> Consommer autrement : j'ai testé les paniers de l'AMAP

jeudi 3 décembre 2015

Consommer autrement : j'ai testé les paniers de l'AMAP



Consommer des fruits et légumes autrement, l’idée me trottait en tête depuis un moment.

Il y a quelques années, j’avais testé le Campanier, assez pratique car les paniers pouvaient être récupérés chez un commerçant de quartier. Seul hic : les fruits et légumes étaient certes bios mais pas locaux (potimarron de Hollande ou chou d’Espagne par exemple).

J’avais également entendu parler de « La Ruche qui dit oui », souple car sans engagement et proposant une offre plus riche.  Néanmoins j’ai été quelque peu refroidie par le fait que cette société privée prenne une commission sur le chiffre d’affaires des agriculteurs. J’avais davantage envie d’un réel engagement associatif couplé à un circuit court.

Le choix de l’adhésion à une AMAP de quartier s’est donc imposé naturellement.

Les AMAP, ou Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne, sont nées, en 2001 en France, d'une prise de conscience citoyenne face à la situation de crise importante dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation.

Il s’agit d’un partenariat entre des consommateurs et un producteur : le consommateur s’engage à payer sa part de récolte à l’avance (dans mon AMAP, l’engagement est de 6 mois) tandis que l’agriculteur s’engage à lui livrer chaque semaine au sein du local de l’AMAP un panier de légumes et/ou de fruits de saison et bios.

Contrairement à La Ruche qui dit oui, il n’est pas possible de choisir ce que l’on trouvera au sein de son panier. Pour moi, ce n’est pas un point bloquant car je trouve au contraire que cela stimule la créativité. Je n’aurais ainsi jamais pensé à acheter des radis noirs, des blettes ou de la betterave crue par exemple. Pourtant, les recettes dénichées sur internet (radis confits au miel, tarte aux blettes ou houmous de betterave) ont été pour moi de vraies découvertes gustatives à côté desquelles je serais passée sans l’AMAP. 

Quelques exemples de plats cuisinés avec les paniers de l'AMAP "Les plaisirs du Jardin"

 Houmous de betterave

Poêlée de chou blanc et carottes

Courgette farcie ricotta/pistou/parmesan

Velouté potiron/poireaux au lait de coco

Dorade en écaille de pommes de terre, radis noir caramélisés au miel et carottes jaunes

Fusilli à la fondue de poireaux à la crème et saumon fumé

Gratin de potimarron au comté


Gratin de pommes de terre à la scamorza fumée et curry


Question goût et fraîcheur, la différence est indéniable en comparaison avec ce que l’on peut trouver en supermarché : certes les légumes ne sont pas calibrés mais peu importe, le palais ne fait pas la différence.

En ce qui concerne la diversité, je ne connais pas encore la lassitude des légumes d’hiver. On m’avait prévenue (« tu vas voir, les courges vont te sortir par les yeux ») mais heureusement mon AMAP prend soin de diversifier chaque semaine le contenu des paniers.

Voici, à titre d’exemple, ce que j’ai reçu cette semaine (correspond à un demi-panier soit 7,75€) :
-       500 g de carottes
-       600g de poireaux
-       500 g de blettes
-       500 de pommes de terre
-       150g de roquette

Chaque samedi, le producteur nous envoie par mail le contenu du panier de la semaine suivante, ce qui nous permet d’anticiper nos courses et nos recettes. Nous avons également la possibilité de commander des œufs bios délicieux à des prix défiant toute concurrence (2€ la boîte de 6).

Pour 4, le demi-panier me paraît être la quantité idéale pour ne rien jeter ou laisser moisir dans le réfrigérateur. Chaque semaine, les enfants et moi-même découvrons avec plaisir le contenu du panier puis j’essaye de leur faire deviner le nom des légumes qui le constituent (facile pour les carottes, beaucoup moins pour le céleri rave ou la betterave).

Seul moment désagréable : lorsque je sors du sac les légumes en vrac, souvent mouillés et pleins de terre. Ma cuisine se transforme alors en champ de bataille. Je les trie, les lave puis les reconditionne dans des petits sacs avant de les ranger au réfrigérateur.

Cette petite manipulation un peu fastidieuse mise à part, je trouve que le jeu en vaut vraiment la chandelle.  Je suis vraiment ravie de l’expérience AMAP et ne peux que vous encourager à sauter le pas !

Si vous manquez d'idées, suivez le hashtag #RecettedAMAP sur Twitter, lancé par @chronomil pour partager nos recettes!


11 commentaires:

  1. Je une grande convaincue des Amap. Mes parents y achètent bcp de choses depuis des années (pas des légumes, ils ont un potager ^^) et j'ai pu m'inscrire à celle de mon école en arrivant sur Paris. Cela me permet de manger des légumes bios à un prix hyper raisonnable (en tant qu'étudiante, c'est pas du luxe), d'avoir des légumes différents et de me "forcer" à cuisine 'exit les pates au beurre quand on a des carottes qui attendent. En plus ca permet de soutenir et rencontrer un producteur local.

