> Carla Bruni, elle a bien morflé ta conscience de gauche...

samedi 25 février 2012

Carla Bruni, elle a bien morflé ta conscience de gauche...

On a toutes une copine plutôt rock and roll, drôle et affranchie qui s’est transformée en ménagère de moins de 50 ans après le mariage. L’ex amazone qui, une fois la bague au doigt, ne parle plus que de son mari et de ses enfants tout en tirant sur son pull difforme.

C’est le sentiment que j’ai eu en tombant sur les interviews récentes données par Carla Sarkozy : en coup de baguette magique, celle qui trouvait la monogamie ennuyeuse nous est vendue comme la femme au foyer idéale. Le relooking savamment orchestré commence par l’apparence : Cheveux gras et gilet beige informe, sans maquillage dans 20 minutes puis en pull gris trop grand dans TV magazine. En revanche, les dents artificiellement blanchies et le botox sont eux bien présents, vestiges de la splendeur qu’on ne peut effacer à coup de storytelling.


Le discours a lui aussi pris 20 ans dans les dents. Quand on l’interroge au sujet d’internet, la première dame de France déclare ainsi « À mon sens, Internet ou les jeux vidéo sont bien plus diaboliques que la télé, qui en serait presque devenue sage. ».

Celle qui avait ouvert son carnet d’adresse germano-pratin à son mari, lui avait offert une véritable « révolution culturelle » semble avoir revu ses prétentions intellectuelles à la baisse. Au programme :

- Le cyclisme : « Il m'a fait découvrir le Tour de France. Je trouve ce spectacle sublime, et les paysages traversés par les coureurs sont magnifiques. J'avoue y avoir vraiment pris goût ».

- « Plus belle la vie » : Oui, j'ai souvent regardé Plus belle la vie avec ma fille dans les bras ces derniers temps. Je trouve cette série charmante, bien faite et très sympa à suivre. »

- « L’amour est dans le pré » : « Je trouve cette émission absolument fabuleuse ! Ce qui me plaît, c'est le climat bon enfant qui change de la téléréalité habituelle. Les situations sont marrantes et très naturelles. Et j'aime le principe de rassembler des gens afin qu'ils puissent trouver l'amour. »

- « Fort Boyard » : « Je souffrais en regardant le moment des votes dans des émissions comme Nouvelle Star. Je préfère regarder Fort Boyard avec les enfants. C'est plus ludique. Et, même si je ne pourrais pas faire un centième de ce qu'ils font dans l'émission, je trouve le spectacle vraiment hypnotisant. »

Question politique, celle qui incarnait la « conscience de gauche » de Nicolas Sarkozy semble avoir perdu ses beaux idéaux en même temps que ses neurones : « Quand je vois ce qui se passe en Grèce, j’ai peur. J’ai moins peur en me disant que c’est lui le président. » « Je ne m’y connais pas tellement mais franchement, je trouve qu’il a tout bien fait. Généralement, je trouve que ses idées sont fabuleuses. » .

Une femme dévouée qui supporte son mari jusqu’au bout de la nuit. Ainsi, quand le journal 20 minutes lui demande si le président n’est pas fatigué par des nuits agitées, elle répond « Elles le sont parce que j’ai une fille de quatre mois. Lui ne la nourrit pas. Généralement, ce sont les femmes qui s’y collent. ». A-t-elle oublié qu’un enfant se conçoit à 2 ? Et qu’un biberon peut être donné par le père histoire de soulager la mère ?

Bien évidemment, je ne suis pas dupe et bien consciente qu’il s’agit d’une opération de « rebranding » savamment orchestrée par les communicants de l’Elysée afin de rendre le « président de la vérité » moins bling bling.

Et c’est à la première dame qu’il revient de jouer les femmes sandwichs pour distiller la bonne parole.

Ironie du sort : celle qui s’était battue pour sortir du statut d’ex-mannequin plante verte en se reconvertissant dans la chanson se retrouve désormais ravalée au rang de porte-manteau présidentiel. Carla, elle a bien morflé ta conscience de gauche…