> Interview fromage et féminisme : Lucie

lundi 23 novembre 2015

Interview fromage et féminisme : Lucie




Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Lucie qui répond à mes questions.

NB : Cette série d'interviews a été menée au mois d'octobre donc bien avant la série d'attentats du 13 novembre 

Bonjour Lucie, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Bonjour, je m'appelle Lucie, j'ai 29 ans et pense être davantage de la famille du Munster. Du moins je fais tout pour.

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

Si j'étais masculiniste ou simplement un homme qui n'a pas bien compris ce qui se passe, je dirais oui. Blague à part, je trouve très important pour les filles et les femmes d'aujourd'hui d'être féministes, et on peut l'être de différentes manières.

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ?

La taxe tampon, bien sûr. Je n'arrive pas à concevoir que des hommes puissent débattre d'un sujet qui ne les concernent pas et balayent le problème d'un revers de main comme si le camembert marque repère était forcément moins bon que le Président. Cela me consterne, m'attriste et me révulse en même temps.

Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Il y a tant de choses à faire... Si on commençait déjà par arrêter de réduire les femmes à ce qu'on appelle communément de façon dégueulasse « le sexe faible », les mentalités évolueraient plus vite. Le sexisme ordinaire est le fléau de notre société : les blagues (du type femme au volant, etc.), l'éducation des enfants via les jouets genrés, etc. Tout débute dès l'enfance, si on apprend très tôt aux mômes qu'ils sont égaux et que les garçons ne sont pas supérieurs aux filles, leur vie d'adulte s'en ressentira nécessairement. C'est une belle utopie mais je crois que si tous les gens qui ont de jeunes enfants aujourd'hui se serrent les coudes pour inculquer des valeurs correctes à leurs progénitures, dans 30 ans on vivra enfin dans un monde normal (c'est beau de rêver). Mais comment mettre fin rapidement à des milliers d'années de dominance masculine ? C'est aussi chaud qu'un clacos au barbecue.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Le fromage est bien trop sacré pour être partagé avec n'importe qui. Je ne sais pas avec qui j'aimerais spécialement le partager, mais je sais avec qui je n'aimerais pas : Christian Eckert (entre autres).

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

Je ne sais pas si c'est considéré comme honteux mais je ne vois aucun problème à faire fondre un maximum de fromage (plus il sent et meilleur c'est) dans une casserole pour le déverser de manière totalement irrévérencieuse sur une assiette de tagliatelles. Tu mélanges bien et tu t'en mets plein la panse. Concernant le one pot pasta, je ne sais pas si j'oserais faire cette recette car ma meilleure amie est italienne. J'ai déjà survécu à son courroux en arrêtant enfin de couper mes spaghetti, je vais donc éluder la question.

Comme moi, tu fais partie de la team #vieilletwitta : qu’est ce qui te fait sentir parfois comme une vieille croûte, sur Twitter ou ailleurs ?

Je crois qu'à 29 ans, on est aussi vieille qu'on est jeune. En fait je me suis toujours considérée comme une jeune fille (haha... hum) jusqu'à ce que les adolescentes nées à la fin des années 90 avec lesquelles j'ai travaillé ces dernières années m'aient fait comprendre que non. Je me suis offusquée mais me suis rendue à l'évidence : je ne connais pas les One Direction, je suis insensible à la mode des vlogs sur YouTube et quand une de « mes » ados m'a expliqué un jour que Twitter était « un truc de jeunes à la base mais les vieux s'y mettent maintenant », j'ai compris que je vieillissais. Mais c'est pas grave, j'accepte.

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

Je pense que ton estomac peut te remercier d'avaler un plat à base de Bridelight un soir où tu n'as pas très faim, comme il serait impensable de cuisiner une Chantilly avec autre chose qu'un truc bien chargé. Je suis pour la paix dans les ménages, moi, j'aime le gris, l'extrême n'a jamais rien donné de bon. Je suis complètement pro-choix.

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

Gagnerait-on en respect ? La question est intéressante, ça se discute.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

J'aurais aimé donner un nom mais j'en ai plusieurs qui se bousculent dans ma tête. Celles auxquelles je pense se battent ou se sont battues pour des droits fondamentaux de quelque manière que ce soit, via la politique ou les arts, elles ont du charisme et se sont imposées par leur(s) talent(s). Heureusement que ces femmes existent, je pense que nous avons besoin de modèles pour nous aider à ne pas perdre la « foi ».

 Merci à Lucie pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !