> Interview fromage et féminisme : Sandrine Goeyvaerts

jeudi 12 novembre 2015

Interview fromage et féminisme : Sandrine Goeyvaerts



Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Sandrine Goeyvaerts qui répond à mes questions.

 Bonjour Sandrine, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Je suis un comté. Et tant pis si ça répond pas à ta question. En fait, selon les périodes je peux être extrêmement douce, voire tendre, ou bien assez dure, mais toujours avec le grain de sel sous la dent.

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

Oui, et pas encore assez ! Il faut que le féminisme devienne quelque chose d'évident, de mainstream presque, pour tout le monde, tout le temps. On en est encore trop à stigmatiser les féministes, à les considérer comme des femmes chiantes et revêches. Alors que bon, comment tu peux être chiante si tu aimes le fromage ? Blague mise à part, on a toutes besoin du féminisme, so let's spread it, comme le beurre sur une tranche de pain de campagne avant d'y étaler langoureusement de la fourme.

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le
roquefort ?

Tu vas rire. Ca parle justement de FROMAGE. Un calendrier, qui n'en est pas à sa première édition, d'ailleurs et qui veut « révolutionner la comm' du fromage au lait cru, le rendre glamour ». Comment ? Je te le donne en mille. 



Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Cela va te surprendre mais je suis très loin des Intégristes Fromagers qui édictent mille règles pour couper le fromage. D'ailleurs, je vais même plus loin : mes fromages préférés, je les planque, je les achète en catimini pour les manger SEULE, loin de tout partage. D'ailleurs, entre féministes amatrices de fromages, on se refile des bons plans pour dissimuler nos fourmes ou nos brillat à la truffe aux gosses. Une de ces méthodes implique du chou kalé, mais je n'en dirai pas plus, on nous espionne peut-être.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Du comté, du bleu (n'importe lequel, je les aime tous), du vrai camembert au lait cru, du Herve, de l'ossau-iraty, du chèvre mais frais plutôt qu'affiné...
Avec une bouteille de vin.
Et mis à part les potes ou mon mec, j'adorerais partager un plateau de fromage avec toi (pour le fayotage, t'as vu) et en gens un peu moins connu avec Jay McInnerney.

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du
fromage ?

Aucune. Je suis fière de tout ce que je fais avec du fromage (not in a sexual way)

Comme moi, tu fais partie de la team #veilletwitta : qu’est ce qui te fait sentir parfois
comme une vieille croûte, sur Twitter ou ailleurs ?

Vieille croûte toi-même, ho ! Je suis toujours en phase d'affinage, moi, je développe mes parfums et tout... Sinon, je dirais à chaque fois qu'un môme sur twitter prétend être né dans les années 1990. Personne n'est adulte et né en 1990, voyons, soyons sérieux.

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

On voit que tu m'as pas rencontrée en chair et en gras, toi !

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme

Non, on voit bien les limites de celles-ci pour le vin, alors bof bof. Soyons individuelles dans nos féminismes, c'est une force !

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires,
elle ?

De l'admiration c'est un terme très fort, mais j'ai tout spécialement aimé une récente gueulante de Christine (Héloïse) and the Queens. Ce n'est pas la première fois que je la lis parler de féminisme ou de genre, et je la trouve très juste.  Cette meuf a tout mon respect, et accessoirement c'est la chanteuse préférée de ma fille : Gérard a toujours raison.

Merci à Sandrine pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !