> Nurofen condamné pour tromperie : après la taxe tampon, la taxe règles douloureuses?

lundi 14 décembre 2015

Nurofen condamné pour tromperie : après la taxe tampon, la taxe règles douloureuses?


 Etre une femme coûte 1400$ de plus par an, j'en avais parlé ici : c'est ce que le magazine Forbes avait appelé la "Woman Tax".

J'avais également épinglé sur le site "Womenology" la marque Dulcolax qui avait lancé un laxatif "spécial femmes" dont la composition était identique à celle du laxatif classique mais dont le prix était plus élevé.

J'avais trouvé incroyable à l'époque que l'industrie pharmaceutique autorise ce genre de publicité mensongère.

Mais les choses seraient-elles en train de changer?

Je découvre aujourd'hui en effet que la marque Nurofen vient d'être condamnée pour tromperie en Australie.

La cour fédérale australienne a estimé que la multinationale basée en Grande-Bretagne s'était rendue coupable de tromperie en conditionnant le Nurofen sous différents emballages contenant tous le même ingrédient, 342 milligrammes de lysine d'ibuprofène.

Elle a ordonné le retrait sous trois mois de boîtes de Nurofen qui étaient vendues comme traitant particulièrement le dos, la migraine, ou encore les douleurs liées aux règles.

En France, le Nurofenfem, rose bonbon et destiné à soulager les règles douloureuses, est en revanche toujours en vente. Et coûte 20% plus cher que le Nurofen classique, à composition identique.

Après la taxe tampon, la taxe règles douloureuses?