> Quand les courbes se croisent et les tweets clashent...

mardi 3 avril 2012

Quand les courbes se croisent et les tweets clashent...

Tout a commencé ce matin par ce tweet de Maitre Eolas : « « Ce qu’il y a de bien avec le retour des beaux jours, c’est que désormais, c’est dans la rue qu’on croise des jolies courbes » (oui, jeu de mots avec les courbes, les sondages, tout ça j’avais compris).

J’aurais pu ne jamais en avoir connaissance puisque j’ai unfollowé l’avocat en question, lassée par sa mégalomanie et sa condescendance. Sauf que j’ai vu passer dans ma TL une réponse de Caroline du blog « Pensées de ronde » qui m’a intriguée « mouais, vous êtes capables de bons mots meilleurs que celui-ci qui fleure un poil le sexisme... ». Pour ceux qui ne la connaissent pas, Caroline est une blogueuse formidable qu’on ne peut absolument pas taxer de troll féministe (je ne me souviens pas avoir lu un billet à ce sujet depuis que je la suis) . Ce tweet pour le moins anodin a déclenché une tempête sur Twitter, à commencer par Maître Eolas lui-même. Alors qu’habituellement il ne parle pas à la plèbe, celui-ci s’est alors empressé de répondre, se sentant personnellement attaqué. Tout y est passé « troll féministe » « police de la pensée » « calomnie ». Il s’en est suivi un acharnement assez décomplexé de la part de supporters d’Eolas ou de simples twittos heureux d’avoir trouvé une occasion de taper sur les féministes. Au-delà du tweet de Maître Eolas, lourdingue et sexiste mais assez conforme à son image, ce sont les sur-réactions à ce sujet qui m’ont effrayée. En dépit des excuses de Caroline, (injustifiées à mon sens, celle-ci ayant été extrêmement courtoise) et sa volonté de mettre fin au débat, les injures n’ont cessé de pleuvoir (« idiote » « connerie abyssale » et j’en passe) les clichés aussi (« les femmes devraient être flattées d’être regardées »). Vraisemblablement la question du sexisme dérange épidermiquement à en juger par le séisme déclenché sur Twitter. Même les différences politiques sur le site ne créent pas une telle violence, un tel effet de meute, un tel acharnement. Ne pas vouloir être résumée à des courbes, ne pas trouver cela flatteur d’être regardée comme un objet sexuel : ces affirmations semblent être d’une violence intolérable pour beaucoup, même formulées avec beaucoup de précaution. Qui a dit que le corps des femmes n’était pas un objet politique ?

Pour ma part, je ne suis pas intervenue dans le débat, me contentant de tweeter « Donc quand on dit à Maitre Eolas qu'on n'aime pas être forcement reluquée comme un objet avec des courbes, on est un troll féministe? ». J’ai pourtant eu droit à mon lot d’insultes, venant paradoxalement d’une élue se revendiquant comme féministe ! « Vous allez arrêter avec ce pseudo féminisme à la con ??? Vous croyez faire de la grande politique ? Ca aide quelqu'un ? » « Mon féminisme, il aide des femmes en galère tous les jours. Les photos de chaussure et les faux débats ça aide quelqu'un ? » « Les recettes de cuisine et le shopping c'est pas mon truc. Les bobos branchouilles non plus, désolée... »

Il faut savoir que quand on se dit féministe on a le droit à 2 types d’attaques : les « anti » qui vont te dire au choix que tu es castratrice/hystérique/sans humour/mal baisée ou les « vraies » féministes qui délivrent des brevets de féministes sur la base de critères assez flous. Pour certaines, si t’es anti-abolitionniste, tu trahis la cause, pour d’autres si tu n’aides pas les femmes violées, tu ne sers à rien. Dans le cas de notre élue, je ne suis pas féministe car je « n’aide pas les femmes tous les jours » (pour info, elle est chargée de la petite enfance et je n’ai trouvé aucune trace d’un engagement quelconque) mais surtout, crime de lèse majesté, je poste parfois des photos de chaussures et des recettes de cuisine. Donc cette personne qui se dit du côté des femmes remet en cause mon engagement car il n’est pas conforme aux pires clichés voulant qu’une féministe ne cuisine pas et n’est pas coquette ! Habituellement, la phrase classique des femmes qui veulent se justifier c’est « je ne suis pas féministe mais… ». Moi je revendique le « Je suis féministe et »…j’ai des enfants, je suis mariée, je suis épilée, j’ai quitté mon emploi et suis temporairement à la charge de mon mari, j’ai une cinquantaine de paires de chaussures, j’ai passé 11 ans à travailler dans la plus grosse boîte de cosmétiques. … Je n’ai pas d’idées arrêtées sur tout, je doute et me cherche, je ne suis encartée dans aucune association ni aucun parti politique…pour autant cela fait-il de moi une féministe au rabais ?

