> Interview fromage et féminisme : Garance

vendredi 27 novembre 2015

Interview fromage et féminisme : Garance



Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Garance qui répond à mes questions.

NB : Cette série d'interviews a été menée au mois d'octobre donc bien avant la série d'attentats du 13 novembre 


Bonjour Garance, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

C’est compliqué, car le matin je suis plutôt Munster, surtout quand j’ouvre la bouche pour dire « bonjour mon amour », qui fuit très vite le lit conjugale, étonnamment.
Dans la journée je constate que je coule comme un brie, pour finir échouée dans mon lit à 21h30.
Sinon je m’appelle Garance, j’ai 26 ans, j’ai beaucoup de casquettes, un véritable étalage de fromages en direct du fromager.

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

Je suis très jeune (oh 26 ans c’est très jeune) ça n’excuse pas tout mais c’est rassurant de savoir qu’on évolue dans sa pensée.
Au début je trouvais qu’on en faisait tout un fromage de ce féminisme, je suis par exemple en total opposition avec Elisabeth Badinter sur beaucoup de points et je ne comprenais pas les débats que je trouvais « cons » sur le fameux « mademoiselle » par exemple.
Aujourd’hui j’ai bu beaucoup de vin, et aussi de l’eau, et échangé pas mal entre deux morceaux de Cantal. J’ai toujours beaucoup de mal avec Elisabeth Badinter, ma came c’est plus Marie-Hélène Lahaye.  Mais force est de constater que le féministe est vital pour moi. Je ne suis pas sur toutes les causes, j’évite tout de même de coller du fil dentaire dans la grande fondue du féminisme (c’est bon les vieux, vous l’avez le clin d’œil ?). Pour moi, la plus grande faiblesse, c’est cette éternelle guerre entre les femmes, entre les féministes.  

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ? 

Cette horrible pub dans le métro qui vend le fromage de chèvre avec une grande blonde qui prend la pose (je suis grave dans le thème)… Je n’ai rien contre les blondes d’ailleurs plus contre les pubs à la cons de ce type. D’ailleurs elle n’est même pas blonde. Et alors toutes les pub Adopteunmec je les déteste elles sont tellement sexistes.

 
Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Il faut faire une fondue ! Tout le monde dans le même caquelon de la vie, mangé à la même valeur !

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Avec toi par exemple. Comment ça je suis lèche cul ? J’aimerais le partager avec des personnes qui me font rire, mais rire à en avoir le périnée tout moue.

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

À la grande époque de mon amour pour le fromage (oui actuellement je ne peux plus en manger, une longue histoire d’allergie) je collais du fromage râpé sur mon riz. Je suis en couple avec un homme d’origine chinoise. Il pleure des larmes de sang à chaque fois que je sors le fromage râpé quand c’est riz. Surtout que j’ai filé cette passion à notre fille. Passion riz, passion fromage, le plus joli des mélanges de la vie.

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

 Je crois que ça reste très perso ce choix… Mais sinon : plus y’en a moins, plus j’ai l’impression de me faire arnaquer.

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

Surtout pas ! Je suis favorable à l’échange, à la prise de conscience, au temps qui permet à chacun de grandir et finalement de voir la réalité différemment.
Un AOC c’est rangé tous les fromages dans une case et j’ai pas envie.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

La mère de famille, au passage clouté avec ses 3 enfants pendant les vacances scolaires, qui répond aux questions de sa fille en esquissant un sourire plein de lassitude. Parce que oui, la vie parfois ça pue comme un fromage.

Merci à Garance pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !