> Interview fromage et féminisme : Patate

lundi 9 novembre 2015

Interview fromage et féminisme : Patate


Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Patate qui répond à mes questions.


Bonjour Patate , peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Je me sens plutôt forte comme un munster après avoir été bien trop coulante, donc je me sens plutôt reblochon bien fait

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ? 
Si on en fait tout un fromage, c'est à raison : le féminisme est quand même là pour bousculer beaucoup de choses (pour ne pas dire tout) et conséquemment attaquer le petit confort et le pouvoir des hommes. Forcément, ça passe pas comme une crème de gruyère, c'est le moins qu'on puisse dire.

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ?

Je vois plus de pub, ou très rarement, je ne suis absolument pas l'actu people du coup je suis à la ramasse complet sur ces trucs, en gros la misogynie qui me répugne ne se trouve pas là précisément, même si évidemment elle influe beaucoup. Mes sujets de rage sont dans des choses peut être moins perceptibles, moins évidentes, c'est plutôt dans les façons de faire, le paternalisme, l'occupation de la parole, la négation systématique de ce qu'on peut tenir comme propos féministe au sein d'un groupe déjà engagé sur un autre terrain, par exemple. Et évidemment, dans le travail aussi, où c'est aussi retors et sournois... Des choses qui puent, mais dont on ne se rend pas compte immédiatement, une odeur gênante de lait caillé en arrière plan.
AH ça un truc qui m'a fait bondir y'a peu c'est un "manuel d'autodéfense féministe" (sic) sorti par les éditions Plon bourré de culture du viol, vraiment écoeurant. C'est pas le seul bouquin adressé à des ados qui contienne ce genre de merde, mais qu'il revendique l'étiquette féministe me fait grincer des dents.

Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Toutes les parts strictement identiques, au millimètre près, en théorie. Mais on a été tellement privées de fromage que je suis assez pour partager une raclette en non-mixité.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Le plateau idéal sera composé des fromages idéaux pour mes invitées, et pour moi ça serait des fromages qui fondent : j'aime que ça. Et je le partagerais  avec celles et ceux qui se reconnaitront, là-bas dans une cuisine cachée, après un apéro digne de ce nom.

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

Je saurais même pas par quoi commencer, tous mes plats honteux contiennent du fromage je crois... mais dans le genre qui fait hurler les puristes, les nouilles trop cuites avec un bon monticule d'emmental et de la crème, c'est roboratif et ça fait plaisir.

Comme moi, tu fais partie de la team #vieilletwitta : qu’est ce qui te fait sentir parfois comme une vieille croûte, sur Twitter ou ailleurs ?

Bah je dis ça plus quand je constate à quel point je peux être larguée sur certains trucs mais c'est pas qu'une question d'âge : c'est une question d'accès aux infos aussi, nous autres les plus vieux on a connu internet tard et dans mon cas je sortais d'une cambrousse isolée, j'ai eu toute une culture militante à découvrir très tard et il me reste des tonnes et des tonnes de trucs à découvrir encore, tellement que ça fout le vertige, souvent.
Aussi en vieillissant j'ai tendance à me foutre un peu plus encore d'être détestée pour garder en tête ce que je souhaite du féminisme (c'est un exemple), du coup j'aurais peut être moins d'hésitation avant d'envoyer chier ou de couper les ponts, y compris avec  mon entourage (ce qui n'est pas sans poser problème). Mon corps sinon me rappelle que j'ai plus 20 piges, mais c'est tout. Pour le reste, l'idée comme quoi on s'assagit en vieillissant me fait vraiment rigoler : je suis de plus en plus en colère, juste je ne l'exprime plus de la même façon.
J'oublie souvent mon âge, et je ne m'intéresse pas à l'âge des gens que je rencontre, plus à la façon dont iels ont occupé et occupent le temps passé sur cette terre. Mais attention : je ne parle pas de sexualité, là, je vois venir les propédos avec leurs gros sabots dégueulasses (coucou Claude Guillon).
Disons plus précisément que je ne me pose pas la question de l'âge quand on discute un sujet. Pour moi les écarts se ressentent surtout sur des questions de classe sociale, des orientations politiques, des centres d'intérêt, de la culture, du type de vécu, ou tout simplement des atomes crochus qu'on peut avoir ou pas avec une personne.  Ça me fait assez bizarre qu'on mette sur le tapis l'âge des gens pour contrer ce qu'iels disent... je sais pas, ça me parait hors de propos.

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

35% c'est encore léger !

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

Haha oui et non : non parce que le féminisme est divers, et oui pour éviter des horreurs comme le "manuel d'autodéfense" abordé plus haut... un truc qui m'agace profondément c'est le galvaudage des mots jusqu'au vide complet. Mais bon, en fait peu importe, si le mot féminisme est important, je ne vais pas m'essouffler là dessus, si j'arrive à faire comprendre autrement mon propos, je peux feinter aussi ! Et ça dépend beaucoup des interlocuteurs/trices en face.
Mais mon AOC à moi restera l'anarcha-féminisme, j'en suis venue au féminisme via l'anarchisme, et je ne dissocie pas les deux.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

Humm c'est difficile comme question, je suis pas tellement du genre à être fan... mais s'il faut, alors peut-être Frida Kahlo. J'aime beaucoup le fait qu'elle se soit permise d'envoyer chier André Breton !

Merci à Patate pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !