> Elles osent! Entreprendre au féminin : Anne-Christelle Beauvois fondatrice de Lilibulle.

vendredi 23 mai 2014

Elles osent! Entreprendre au féminin : Anne-Christelle Beauvois fondatrice de Lilibulle.


Je reçois aujourd'hui sur le blog Anne-Christelle Beauvois avec qui j'échange avec beaucoup de plaisir très régulièrement sur Twitter! Elle nous en dit plus sur Lili Bulle, sa boutique en ligne, son parcours et ses projets.


* Bonjour Anne-Christelle, peux-tu nous parler de Lilli Bulle ?

Oui avec grand plaisir.

Lilli Bulle a été en 2000 le premier concept-store pour les enfants, à l'époque personne ne se penchait vraiment sur la mode enfantine. 

Il y avait peu de choix, une offre très classique et peu, voir pas de magasins proposant autres choses que des marques très connues et reconnues.
Je mets en avant aujourd'hui chez Lilli Bulle, une offre très diversifiée, qui ne s'arrête pas aux vêtements. 

J'aime chercher et dénicher de nouveaux créateurs dans différents univers: La Mode, le Design, les jouets/jeux, la papeterie/carterie...

Je ne m'arrête pas qu'à l'univers des l'enfants, je m'attache à créer des passerelles entre le monde des adultes et celui des enfants. J'aime l'idée qu'une lampe puisse se trouver un jour dans la chambre de bébé et quelques mois plus tard dans le salon.

Mon autre démarche, consiste à choisir des produits de bonne voir d'excellente qualité autant que possible. Des fabrications respectueuses de l'humain et de l'environnement. Je suis très attentive aux provenances et pose un maximum de questions à mes fournisseurs.
Je souhaite qu'un vêtement puisse passer d'un enfant à un autre, qu'une paire de tennis ne soit pas fichu au bout de 3 semaines, que les teintures ne soient pas composées de produits  trop dangereux...

* Qu’est ce qui te différencie de tes concurrents ?

Depuis maintenant 14 ans je découvre des créateurs/artistes/marques peu connus ou émergentes.
Je propose donc des produits peu présents sur le marché de l'enfant.
Ceci est ma force mais aussi ma fragilité.

* Quel a été ton parcours avant d’ouvrir ta boutique et ton e-boutique ?

Simple et éclectique à la fois.
Je suis styliste, diplômée du Sudio Berçot.
J'ai commencé comme assistante Styliste puis je suis très vite devenue directrice de collection, dans le PAP féminin pour la marque Irène Van Ryb, c'était il y a plus de 15 ans.

Après la naissance de mon 1 er enfant, j'ai eu envie de changer un peu de parcours. 

J'ai travaillé pendant quelques temps comme responsable France/export pour un créateur de bijoux (La Parisette) dont j'ai relancé la partie commerciale.

* Peux-tu nous dresser le portrait robot d’une cliente ? La cliente en boutique est-elle 
différente de celle du net ? 

Tu me parles cliente et j'ai envie de te parler client;-)

J'ai évidemment plus de femmes en magasin que d'hommes mais mes clients hommes sont très très fidèles, apparemment ils apprécient mes conseils.

Je n'ai pas de cliente type, désolée...

Mais le point commun à tous mes clients, c'est qu'ils cherchent un produit différent et créatif, allié à du vrai conseil.

Sur le net, c'est à peu prés la même chose sauf qu'en plus les clients recherchent souvent le prix le plus bas, la bonne affaire, les remises....

* As-tu vu les comportements d’achat se modifier depuis 2000, date d’ouverture de ta boutique ? (notamment en terme de stéréotypes, de genre…). Par ex : la classification jouets de fille/jeux de garçons)

C'est un grand OUI. 

L'évolution de la consommation ne va pas dans le sens que j'aimerais du moins pas encore.
Mais comme je suis d'une nature optimiste, je pense que cela changera tôt ou tard.
Les clients veulent des produits très "genrés" qui les rassurent.
J'entends de plus en plus en magasin, êtes-vous  sure/certaine, c'est bien pour un garçon ? Ah ! non le rouge c'est pour les filles !  Trop foncé ou sans froufrou,  trop garçon ! 

Par ailleurs, j'aimerais avoir plus de clients qui achètent moins mais mieux, plus soucieux de la qualité, de la fabrication.... et là on n’y est pas encore. Le client veut du produit pas cher et facile à comprendre. 

Du produit connu et rassurant, c'est un peu un pas en arrière.

Mon métier tel que je le conçois demande de bien connaitre les produits que l'on propose en magasin, de conseiller, d'apprendre, d'éduquer même parfois. 

