> Sexe, odeur, poils : Top 5 du marketing de la honte

lundi 18 mars 2013

Sexe, odeur, poils : Top 5 du marketing de la honte



Vous êtes-vous demandé si vous aviez de belles aisselles ? Si vos orteils avaient besoin d’être rabotés ou votre sexe blanchi ?

Ces questions peuvent vous paraître farfelues pourtant les marques y ont déjà pensé avant même que l’idée n’effleure votre esprit.

A la manière des marques de déodorants, elles surfent sur ce qu’on appelle « le marketing de la honte », une stratégie marketing en 3 étapes :

a) attirer l'attention du consommateur sur un problème dont il n'avait souvent pas conscience;
b) exacerber l'anxiété du consommateur quant au dit problème
c) lui vendre le remède.

Top 5 du marketing de la honte :


-       Veet fait croire aux chinoises qu’elles sont trop poilues : Quand Veet a lancé sa crème dépilatoire en Chine, les ventes n’ont pas été au rendez vous. En effet, les femmes chinoises ont une pilosité moins développée que les occidentales et celles qui sont plus poilues ne semblent pas s’en préoccuper. Veet a donc trouvé la solution : créer de toute pièce une « phobie du poil ». « Ce n’est pas la quantité de poils que vous avez qui importe, c’est combien vous pensez en avoir”, a déclaré Aditya Sehgal, responsable de la marque en Chine. « Une fois que l’on commence à être préoccupé par cela, même un poil est de trop ». A cette inquiétude savamment distillée s’ajoute un nouveau packaging qui positionne le produit auprès des consommatrices « comme un soin qui contribuera à la façon dont une femme obtient une promotion, un bon mari et une augmentation » explique Paul French, un analyste chez Mintel en Chine. Résultat : les ventes s’envolent. Le groupe britannique parvient ainsi à vendre 20% de produits dépilatoires en plus cette année et la vente des produits Veet dépasse à l’heure actuelle la vente de rasoirs pour femmes de 50% en Chine.




-       Dove fait croire aux consommatrices que leurs aisselles sont moches : la dictature de l’apparence va décidément se nicher dans des endroits incongrus ! Dove a ainsi lancé en 2011 « Dove Beauty finish », un déodorant dont la promesse était d’obtenir de jolies aisselles hydratées et sublimées « On sait toutes comment mettre en valeur nos cheveux, notre silhouette, nos jambes. Et nos aisselles ? Nos aisselles aussi ont le droit d’être belles ». Et encore un besoin crée de toute pièce et une nouvelle injonction à la beauté !




-       « Clean and Dry intimate wash », le blanchisseur de sexe : j’en avais déjà parlé ici, le sexe n’est pas épargné par la dictateur de la beauté.  Chirurgie esthétique pour le rétrécir, épilation pour le rendre imberbe, tous les motifs sont bons pour jouer sur la carte de la culpabilité et créer de nouveaux besoins chez les femmes. Les marketeux, qui ne sont décidément jamais à court d’idée, ont crée un nouveau complexe à l’endroit le plus intime qui soit : et si votre sexe était trop foncé ? Et voilà comment une crème blanchissante intime « Clean and Dry intimate wash » a été mise sur le marché en Inde l’année dernière !


-       Jouer sur la suspicion pour pousser les femmes à mettre du déodorant : Dès 1919, le marketing du déodorant jouait sur la peur et la culpabilité : une publicité dans un magazine déclamait ainsi lyriquement : «Les bras d'une femme! Les poètes ont chanté leurs louanges, de grands artistes ont peint leur beauté. Cela devrait être la chose la plus gracieuse, la plus douce au monde. Et pourtant, malheureusement, il est n'en est pas toujours ainsi. » La publicité continuait en expliquant que les femmes pouvaient non seulement sentir mauvais mais surtout ne pas s’en rendre compte. Le message était clair : si vous vouliez garder un homme, mieux valait sentir bon. Aujourd’hui l’inquiétude a été tellement bien intériorisée que même les femmes qui n’ont pas besoin de mettre de déodorant en appliquent quand même ! une étude a ainsi récemment prouvé que 2 femmes sur 100 ne produisaient pas d’odeur au niveau des aisselles et que 78% d’entre elles en appliquaient pourtant par convention sociale. La culpabilité, un ressort décidément lucratif : l’industrie du déodorant génère aujourd’hui 18 milliards de dollars par an!


-       Le Loub job : se faire opérer les pieds pour porter les talons sans douleurs : après le boom de la chirurgie esthétique intime, on croyait avoir tout vu. La dictature de l’apparence n’a décidément pas de limite puisqu’elle s’attaque désormais à nos pieds. Le « Loub job » (abréviation de « Louboutin ») consiste ainsi à injecter du collagène dans le talon et les coussinets des pieds afin de rendre le port des stilettos plus agréable. Certains chirurgiens proposent même d’aller plus loin en rabotant le pied afin de réduire la taille des orteils. Etre belle des pieds à la tête, une injonction décidément d’actualité !



19 commentaires:

  1. Mais jusqu'où ira-t-on???? Ca fait peur...

    RépondreSupprimer
  2. L'opération des pieds surtout m'effare, tant il y semble évident que si des chaussures sont douloureuses, c'est aux pieds de s'y adapter et en aucun cas aux chaussures d'être modifiées...

    RépondreSupprimer
  3. ça devient effrayant cette dictature de l'apparence ,j'avais fait un sujet là dessus sur mon ancien blog,
    en inde ils ont fait une pub à la télé pour inciter les femmes à se blanchir le sexe, sinon le mari ira voir ailleurs; c'est honteux et dégradant
    pour les pieds, certaines se font enlever le petit orteil;
    d'autres se font enlever des côtes pour avoir une taille fine,
    ça devient du délire;
    les """créateurs""" veulent modifier le corps de la femme selon leurs fantasmes, et certaines sans cervelle suivent sans réfléchir;
    la femme n'est vraiment pas affranchie de ces dictatures;

    RépondreSupprimer
  4. bravo pour ton article vraiment très bien documenté !

    RépondreSupprimer
  5. Le blanchisseur, c'est juste honteux. Même pour les poils des chinois, non mais oh !

    RépondreSupprimer
  6. Super ce top 5, c'est effarant tout ce qu'on essaye de nous faire gober...

    RépondreSupprimer
  7. Qu'ils aillent au diable avec leur satané marketing...
    L'épilation c'est juste pour ne pas choquer mes concitoyens quand je lève les bras en été et le déo' parce que je ne fais pas partie des filles non-odorantes. Les gens sont complètement tordus...
    Merci pour ce super article en tout cas !

    RépondreSupprimer
  8. Très intéressant... tiens j'ai envie de me blanchir... non je rigole hein ^^ comme tu dis, je n'y aurais pas pensé !!! quelque part... ca fait peur quand meme....

    RépondreSupprimer
  9. Tout celà est simplement honteux, merci aux publicitaires de nous ajouter des complexes pour nous forcer à acheter et à nous plier sans cesse à de nouveaux diktat d'apparence !

    RépondreSupprimer
  10. Moi ce qui me rend dingue c'est la pub Always que tu as mise. Comment ça on pue quand on a nos règles ? C'est quoi encore ces conneries ? !
    Mais la partie déo m'a intéressée, je crois que je fais partie du lot qui ne produit pas d'odeur mais me tartine de déo tous les matins :(

    RépondreSupprimer
  11. Très belle analyse! Je suis moi-même une folle de marketing et surtout d'histoires incongrues qui en ressortent... (c'est un peu mon job aussi ^^) Tu as gagné une abonnée ;)
    Bises d'Istanbul
    @pelmaaa

    RépondreSupprimer
  12. Non mais je suis choquée... Ils ne savent vraiment plus quoi inventer! Bonne soirée tout de même :-)

    RépondreSupprimer
  13. C'est dingue !
    Le pire c'est la pression sociale qui en ressort. J'ai arrêté toute épilation pendant un an à cause de problèmes de santé et les regards qu'on te lance constamment sont extrêmement lourds à porter. Je me contrefiche d'avoir des poils ou non, je pense d'ailleurs que c'est une complète perte de temps, d'énergie et d'argent mais, soyons réaliste, comment se pointer à un entretien d'embauche non épilée et décrocher le job ? C'est ce qui me gène le plus. On n'a même pas le droit de faire ce que l'on veut de son corps...

    RépondreSupprimer
  14. Intéressant (et affligeant)(le sujet, pas ton article).

    Le pire, c'est que j'ai tellement bien intégré la dictature du déo, que je trouve ça normal (alors que les blanchisseurs de sexe et dépilation d'imberbe me font bondir sur ma chaise...)

    Btw, Nivea avait lancé un dép embellisseur d'aisselle il y a quelques années déjà aussi lien ici.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne connaissais pas le blanchisseur de sexe ou le rabotage de pieds (quelle horreur!)
    Je n'aime vraiment pas le marketing qui nous créé de faux besoins. Et je me souviens la première fois que j'ai vu la pub pour avoir de "belles aisselles", je me suis dit 'ils nous prennent vraiment pour des cons!'
    Très bon article!

    RépondreSupprimer
  16. Merci à tous pour ces commentaires, ravie que l'article vous ait plu, même pas eu besoin de modérer les commentaires, aucun message d'insulte pour une fois, ça se fête! :-)

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir, je reviens sur article que j'avais beaucoup apprécié pour signaler cette petite réflexion personnelle sur le récent spot publicitaire de Narta, annonçant qu'il peut "heurter la sensibilité des hommes".
    En effet cela a heurté ma sensibilité, mais pas comme ils devaient l'imaginer..
    http://opinions-opiniez.blogspot.fr/2015/08/courte-aisselle.html

    RépondreSupprimer
  18. J'étais déjà, malheureusement, déjà au courant pour les premiers (sauf l'histoire des chinoises -les commerciaux sont décidément très bons) mais le dernier... Disons que se raboter le pied plutôt que de changer de chaussures est une solution originale !

    RépondreSupprimer