> Interview fromage et féminisme : Cécile on the road

lundi 30 novembre 2015

Interview fromage et féminisme : Cécile on the road

Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Cécile on the road qui répond à mes questions.


NB : Cette série d'interviews a été menée au mois d'octobre donc bien avant la série d'attentats du 13 novembre 


 Bonjour Cécile, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Forte comme un munster au travail, coulante comme un brie de melun dans la vie perso. Pâteuse comme un Neufchatel au réveil. Et je dirais pas quoi après le sport, mais bon.

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

Ah non ! On en fera jamais assez de fromage. On en fait à peine du petit lait, du vieux caillé. Faut en faire au moins du Maroilles ou de l’Epoisses !

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ?

L’Accor Hotel Arena et sa campagne d’affichage dans le métro : faut arrêter de vouloir mettre les femmes à genoux (et en plus c’était totalement dénué de sens... )

Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Je suis féministe : si c’est moi qui coupe, c’est féministe (ben oui). Donc, pour que ce soit égalitaire, c’est moi qui coupe.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Gouda à la truffe, brillat-savarin, brie au poivre, petit chèvre fondant et clacbitou. A partager avec qui acceptera ma coupe de fromage égalitaire…

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

Des petits “ramequins-raclette” : de la charcuterie et des patates sautées recouvertes de fromage à raclette (ou tout autre fromage qui fond, genre LA FOURME D’AMBERT OH OUI), et au four. C’est pas trop une recette de la honte, plutôt une recette de “qui va directement dans ton gras”.

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

Le gras, c’est la vie. Le féminisme est donc gras comme du triple crème.

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

Oh oui ! Et on se ferait toutes tatouer un joli macaron laitier sur le biceps.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

Si elle est contemporaine, c’est Benoite Groult (qui est la nana de 95 ans la plus cool du MONDE)
Si elle est d’avant, c’est Rosalind Franklin. Qui a manqué un prix Nobel parce que deux hommes lui ont volé.
Je suis sûre qu’elle mangeait le mont d’or à la cuillère.

Merci à Cécile pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !