> Pour la St Valentin faites l'amour, pas les magasins!

samedi 11 février 2012

Pour la St Valentin faites l'amour, pas les magasins!

Chronique écrite en janvier 2011 pour le site participatif Suite 101

Malgré ce que nous assènent les pubs, la St Valentin est perçue pour beaucoup comme commerciale et ringarde. Et si on profitait de ce jour pour militer ?

A moins que vous ne viviez dans une grotte, vous n’y échapperez pas. Dans quelques jours, les pères Noël et autres sapins seront remplacés dans les vitrines par les cœurs et les angelots en prévision de la St Valentin.

Cette fête a été progressivement vidée de son sens premier pour ne devenir qu’une injonction commerciale de plus, coincée dans le calendrier après Noël et juste avant la fête de mères. Les célibataires la vivent mal et de plus en plus de couples la jugent ringarde. Certains profitent même de ce jour pour militer et faire passer des messages. Décryptage.

La St Valentin : à l’origine la fête des célibataires et pas des amoureux

L’histoire de la St Valentin est assez mal connue et remontrait à l’antiquité. Dans la Rome antique, on fêtait les Lupercales, le 15 février, afin d’assurer la fertilité des bêtes, des champs et du peuple

Des prêtres sacrifiaient des chèvres au dieu de la fertilité, puis couraient à moitié nus à travers les rues de la vieille Roma Quadrata en frappant avec des lanières tous ceux qu'ils rencontraient, en particulier les femmes, qui se plaçaient elles-mêmes sur la trajectoire des coups afin d'être rendues fertiles. On dit aussi qu'à cette occasion, une sorte de loterie de l'amour était organisée qui consistait à tirer au hasard le nom des filles et des garçons inscrits de façon à former des couples pour le reste de l'année.

Au Ve siècle, le pape Gelase Ier décide de mettre fin aux Lupercales et impose de fêter la Saint Valentin, fêtant ainsi le prêtre Valentin mort un 14 février pour avoir marié, en cachette du pouvoir romain, des couples amoureux.

La St Valentin a longtemps été la fête des célibataires plutôt que des amoureux. Ainsi, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leur village et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent. À l’issue de ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Ceci permettait de développer la démographie et de stimuler l’expansion des villages. La première mention du jour de la Saint Valentin avec une connotation amoureuse remonte au XIVe siècle en Angleterre, où l’on croyait que le 14 février était le jour où les oiseaux s'accouplaient.

Une fête mal perçue par les célibataires et par de plus en plus de couples

Un sondage réalisé en ligne par AGL auprès de 435 célibataires, hommes et femmes, donne des résultats sévères pour la fête des amoureux : 42% des célibataires français la considèrent comme purement commerciale et dédiée aux couples, et 14% des célibataires de 16 à 34 ans indiquent même que le 14 février est le "pire jour de l'année". Au total, "6 célibataires sur 10 souhaitent une fête printanière réellement dédiée au célibat" indiquent les résultats (1).

Comme le proclame avec humour le site anglais Be my anti-valentine qui propose des cartes postales électroniques pour tous ceux qui refusent de fêter la fameuse fête des amoureux, «le jour de la St Valentin, c’est comme l’herpes : au moment où vous pensez que c’est parti pour de bon, son affreuse tête ressurgit à nouveau».

Parmi les couples également, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’aspect mercantile de la St Valentin, son caractère quasi-obligatoire (celui qui ne la fête passe pour un radin ou un sans-cœur). Après l’injonction des cadeaux de Noël et juste avant celle de la fête des mères, le 14 février est une aubaine pour tous les marchands de chocolats et de sous-vêtements, et pour les fleuristes. Les vitrines débordent d’angelots et de cœur en polystyrène jusqu’à l’écœurement et le couple est érigé comme modèle et valeur-refuge.

«Pour la St Valentin, faites l’amour, pas les magasins !»

C’est par ce slogan néo-soixantehuitard que le collectif «To be and not to pub» propose à chacun de s’engager en ce 14 février. Vous êtes célibataire, féministe, anticonsummériste, antipubiste, artiste opportuniste, colleur-euse d'affiches acharné-e, activiste ou simplement citoyen-ne en manque d'espace d'expression ?

Alors vous avez toutes les raisons de participer aux actions antipub "Saint Valentin : Faites l'amour, pas les magasins". D’après le site, «La masse grandissante de pub engendre et entretient l'amalgame entre l'être et l'avoir, elle fait croire qu'on vit plus aimé et plus heureux en consommant plus, en possédant plus. La St Valentin est une fête du profit déguisée en fête de l'amour.

On y voit pousser une multitude de pubs encore plus abrutissantes que d'habitude, c'est donc une bonne date pour rappeler que nous somme des êtres humains avant d'êtres des consommateurs et des consommatrices et qu'on en a marre que toute cette pub envahisse la ville».

Le site propose donc de redécorer, déchirer, recouvrir, compléter, peinturlurer... les panneaux publicitaires qui enlaidissent la ville et «nous inondent de propos idiots qui nous enferment dans des stéréotypes et nous font acheter des trucs inutiles (comme des cadeaux standardisés pour la St Valentin)». Décorer des affiches, voilà une saine occupation pour celui qui craint de s’ennuyer ou de déprimer en ce jour de fête des amoureux !

Si votre douce moitié n’est pas sensible à votre approche anti-consumériste de la St Valentin, il existe des façons alternatives de la fêter, plus respectueuses de la planète et du porte-monnaie : fabriquer soi-même ses cadeaux, cuisiner son repas avec des produits de proximité, envoyer des cartes électroniques…

(1) http://www.zurbains.com/celibataires-saint-valentin_679D4D833572B3.html

Pour en savoir plus :

http://agirici.free.fr/spip.php?article358

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Valentin