> Et si pour Noel j'offrais à mon enfant un livre non sexiste?

mercredi 14 décembre 2011

Et si pour Noel j'offrais à mon enfant un livre non sexiste?

livre enfant - photl.com

Lassé(e) des albums pour enfants où les héroïnes sont des princesses endormies ou des mères confinées à la cuisine ? Il existe des alternatives!

Alors qu’en 2010, 83% des femmes de 25 à 49 ans travaillent, la littérature enfantine semble déconnectée de la réalité et anachronique. En effet, dans la plupart des albums, les mères sont toujours représentées à la maison, astiquant ou cuisinant ou sont cantonnées à des métiers stéréotypés (enseignement, vente, soin). Les pères, quant à eux, exercent des professions valorisantes, font du sport, ou voient des amis.

Quand on sait que c’est dès l’enfance que se construit la confiance en soi, que s’échafaudent les premières représentations et projets professionnels, on saisit mieux l’importance d’offrir aux enfants des livres qui leur permettent de développer leurs potentiels et leur per­son­na­li­té li­bre­ment.

Etude des représentations des 2 sexes dans la littérature enfantine et panorama des ouvrages garantis « o% de sexisme » !

Différentes études prouvent que la littérature enfantine est plus stéréotypée que la réalité !

Anne Daflon-Novelle, docteur en psychologie, a mené 3 études très complètes en 1994, 1997 et 2000 (2) portant sur les représentations des 2 sexes dans la littérature enfantine. Il en ressort des disparités flagrantes de représentation, tant au niveau quantitatif que qualitatif.

Les chiffres sont éloquents : on note 2 fois plus d’héros que d’héroïnes et 10 fois plus d’héros animaux que d’héroïnes animales ! Les stéréotypes également ont la vie dure : les femmes et les fillettes sont plus souvent représentées à l’intérieur qu’à l‘extérieur et dans des activités passives. A l’opposé, les hommes et les garçons sont davantage illustrés dehors que dedans, vaquant à des occupations actives. Les femmes sont essentiellement présentées en tant que mère dans des tâches ménagères ou de soins courants aux enfants, dont les fils sont majoritairement les bénéficiaires. Lorsqu’elles sont identifiées comme ayant une situation professionnelle (15 % d’entre elles contre 32 % des hommes dans l’étude de 1994) elles sont cantonnées aux métiers de l’enseignement, au soin des enfants ou au commerce. Les hommes ont des activités professionnelles plus variées et valorisées.

Autre déformation de la réalité : l’"androcentrisme". Dans l'esprit des adultes, le sexe masculin est le sexe par défaut et les personnages masculins sont censés convenir aux deux sexes, l'inverse n'étant pas vrai. Ce raisonnement est faux, dans la mesure où tant les garçons que les filles vont préférer des livres avec un personnage central de leur propre sexe

Les conséquences de ces représentations sont nombreuses : "Pour les filles, le manque de modèles valorisants porte un coup à l'estime de soi et conditionne des comportements. Les stéréotypes de la littérature enfantine restreignent par exemple leurs choix professionnels: il leur est difficile de choisir un métier qu'elles n'ont jamais vu exercer par d'autres femmes. Les garçons sont également confinés dans un rôle rigide: ils auront plus de difficulté à choisir un métier dit "féminin", par peur des moqueries de l'entourage, des copains" explique Anne Daflon-Novelle.

Des maisons d'édition qui proposent une alternative

Créées en 2005 par deux femmes, les Éditions Talents Hauts défendent deux lignes éditoriales : la lutte pour l'égalité des sexes et la lecture bilingue sans traduction. A leur catalogue, des livres " pour les filles et les garçons" qui tordent le cou aux clichés sexistes. Les héroïnes ne sont pas forcément des belles endormies attendant le baiser salvateur de leur prince charmant mais sont pirates, maires ou cow-boy ! Les garçons jouent à la poupée, portent les cheveux longs et aiment les histoires d’amour !L’épineuse question du voile intégrale est même évoquée de façon très poétique dans l’album "Samiha et les fantômes" à travers le regard d’un enfant. Le premier album, " La Princesse et le Dragon", dans lequel une princesse délivre un prince pas très futé, est le titre le plus vendu de Talents Hauts.D’autres sujets sont abordés, comme les violences faites aux femmes avec " La Joue bleue", la séparation sexiste des jeux et jouets avec "Club poney et clan vélo" et "La Dînette dans le tractopelle".

Autre ovni de la littérature enfantine, les « Editions pour penser à l’endroit ». Créée en 2002, la vocation de cette maison d’édition est d’ouvrir la discussion entre adultes et enfants autour de sujets tels que l’écologie, le bonheur, la mort et les préjugés.

L’album « Les projets d’Ariadhie (il faut leur dire) » traite de façon très pédagogique de la place méconnue des femmes dans l’histoire : une petite fille qui se voyait inventeuse, cheffe d’orchestre ou sculptrice décide d’abandonner ses projets, faute de modèles féminins à qui s’identifier. Sa mère décide lui démontrer que les exemples, pourtant nombreux, sont souvent méconnus.

Autre originalité de cette maison d'édition, tous les livres sont consultables gratuitement au format PDF.

Au regard des effets délétères des stéréotypes développés plus haut, il parait important de responsabiliser chacun des acteurs concernés : parents, professeurs, bibliothécaires et même libraires et éditeurs. Néanmoins, il n’est pas toujours aisé de se retrouver dans les méandres de la littérature enfantine. Pour aider chacun a opérer des choix éclairés, l’association « Lab-elle » à crée un label «al­bums at­ten­tifs aux po­ten­tiels fémi­nins» met­tant en évi­dence les livres qui per­mettent aux en­fants de déve­lop­per leurs po­ten­tiels et leur per­son­na­li­té li­bre­ment. Cette liste est disponible ici.

Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour combattre les préjugés !