Par exemple pour les chaussures, les gens achètent tellement de tennis, chaussures en plastiques ou toiles qu'ils ne savent même plus entretenir les chaussures, les cirer, les imperméabiliser...

C'est aussi une consommation happée par la facilité:
Plus de lacets, que des velcros même si le réglage de la chaussure est moins bon et les chaussures moins bien ajustées aux pieds de l'enfant.

Plus de boutons, des pressions. Des tissus qui ne nécessitent pas de repassage.

* Quelles sont les catégories de produits les plus achetées ?

Le cadeau de naissance et depuis peu beaucoup d'accessoires et de jouets.
Il y a un vrai désamour pour le vêtement aussi réussi, créatif soit-il.

* En tant que femme, quelles ont été les difficultés rencontrées lors de la ta création d’entreprise ? Comment as-tu pu lever ces freins ?

Je n'ai pas souvenir d'avoir eu à la création de soucis parce que j'étais une femme, je n'ai pas dû y faire attention ou alors je ne m'en souviens plus;-) c'était il y a 14 ans...

Par contre entendre au téléphone que l'on souhaiterait parler au patron m'insupporte alors qu'on pourrait demander le ou la responsable.

* Quels conseils donnerais-tu à une femme qui souhaiterait se lancer aujourd’hui ?

Oser franchir le pas car elle risque souvent d'entendre l'inverse ...
D'avoir un compagnon comme le mien, qui prend plein de chose en charge à la maison, qui accepte de s'occuper à 50/50 des enfants voir même parfois à 90%.

* Fais-tu partie d’un réseau féminin ? Si oui lequel ?

Non pas pour le moment, je n'en ai pas vraiment eu l'occasion mais aujourd'hui j'aimerais bien pour avancer autrement et échanger plus souvent.
D'ailleurs si vous connaissez de bons réseaux...

* As-tu un exemple de femme qui a pu t’inspirer ou avoir valeur d’exemple ?

Oui deux dans l'univers de la mode et de l'entreprise:

L'une Marthe Desmoulins à l'origine du magasin "Absynthe" dans les années 90 qui a lancé en France de jeunes créateurs tels Dries Van Noten ou Ann Demeulemeester. La boutique n'existe plus aujourd'hui mais a été une vraie source de motivation pour moi même si je ne la connais pas personnellement.

La seconde est Colette Rousseaux, fondatrice du 1 er concept-store parisien "Colette.
Je l'ai rencontrée à quelques reprises il y a plus de 15 ans lorsque je travaillais dans le PAP féminin,avant quelle ne lance Colette et ensuite au démarrage du concept store. 

Cette femme est une sacrée bosseuse, toujours sur le pied de guerre, rien ne lui échappe. Elle aussi m'a beaucoup inspirée et motivée sans le savoir.

* Tu es très active sur Twitter et sur ton blog, que t’as apporté le numérique dans vie 
professionnelle ?

C'est un bon moyen pour moi de faire connaître Lilli Bulle.
Je reste une TPE, sans financier à mes côtés (même si je ne serais pas contre l'idée d'en trouver un). Il faut faire preuve d'astuces pour continuer à communiquer sans moyens.

En France sans financement pour prendre une attachée de presse, pour faire de la publicité...on ne parle jamais de toi dans les magazines, la presse spécialisée... surtout au bout de 14 ans d'existence.
Alors les réseaux sociaux sont vraiment utiles afin de continuer à se faire connaître ou avoir la chance qu'on te découvre à l'étranger.

L'initiative numérique m'a aussi permis de partager avec les clients, de mieux les connaître ou de les faire rire.

Par ailleurs, cela me permet aussi de dénicher de nouveaux créateurs en France et à l'étranger.

* Quels son tes projets professionnels pour le futur ?

En parallèle de Lilli Bulle et de la boutique en ligne, je me lance officiellement dans l'expertise/conseil aux entreprises dans les univers de la Mode et du Design. Développer la partie formation en écoles ou en formations professionnelles.

Réaliser plus régulièrement et pour d'autres entreprises ce que je fais depuis des années au sein de Lilli Bulle avec un grand nombre de créateurs/marques/artistes avec qui j'ai eu le plaisir de collaborer, travailler, échanger, conseiller.

Je vais redécouvrir les joies du lancement d'une nouvelle activité.

Une nouvelle étape dans ma vie professionnelle, une nouvelle aventure, une suite logique à mon parcours. Passionnée et à présent chevronnée, c'est toute mon expérience que je souhaite mettre au profit de jeunes créateurs d'entreprise, de marques souhaitant se renouveler, aux fondateurs de nouvelles boutiques.

Pour en savoir plus :