16 commentaires:

  1. Tu as vu mon tweet ce matin donc je n'y reviendrai pas et je n'ai pas envie de réagir là dessus en fait sauf sur ce que tout cela a déclenché, je suis d'accord avec toi (c'est rigolo, j'ai commenté chez CG pour dire vaguement ça).
    Non, j'ai envie de réagir sur le féminisme et j'aime beaucoup ce que tu dis. Pour moi (et ces propos n'engagent que moi ^^), être féministe, c'est assumer du mieux que je peux qui je suis, pouvoir (ou oser) exprimer mes opinions, refuser certains diktats ("Mademoiselle", ne pas avoir d'enfants c'est pas être une vraie femme, aimer la belle fringue-les talons de 8-le maquillage c'est pas une truc de vraie féministe, etc...), c'est ne pas considérer les hommes comme des diables, c'est revendiquer l'égalité de droits et de statuts femmes/hommes, c'est accepter qu'il y a des choses que je ne sais pas faire et demander l'aide d'un homme pour y arriver parce que je sais qu'il y arrivera et moi pas, sans me sentir "inférieure". Être féministe, c'est aussi défendre l'égalité et le respect pour d'autres lorsqu'elles ne le peuvent pas. Être féministe, c'est être une femme qui vote, qui travaille, qui pleure, qui ne sait pas, qui fait des choses seule parce qu'elle a vraiment envie de les faire même si les partager avec un compagnon ça serait très chouette aussi mais je ne vais pas attendre, qui vacille, qui garde la tête haute, qui ose et qui jamais n'a honte de qui elle est (j'ai parfois honte de ce que je peux faire ou dire mais pas de celle que je suis). Pour moi, être féministe, c'est considérer que femmes et hommes sont complémentaires et qu'il n'y a de primauté ni dans un sens ni dans l'autre. Être féministe, c'est refuser les clichés et les schémas de représentation qui peuvent être imposés par une société encore machiste, c'est être courageuse lorsqu'il faut rester debout, c'est être opiniâtre. Être féministe, c'est me sentir seule, forte et fière et en même temps un peu mal à l'aise car je ne me reconnait dans aucun mouvement féministe dans ma manière d'appréhender le monde.
    J'en ai encore à dire mais je m'arrête là...(Bon, Sophie, j'ai pris mes aises, une fois de plus ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En somme être féministe c'est être plutôt humain(e)... Moi qui avais une vision assez passéiste des "féministes" sur le mode de celles que décrit Sophie dans son blog, je suis convaincu. Merci pour cet excellent blog dans tous les cas :)

      Supprimer
    2. Mince les féministes que je décris sont passéistes?! :-) Dommage car ce n'est vraiment pas le but! Merci en tout cas pour ce commentaire!

      Supprimer
  2. Merci pour ce joli commentaire! je devrais te laisser les clés de mon blog tant ce que tu écris est juste! et prends tes aises et fais comme chez toi, c'est toujours un plaisir de te lire!

    RépondreSupprimer
  3. Merci à toi :-) L'exercice a été difficile, pour ne pas tomber dans de l'anti qqchose primaire...Sinon, surtout gardes tes clefs, tu as bcp à écrire et à dire et j'ai bien assez à faire avec le mien ;-ppp ^^ (je ne sais pas si tu peux corriger mais j'ai fait une horrible fôôôôte "reconnaiS")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, je n'ai pas la main sur les commentaires!

      Supprimer
  4. Bien envoyé. Les "vraies" féministes marchent-elles pieds nus ? Pratiquent-elles le jeûne toute l'année ? Aident-elles leurs soeurs en difficulté (on embauche chez nous !)
    Celles qui sont citées ont surtout les mots pour le dire mais pas vraiment l'action pour le faire.
    Le vraie vie, c'est ça, Sophie, ne pas laisser passer la connerie. Fusse-t-elle reconnue par un millier d'autres sur Twitter.
    Bravissimo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Liliane, je vous reconnais bien là! et si vous tombez sur la liste des sujets importants et prioritaires dont vous parliez sur Twitter, je veux bien une copie! ;-)

      Supprimer
  5. J'ai voulu réagir hier par rapport aux propos de cette élue et puis vu toute la tempête autour du sujet, j'ai préféré me taire. Mais je suis d'accord avec toi. Etre féministe c'est pouvoir dire ce que l'on pense.
    Beaucoup on réagit simplement pour se donner de l'importance et ne sont vraiment pas ouvert à la discussion.
    Et Maitre Eolas...mégalomanie et condescendance...je n'aurais pas aussi bien dit;-)
    Continue a être comme tu es.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chèr(e) anonyme! J'avais écrit un billet hier matin puis l'ai effacé. J'ai réécrit celui-ci tard car je ne voulais pas réagir à chaud.

