses prothèses car ses trous s’étaient infectés. Après un passage à la pharmacie, on lui conseille de les remettre rapidement. Sauf que mon mari ne les retrouve plus. Je fais profiter de ma conversation à la salle d’attente “Ses prothèses? Mais je ne sais pas où elles sont, j’ai d’autres chats à fouetter là tout de suite. Son trou sera bouché, tant pis”. En raccrochant, je vise la mine interloquée de certaines personnes de l’assistance. Hors contexte, il est vrai que la conversation prête à confusion. Je me plonge dans le magazine Closer.

L’interne revient me voir, je suis pendue à ses lèvres. “Avez-vous pris beaucoup de Doliprane récemment?”. Mon cerveau tente de rassembler ses derniers neurones, mince, c’est quoi la bonne réponse? Si je dis oui, je suis sauvée? “Euh oui?” “C’est à dire?” “2 par jour”. Il repart.Je l’attrappe par le bras “C’est grave?” “Je reviens, ne vous inquiétez pas”. Consciente du pathétique de la situation, je jette un oeil discrètement aux autres patients. La dame qui n’a pas voulu lire Closer me lance un sourire attendri.

Un homme dans la salle d’attente s’énerve, brisant l’harmonie qui régnait depuis mon arrivée aux urgences. Il en a marre, il est là avec sa mère depuis le matin, on est en plein mois d’août, on ne peut pas dire que les médecins soient débordés. D’ailleurs, la salle d’attente n’est même pas pleine. La dame qui n’a pas voulu lire Closer essaye de tempérer la situation : il y a sans doute d’autres salles d’attente aussi remplies que la nôtre. Moi qui suis l’impatience incarnée n’ai même pas la force de m’énerver. Et puis, je trouve que la prise en charge a été globalement rapide et efficace.

L’interne revient, je vais enfin être fixée!
C’était sans compter l’intervention de l’homme impatient qui me passe devant et l’interpelle “Je suis là depuis ce matin avec ma mère c’est scandaleux, je veux voir un responsable”. Je m’étonne de ma patience, je dois vraiment être malade. Il arrive à le calmer et promet de revenir le voir.

“Voilà, j’ai les résultats de votre prise de sang. Il s’agit d’un virus du foie”. “Le foie, c’est grave?” “Grave, non mais très fatigant. Certains attrapent un virus dans les bronches. Vous, c’est au foie. Vous pouvez rentrer chez vous mais vous devrez revoir votre médecin pour suivre l’évolution” (après coup, j’ai appris qu’il s’agissait d’une hépatite mais il a dû se douter que j’allais frénétiquement Googler “hépatite”).

Soulagée, je souffle en regardant mes pieds. En levant les yeux, je croise le regard de la dame qui n’avait pas voulu lire Closer.

“Ben voilà, tout s’explique. Fallait pas se faire de mauvais sang”.







dimanche 14 mai 2017

Haut les coeurs!




« Où vous voyez-vous dans 5 ans ? ».

Je ne compte plus les fois où cette question m’a été posée, par la DRH de la World Company où j’ai travaillé pendant 11 ans ou par de potentiels recruteurs. 

Je n’ai jamais vraiment trop su quoi répondre.

Il faut dire que je n’ai jamais fait de plans de carrière ou exercé 2 fois le même métier. Et qu’à chaque fois, ma bonne étoile m’a ouvert des portes auxquelles je n’aurais moi-même pas pensé.

Qui aurait dit il y 14 mois que j’intégrerai le cabinet de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes en tant que chargée de mission puis conseillère en charge de la communication ? Si on m’en avait parlé, j’aurais cru à une mauvaise blague.

A cette époque, j’étudiais la possibilité de retourner au salariat, après 4 années en tant que journaliste web freelance. Je me disais qu’un poste aux horaires plutôt cools, idéalement en 4/5ème serait l’idéal.

C’est alors que Laurence Rossignol, tout juste nommée Ministre, m’a contactée sur Twitter pour me proposer de travailler à ses côtés. Nous avions échangé plusieurs fois virtuellement, au sujet de mon blog ou bien la fois où elle avait interpellée par un sénateur UMP en ces termes délicats « C’estqui cette nana ? ». Sa réponse du tac au tac m’avait impressionnée et je lui avais dit à l’époque que cela m’inciterait à ne plus jamais me laisser faire.

