> Journée de la gentillesse : je n’écris plus « bonne » avec un grand « C »

mardi 13 novembre 2012

Journée de la gentillesse : je n’écris plus « bonne » avec un grand « C »



Enfant, puis adolescente, j’ai été gentille par facilité. Pour ne pas faire de vagues, pour me faire aimer inconditionnellement. J’étais toujours d’accord car je pensais qu’exprimer une opinion contraire me rangerait immédiatement dans le camp des fâcheux.  Je disais oui mais pensais non. J’étais sage comme une image.

Mais j’étais aussi d’une gentillesse désintéressée, inculquée par ma mère qui m’a toujours appris « ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fit ». Dès l’école primaire,  j’ai détesté et craint les effets de meute, l’acharnement collectif contre le moins beau, le moins populaire, les boucs émissaires. J’ai toujours été du côté des plus faibles, des moqués, ce qui m’a souvent valu l’étiquette d’assistante sociale.

J’ai donné, beaucoup, à la manière belle et pure de ma mère, sans rien attendre en échange. J’ai offert mon cœur sur un plateau d’argent à des gens qui ne le méritaient pas, mes jours, mes nuits, mon cerveau et mes tripes. Mais ça ne m’a pas empêchée de continuer.

On m’a souvent dit, que, de par ma grande taille, on me prenait pour une fille distante : j’ai dû donc mettre les bouchées doubles pour prouver le contraire, faire preuve de 2 fois plus de gentillesse pour faire oublier mon physique encombrant.

Professionnellement, on m’a régulièrement reproché d’être trop gentille. Un N+1 m’avait dit « tu es humble, c’est une grande qualité. Mais pas au travail». Une directrice marketing était allée encore plus loin lors d’un entretien de fin d’année « Tu es la petite fourmi besogneuse, qui fait son boulot consciencieusement mais ça ne se voit pas assez. Tu es transparente, pas charismatique. Il faut faire des notes, aller taper la discussion dans les couloirs, se montrer ». Et surtout montrer les dents.

A l’aube de la quarantaine, mon rapport à la bonté a changé. Et moi aussi. Je crois que je reste fondamentalement une gentille, au sens noble du terme. Je peux me mettre en 4 pour ceux que j’aime, je suis toujours prête à défendre le faible, le raillé, je ne refuse que très rarement de rendre service. Je crois fondamentalement au pouvoir de la gentillesse, à son cercle vertueux, je reste persuadée que le mal se paye toujours.

Mais je ne me musèle pas pour autant. J’ai des opinions et j’ose les communiquer sans peur d’être immédiatement désavouée. Quand je dis oui, je ne pense plus jamais non. Et je me rends compte avec plaisir qu’on ne m’en aime pas moins pour autant.

Ce qui a changé, c’est que je ne sème plus ma gentillesse aux 4 vents. J’arrive à repérer assez vite ceux qui en profiteront à mauvais escient, ceux qui viennent se servir sans jamais rendre la pareille. Ceux pour qui « bonne » s’écrit avec un grand « C ». Ou les toxiques, les manipulateurs, les empoisonneurs du quotidien.

Ma capacité d’empathie n’a pas changé : j’arrive toujours à décoder ceux qui m’entourent, à ressentir leurs peines, leurs joies mais aussi leurs sentiments les moins nobles. Et j’arrive très vite à faire le tri entre le bon grain et l’ivraie. Je préfère réserver ma bonté aux belles âmes qui la méritent.

J’ai désormais la gentillesse sélective.