> Chimène Badi : quand l'industrie du disque va plus loin que les magazines féminins dans la dictature de l'apparence

samedi 10 décembre 2011

Chimène Badi : quand l'industrie du disque va plus loin que les magazines féminins dans la dictature de l'apparence





La dictature des apparences ne semble plus avoir de limites.

Récemment, la marque de prêt à porter H&M s’est illustrée en accolant aux têtes de ses mannequins des corps dessinés à l’ordinateur. Des silhouettes parfaites érigées en canons de la beauté forcément inaccessibles puisqu’irréels.


Des mensurations aussi artificielles que celles des poupées Barbie (96-46-86 centimètres) qu’aucun régime ou opération de chirurgie esthétique ne permettraient d’atteindre.

Dans ce contexte faut-il s’étonner de la transformation de Chimène Badi en poupée Barbie, métamorphose qui coïncide étrangement avec la sortie de son nouvel album ? C’est d’ailleurs l’argument physique qui est mis en avant pour attirer le chaland dans la presse :

« Cheveux coupés, teints en blonds, sourire aux lèvres, Chimène Badi n'a plus rien à voir avec le jeune fille ronde et ringarde de ses débuts, engoncée dans ses tailleurs noirs peu avantageux. »

« Exclu Public : Chimène Badi : “Je reviens avec 30 kg de moins !” »

« Découverte dans Popstars 2, Chimène Badi s'est forgée l'image d'une chanteuse de talent, mais coincée dans la peau d'une jeune femme timide et complexée par son physique. A la veille de la sortie de son nouvel album, on la retrouve resplendissante et métamorphosée. »

Une nouvelle plastique pour vendre un nouvel album, une chanteuse érigée en bête de foire « venez mesdames et messieurs, approchez et découvrez l’ancienne grosse/coincée/ringarde transformée en bombe sexuelle » : l’industrie du disque ne recule devant rien pour faire vendre.

Quitte à mettre en danger la santé mentale de la chanteuse qui a cru bon de revendiquer une perte de poids chiffrée dans tous les magazines. Dangereux pour l’estime de soi en cas de reprise de kgs…

Pour transformer l’ex chanteuse ringarde en bombe sexuelle, rien n’a été laissé au hasard: la décoloration en blonde, les cheveux lissés, les robes courtes, les ongles laqués et les talons de 12 cms soit tous les attributs de la poupée Barbie. Quant à la perte de poids, pas question d’avouer un quelconque régime. Si Chimène Badi a maigri c’est à cause de problèmes de santé « ll y a deux ans, j’ai eu des problèmes de rein, J’ai fait une pyélonéphrite. Depuis, je dois avoir une alimentation saine et boire beaucoup. ».

L’argument ne tient pas la route. La pyélonéphrite n’a jamais fait maigrir personne, tout comme boire de l’eau n’a jamais permis de perdre 30 kgs.

L’explication la plus vraisemblable, et la plus pathétique finalement, c’est que Chimène Bady a subi les pressions de ses managers afin de devenir un produit formaté, sexué et plus « bankable » que la jeune fille coincée en tailleur noir. Une forme déguisée de tapinage artistique qui pousse à s’interroger : à quoi aurait ressemblé Edith Piaf en 2011 ?