Après 14 mois de cette aventure hors du commun, j’ai définitivement fermé la porte de mon bureau et ai clos mon unique carton vendredi dernier.

Je quitte donc le ministère sans regrets ni amertume, la tête et le cœur remplis de moments incroyables.

On dit qu’une année de chat compte pour 7 ans de vie d’humain, il en est de même pour la vie de cabinet. Jamais de ma vie professionnelle, je n’avais connu une telle intensité, jamais je n’avais eu ce sentiment d’être exactement au bon endroit, au bon moment. Pendant 14 mois, j’ai vécu cabinet, mangé cabinet, dormi cabinet, rêvé cabinet (plutôt raté, pour le coup, le poste aux horaires cools en 4/5ème!:-)). 

Chaque jour je mesurais ma chance en passant sous le drapeau et la responsabilité que nos fonctions impliquaient. Chaque jour, je pensais à mon père mais aussi à mes grands-parents, venus de Roumanie et d’Algérie et qui auraient été si fiers de me voir travailler pour la France.
Je ne remercierai jamais assez la Ministre de m’avoir permis de vivre ça.

La vie de cabinet est une expérience très particulière, qui oblige chacun.e à aller au-delà de ses limites, justement car nous savons que le temps nous est compté. Une ruche à des années lumière de l’image technocratique et déconnectée que l’on pourrait en avoir. Ce matin, lors de la passation présidentielle, un journaliste expliquait que l’Elysée était un endroit étonnamment calme, où les gens chuchotaient. Notre cabinet était tout l’inverse : ça grouillait, ça courait, ça criait, ça riait (je me suis d’ailleurs fait reprendre plus d’une fois à cause de mon rire tonitruant devant le bureau de la Ministre !). Alors que j’avais été habituée dans mon ancienne vie professionnelle à des circuits de validation tellement longs que certains projets n’ont jamais vus le jour, j’ai pu, comme les autres membres, bénéficier d’un accès direct à la Ministre. Pouvoir pousser sa porte pour avoir son avis ou au contraire pouvoir exprimer le sien et défendre ses idées est un incroyable accélérateur de projets et une liberté hautement appréciable.

Notre travail main dans la main avec les associations, les nombreuses personnes reçues au cabinet nous ont permis de garder une connexion constante avec le terrain. Le Ministère n’a jamais été une tour d’ivoire.
Très vite, j’ai d’ailleurs oublié les titres de ses membres, qu’ils soient énarques, normalien.ne.s ou agrégé.e.s pour ne voir en elles et eux que des militant.e.s, totalement investi.e.s dans les causes défendues.

Chaque personne au sein de ce ministère m’a appris quelque chose sur moi-même. Et notamment l’humilité. Quand dans tes autres jobs, tu es décrite comme celle qui écrit bien et que tu découvres tu es la moins bonne au sein du cabinet, tu retournes humblement à ton blog sans trop fanfaronner. Quand dans tes lettres de motivation, tu loues ta résistance au stress et ta polyvalence et que tu constates l’efficacité et l’endurance de ton équipe alors que tu es toi-même au bord du burn-out, tu te dis qu’elle ira loin (et qu’accessoirement tu es vieille! :-) ).

Après 14 mois, je ne dirai pas que je retrouve ma liberté car je ne l’ai jamais perdue. J’ai eu la chance d’être acceptée telle que j’étais, avec mes licornes, mes chaussures à paillettes, mes coups de gueule et ma tête des mauvais jours. C’est si rare dans une vie professionnelle de ne pas avoir à porter de masque que je mesure ce que je perds aujourd’hui.

La suite, je ne la connais pas encore. Mon plan actuel c’est de faire une pause jusqu’en septembre, reprendre mes esprits et mon blog et qui vivra verra !
Comme me disait ma mère quand j’avais le cafard le dimanche soir à l'idée de retourner à l'école: «Haut les cœurs ! ».

C'est ce que je nous souhaite à tou.te.s !


Bas du formulaire