    RépondreSupprimer
  2. ça fait un moment que je me dis que je tenterais bien et là tu viens de me convaincre ;) j'adore les courges en plus, alors l'hiver me fait pas peur! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, tant mieux, tiens-moi au courant de la suite!

      Supprimer
  3. Chez nous pas d'amap, mais achat direct dans une ferme bio (on est en province et les fermes ne sont jamais loin des villes de taille moyenne).
    L'amap je trouvait ça contraignant, je n'ai pas besoin d'un panier toutes les semaines...
    J'ai aussi essayé la ruche qui dit oui ou locavor, mais les prix sont vraiment prohibitif : sur notre site 2 à 3 fois le prix du marché!!. je n'avais pas les moyens de modifier autant mon budget "courses".
    Mais j'adhère avec l'idée qu'acheter local et bio permet de manger de saison. On redécouvre des recettes. Et des gout!! Nous mangeons beaucoup de légume donc nous en découvrons peu avec notre système mais des choux de Bruxelles ou des blettes acheté au supermarché n'ont absolument pas de même gout que ceux acheté au maraîcher bio du coin. J'avais fait la démarche pour une question environnementale. Le gout me conforte dans mon choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, l'achat direct en ferme bio c'est le top! Quelle chance!

      Supprimer
  4. Bonjour, il y a aussi des producteurs qui vendent leurs produits avec le même système d'abonnement à des paniers, mais sans être une AMAP ou autre association.
    C'est le cas pour le panier hebdo que je prends depuis plusieurs années maintenant. Le seul problème c'est qu'ils ne sont pas évidents à trouver quand on cherche, car pas référencés, ça fonctionne souvent par le bouche à oreille ou la presse locale.
    Mais sinon je suis comme toi, j'aime bien la stimulation de devoir trouver des nouvelles recettes! Pour le radis noir, on l'adore râpé avec des carottes, huile d'olive, sauce soja et graines de sésame, une petite salade d'inspiration asiatique :-)

    RépondreSupprimer
  5. Miam, râpé avec des carottes ça m'a l'air très bon ça aussi, je testerai la prochaine fois!

    RépondreSupprimer
  6. Ben, le radis noir, c'est le seul truc (avec les côtes de bette, vos "blettes" à vous, que je donne à une amie qui en est friande) que je n'aime pas. Mais c'est vrai que j'ai pas essayé caramélisé avec du miel ;) Sinon, la betterave en velouté avec du lait de coco et des petites rondelles de piment vert et de la noix de coco grillée en déco, c'est bon aussi, hein (https://essaipat.wordpress.com/?s=velout%C3%A9+de+better)?!
    Et puis, question fraîcheur, mes légumes, cueillis le mardi, livrés le mercredi, se conservent deux semaines SANS PROBLEME. Quant aux panais, ils font avec des dattes, un velouté à se relever la nuit. Je suis fan de mon panier bio et c'est même pas plus cher (pour nous les Helvètes) que d'acheter au supermarché (et plus frais!)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miam, je note ces 2 idées de recettes délicieuses pour la prochaine fois (je n'aurais jamais pensé à cuisiner le panais avec des dattes!), merci!

      Supprimer
  7. Cliente d'une Amap depuis 2010 j'ai le revers de la médaille : aucune inspiration pour savoir quels légumes acheter lors des périodes de fermeture! On prend toujours les mêmes...
    Et j'ai réussi à trouver des recettes que j'aime pour tous les légumes que je n'aimais pas... et les tests ont aussi été concluants auprès d'invités dans le même cas.
    Topinambour : rissolés puis en cake aux lardons, fromage et à la bière. Fenouil : soit en soupe fenouil-chèvre affiné soit en dhal cuit longuement aux épices. Radis noir : en velouté, un délice! Epinards ou feuilles de blette : en pesto, au besoin avec de l'huile essentielle de basilic. Panais : en purée avec du cantal ou comté. Brocolis avec une sauce crème-roquefort.
    J'avoue que je ne pêche qu'avec le céleri... mais je ne m'estime pas vaincue!
    Tous légumes par contre ont une recette de soupe qui leur convient parfaitement et ça, ça ne prend que 5 minutes de préparation.
    Et pour faire aimer les légumes aux enfants, rien de mieux, ce ne sont pas les légumes qui sont mauvais mais la façon de les cuisiner ou de les appréhender.
    Notre Amap n'en est pas une en réalité mais un Jardin de cocagne, fonctionnant avec des contrats d'insertion. Le système est plus souple, nous pouvons annuler des paniers en cas d'indisponibilités et ce sans préjudice financier. Le système me paraît être plus une facilité qu'une contrainte, quant à l'aspect financier il est incroyable : le prix payé pour la quantité est la qualité des légumes bio défie toute concurrence!
    Bon courage dans la découverte... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Oh que de belles recettes, je les note pour les jours où je manque d'inspiration, merci! Pour le céleri rave, j'ai fait une soupe avec de la crème fraîche, les enfants ont adoré (même moi, pour qui le céleri était un mauvais souvenir de cantine!).

    RépondreSupprimer