lundi 19 décembre 2011

Anne Sinclair, élue femme de l'année: bêtisier ou mauvaise blague?

Le mois de décembre signe le retour des bêtisiers et des palmarès des personnalités de l’année. On se demande si cette année, les médias n’ont pas décidé de faire un « 2 en 1 » tant certains résultats font mal aux yeux et au féminisme ! Ainsi, le magazine « Grazia » et un sondage CSA pour Terrafémina consacrent tous les 2 Anne Sinclair comme personnalité féminine de l’année !

Selon Grazia, elle est une « héroïne de 2011 » pour 56% des votes !

« Défendre l'homme qu'on aime envers et contre tous, même si l'on est sa première victime : c'est une certaine idée de la femme qu'a incarné Anne Sinclair dans l'affaire DSK, et qui a marqué les françaises. Fidèle à l'infidèle, un peu désuète dans sa grandeur tragique, elle a pu agacer les féministes, toucher les amoureuses ou fasciner les époux, mais elle n'a laissé personne indifférent."

Pour le CSA, 31% des sondés de sexe féminin estiment qu'Anne Sinclair est la personnalité féminine de l'année: «Son image d'icône blessée a profondément touché les femmes, qui s'identifient à elles et se demandent ce qu'elles auraient fait dans sa situation», souligne Véronique Morali, créatrice du site Terrafemina »

Alors qu’une étude récente révélait la faible proportion des femmes dans les médias, davantage cantonnées au rôle de victime qu’à celui d’expertes, ces 2 sondages ne font que confirmer cet état de fait. Mais est-ce vraiment étonnant au regard du tapage médiatique qui n’a eu de cesse d’élever Anne Sinclair au rang de femme sacrificielle, de mater dolorosa ? Quand on sait que le 20h de TF1 consacré à la catastrophe de Fukushima a été regardé par 4 millions de téléspectateurs de moins que l’interview de DSK, on prend la mesure du phénomène médiatique !

A ce sujet, Bernard Sananès, président de CSA, modère ce résultat en expliquant que l'idée n'était pas de distinguer les femmes les plus populaires, mais celles qui ont le plus fait parler d'elles en 2011. Ce qui est étonnant, c’est que les hommes ont spontanément élu, pour près d'un tiers d'entre eux, Christine Lagarde en tête de leur classement «Ils saluent par ce choix la réussite politique et professionnelle de la femme. Ils expriment aussi par là un cocorico car ils sont fiers qu'elle soit la première femme française à la tête d'une institution internationale telle que le FMI». Les femmes manquent-elles à ce point de modèles de réussite féminine qu’elles préfèrent s’identifier à une femme trompée plutôt qu’à la présidente d’une institution internationale ? Ou ont-elles intériorisé parfaitement la vision de la femme véhiculée par les médias ?

Grazia va encore plus loin dans son palmarès de personnalités féminines en consacrant Tristane Banon comme « pleureuse de l’année » et en plaçant un homme, Jean Dujardin, en 7ème position ! 2 victimes et un homme, vive le top des françaises !

A quand Nafissatou Diallo élue « plus bel hématome au vagin de l ‘année » ?


11 commentaires:

  1. moi, elle me fait halliciner cette femme !!!! défendre son homme envers et contre tous, je veux bien, pas de soucis.... sauf si on est victime.... et je parle en connaissance de cause, mon ex étant le même genre (en pire) !!! et lui n'est plus dehors à prendre l'air.... pendant encore un looong moment !!!

    RépondreSupprimer
  2. je me demande quand-même comment sont fabriqués ces sondages... on ne les oriente pas un peu ?
    enfin, moi quand on me demande de but en blanc de dire qui est la femme de l'année, je reste bête et dois sacrément me creuser la cervelle avant de trouver un nom - parce qu'une année est longue, parce que distinguer juste une seule personne est injuste, parce que... j'aime pas les classements

    RépondreSupprimer
  3. Moi, si on m'avait demandé d'élire la femme de l'année, j'aurais répondu: "Ma femme!"

    RépondreSupprimer
  4. La citation de grazia, les bras m'en tombent ...

    RépondreSupprimer
  5. LB : je pense qu'ils ont soumis aux personnes interrogées une liste de personnalités. Après, tout dépend si la question était "quelle est la femme qui représente pour vous l'année 2011" ou "quelle est la femme dont on a le plus entendu parler" ce qui n'est pas la meme chose...
    Anonyme : bravo, elle a de la chance votre femme!:-)
    Sasa : oui, je suis bien déçue de Grazia, féminin que je lisais de temps en temps avec plaisir

    RépondreSupprimer
  6. Je ne comprends pas votre billet. Vous titrez AS femme de l'année et démontrez plus tard qu'il ne s'agissait pas d'élire la femme de l'année mais de choisir (entre une dizaine de femmes proposées) celle qui avait fait le plus parler d'elle. A ce titre, oui AS remporte une palme et on imagine que cela ne doit pas vraiment lui plaire. Maintenant si le CSA sondait à nouveau pour savoir qui serait la femme de l'année, les resultats seraient, peut être, différents.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne fais que reprendre le titre utilisé par le CSA et Grazia. Le président du CSA modère ce propos en disant qu'il s'agit des femmes dont on a le plus parlé (ça reste à prouver, on ne sait pas quelle a été la question posée aux gens interrogés), quant à Grazia ils utilisent bien le terme de personnalité féminine de l'année. Mais au-delà du titre, ce qui m'effraye c'est les justifications faites autour de celui-ci

    RépondreSupprimer
  8. "Grazia va encore plus loin dans son palmarès de personnalités féminines en consacrant Tristane Banon comme « pleureuse de l’année »" quelle horreur, on est une pleureuse quand on dénonce un viol, et une héroïne quand on tolère celui qu'aurait commis son époux. Quelle époque encore arriérée !!!

    RépondreSupprimer
  9. Au lieu d'être à l'anniversaire de Bruel ce jour là l'avait qu'à l'appeler..et pis c tout ..nauséabond tout ça..le débat s'enrichit-il..pas persuadé .. ceci dit vous faîtes votre job et c cool ;-)jef

    RépondreSupprimer
  10. c'est vrai qu elle est lesbienne et que tout cela est comedie et arragement financier et politique?

    RépondreSupprimer
  11. J'adore ta dernière phrase ! ;o)

    RépondreSupprimer