> Le top 10 des trucs qui énervent sur Facebook (1ère partie)

lundi 26 novembre 2012

Le top 10 des trucs qui énervent sur Facebook (1ère partie)



1°) Les photos de chiens


Déjà, les photos d’enfants (sur le pot, sur le manège ou les fesses à l’air) on tolère. Même si on est parfois pris d’une envie de virer férocement les amis qui postent TOUS LES JOURS les clichés de leur descendance, on se retient. Mais les photos de chiens ? Pourquoi nous infliger dès le réveil la mine baveuse de son clébard ? Surtout quand on sait que 53% des propriétaires prennent une photo de leur chien lorsque celui-ci a fait ses besoins et la publie sur internet. Pour la paix de tous, je conseille aux propriétaires de créer un compte Facebook dédié à leur animal comme l’ont déjà fait 14% des utilisateurs. Ainsi, on choisira en âme et conscience si l’on a vraiment envie de se taper les photos de Super Toutou. 

2°) Les photos de ventre


Dans la série des choses que l’on n’a plus envie de voir sur internet : les ventres des femmes enceintes. Après l’exposition du test de grossesse encore fumant, vient ensuite la fière mise en scène du ventre nu, tendu à l’extrême, parfois même couvert de vergetures. Sans doute la plus belle chose au monde pour la parturiente qui en oublie que tous les utilisateurs ne partagent pas cette euphorie hormonale. Mais le pire reste à venir : aux Etats-Unis, la grande tendance est le photomontage de fœtus. Il n’est jamais trop tôt pour mettre en scène sa vie sur Facebook !

3°) Les chaînes


Du temps où Facebook n’existait pas, je me souviens des chaînes de mails dans lesquelles j’étais menacée des pires souffrances si je ne renvoyais pas ce message à tout mon carnet d’adresses. Le principe se retrouve aujourd’hui sur le réseau social, revu et corrigé à la sauce 2.0 « Si tu es contre la guerre, poste ça sur ton mur » « Si tu aimes ta mère, poste sur ton mur » « Si toi aussi ce petit garçon défiguré te fait de la peine, poste sa photo sur son mur ». Et histoire de te pousser à le faire, on n’hésite pas à jouer sur la corde sensible : la culpabilisation ! « Publie ceci si tu es contre l’hypocrisie. Je parie que 70% d'entre vous ne le publiera pas. » (Sous-entendu, pauvre flipette qui a peur du jugement des autres). Si ça continue je vais créer une chaîne « si toi aussi, tu en as marre des chaînes, poste ça sur ton mur » !

4°) Les hoax

Entre les alertes enlèvements qui datent de 2 ans, les fausses manips à effectuer pour régler ses paramètres de confidentialité et les messages au gouvernement des Etats-Unis pour protéger ses données, les fausses informations ne manquent pas sur Facebook. Et comme les règles de confidentialité sont assez floues, les utilisateurs relaient sans se poser de questions. Une seule règle avant de diffuser ce genre de messages : toujours consulter l’excellent site Hoaxbuster. Vous amis vous en seront reconnaissants.

5°) Les révoltés du Bounty (ce goût de paradis)


Etre engagé c’est bien, avoir des combats à défendre aussi. Ce qui l’est moins c’est la propagande sauvage, répétée jusqu’à l’écoeurement sur son mur et ceux de ses amis. Entre ceux qui t’assomment de messages anti-François Hollande (« Flanby, le président qu’on a du mal à gober ») et ceux qui t’inondent de statuts anti-UMP non-stop, on en est presqu’à regretter les photos de chiens ou de femme enceinte !