> "Femmes, je vous sacre reines du balai à chiotte"!

dimanche 8 juillet 2012

"Femmes, je vous sacre reines du balai à chiotte"!



Emploi, salaires : la parité progresse à petit pas. En revanche, la répartition des tâches ménagères, elle, ne bouge pas. Six minutes: c'est le temps supplémentaire que les hommes consacrent aux tâches ménagères depuis 1986, selon la dernière étude de l'Insee. Les femmes, quant à elles, consacrent toujours 2 fois plus de temps que les hommes au foyer.
Anecdotiques ces chiffres ? Pour Brigitte Grésy, inspectrice de l'Igas et auteure de plusieurs rapports sur l'égalité homme-femme, ces différences dans la sphère intime sont loin d’être sans conséquence puisqu’elles renforcent les inégalités dans le monde du travail « Tant qu'il n'y aura pas un partage plus égalitaire des tâches, l'égalité professionnelle ne pourra pas progresser».
Il ne faut néanmoins pas compter sur les publicitaires ou certaines municipalités pour faire évoluer les mentalités à ce sujet.


Dernier exemple en date, la publicité pour la crème nettoyante Cif dont voici le pitch : dans ce qui semble être un conte de fée, on nous raconte qu’à la disparition du vieux roi, il a été décidé que celui qui réussirait à nettoyer le chaudron noirci monterait sur le trône. Beaucoup essayèrent sans succès jusqu’à ce qu’un valeureux chevalier, dans son armure rutilante, relève le défi armé de sa crème Cif. 

Jusque ici, on salue l’audace du publicitaire : montrer un chevalier testostéroné récurer le château du sol au plafond, voilà qui change de l’éternelle ménagère de 50 ans ! Hélas quand notre valeureux combattant de la crasse enlève son heaume, on découvre qu’il s’agit en réalité d’une femme, comme si envisager un homme dans ce rôle était inconcevable. Elle devient alors reine de son royaume…la cuisine.
On passe alors dans un cynisme incroyable du monde extérieur (l’aventure chevaleresque) au confinement à la sphère intime (l’entretien de l’intérieur) tout en nous présentant cela comme une mission royale. « Chères ménagères de moins de 50 ans, je vous sacre reines du récurage, voici votre sceptre, le balai à chiottes ».
Autre sous-entendu, tant qu’une femme est déguisée en homme, elle peut prétendre au monde extérieur, dès qu’elle ôte son masque de masculinité, elle doit retourner au foyer.
Cif n’en est pas à son coup d’essai puisque la marque avait fait grand bruit en 2010 en ne s’adressant qu’aux femmes sur ses étiquettes !


La municipalité de Perpignan, elle, va encore plus loin dans le sexisme ! Elle réfléchit ainsi très sérieusement au projet de n’engager que des femmes pour nettoyer la ville : « « l’accueil de la population serait plus compréhensif, moins agressif qu’envers les hommes », selon les propos du maire Jean-Marc Pujol. Une réponse politiquement correcte dans laquelle on ne peut s’empêcher d’y lire le postulat d’une prédisposition féminine aux tâches d’entretien.
Le site Terra Femina rapporte les propos de Clotilde Ripoull, conseillère municipale d’opposition, « En tant que féministe, je serais flattée qu’on pense aux femmes pour beaucoup de fonctions, mais pas pour les cantonner au balayage. Il n'y aurait que les femmes qui sauraient balayer ? Je ne pense pas que l'agressivité de la population soit le premier paramètre du problème, le problème est l'efficacité du nettoyage. Les gens veulent de l'efficacité. Rien d'autre ».
La parité a encore du chemin à faire dans le domaine des tâches ménagères…Pourtant, messieurs, vous y gagneriez à manier davantage le balai !
Une récente étude a ainsi démontré  qu’un homme qui vivait en couple et qui faisait sa juste part des tâches domestiques était plus heureux que les autres. A bon entendeur…