      Supprimer
  6. Depuis quelques mois, je suis en vacances de Twitter parce que pas en vacances du tout côté boulot. Et bien ça ne me manque pas, cette ambiance de cours de récréation :-)

    RépondreSupprimer
  7. laprincessedecleves4 avril 2012 à 13:30

    Chère Sophie , je découvre ton blog par l'intermédiaire de Twitter où j'ai suivi en Live ce débat hier . En aucun cas je ne peux cautionner ces réactions agressives venant d'hommes ou pire de femmes. En revanche , je dois t'avouer que bien que me considérant moi-même comme féministe (on me le reproche suffisamment) , je n'ai pas compris ce qui posait problème dans ce tweet , que tu qualifies toi-même d'assez anodin, sur le croisement des courbes.
    J'ai la chance de vivre près de la mer et à moins de me coller la tête dans le sable , je t'avoue que j'ai du mal à ne pas laisser mon regard se poser sur les surfers tout en courbes sortant de l'eau , au point qu'il m'arrive de poser mon Elle (je suis féministe et je suis abonnée à Elle) pour profiter du spectacle. Celà fait-il de moi quelqu'un de sexiste ? (ce n'est pas une question rhetorique , je m'interroge vraiment)
    Quand j'achète un jean , je m'assure qu'il me fait de jolies fesses , et pourtant , je ne les vois pas et je suis ravie si mon compagnon trouve que j'ai de jolies courbes. Tant que les hommes dans la rue n'ajoutent pas de sifflements ou de commentaires gras , un regard discret ou un sourire ne me gênent pas.
    Comme tu le note dans ta présentation , nous sommes sans doute pleines de contradictions , mais ce débat m'a renvoyée à l'image que je me fais de moi-même : suis-je donc une "mauvaise" féministe , une fausse féministe si je te dis que j'aurais pu écrire le même genre de tweet en me réjouissant du retour des bermudas pour pouvoir reluquer de jolis mollets masculins?

    RépondreSupprimer
  8. Honnêtement, au delà du tweet lui-même, c'est le torrent des réactions derrière qui m'a effrayée! Ce que je trouve sexiste dans ce tweet (et ceux qui ont suivi) c'est qu'une femme soit réduite à ses courbes et que l'on dise aux femmes qu'elles devraient être flattées d'être regardées. Point barre. Maintenant, chacun est libre de regarder qui il veut, d'aimer être regardé, il n'y aucune police de la pensée derrière cela. La différence est juste que les hommes n'ont pas forcément la même injonction à la beauté que les femmes, qui sont davantage habituées par la société à être regardée et donc indirectement passives. Les femmes qui regardent les hommes ouvertement sont moins acceptées par la société (entre autre car on dit que les hommes ont plus une sexualité "visuelle" alors que les femmes sont dans l'affectif). Maintenant, chacun son propre curseur du féminisme, je serai bien la dernière à juger quelqu'un là-dessus! je trouve tes questionnements très intéressants justement car ils me parlent (et ensuite car ils sont expliqués posément!)

    RépondreSupprimer
  9. Encore une fois je trouve vraiment très juste la "définition" que vs donnez pour féministe. Je suis assez d'accord défendre le droit des femmes, leur intégrité en tant qu'être humain n'empêche en rien d'être féminine et d'aimer les "choses" de filles (maquillage,vêtements...) bien souvent "on lit si parité veut dire qu'on ne me tienne plus la porte alors je dis non à la parité" ms cela est bien réducteur et assimile galanterie à parité. Je suis aussi scandalisé de constater que bien souvent ce sont les femmes elles mêmes qui montent au créneau! J'ai l'impression que c'est dû à la crainte du changement(d'image, de place dans la société) au bouleversement que celui ci annonce. Et même s'il est écrit dans la constitution que la femme est l'égal de l'homme en 2012 ns en sommes encore loin! Alors merci de réagir pour ttes les femmes et celles à devenir (je pense à ma fille et à ttes les autres petites filles).

    RépondreSupprimer
  10. Bravo! Je suis entierement d accord avec ce que vous dites ici. Je découvre votre blog aujourd hui, et je reviendrai...

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de découvrir ce billet, que j'avais laissé passer, par l'intermédiaire de votre ("ton" ? je ne sais jamais trop sur le net) "Chère Carla Bruni...". Je me sentais un peu mal aujourd'hui après avoir lu un torrent de réactions peu argumentées sur le vieux débat du mademoiselle (sur le mode "quelles connes ces féministes"), qui plus est sur un forum que j'apprécie... Lire la partie de cet article sur l'acharnement, la violence dont font preuve les adversaires du féminisme (qui souvent ne savent même pas pourquoi ils en sont les adversaires) m'a fait du bien, je ne suis donc pas la seule à faire ce constat !

    RépondreSupprimer