> Elles osent! Entreprendre au féminin : Kenza Hachimi, co-fondatrice de Kitchen Trotter

mardi 22 juillet 2014

Elles osent! Entreprendre au féminin : Kenza Hachimi, co-fondatrice de Kitchen Trotter



Bonjour Kenza, peux-tu nous parler de Kitchen trotter? Quel est son concept ?
 Kitchen Trotter c’est avant tout l’histoire d’une passion, ou plutôt de 2 passions : la cuisine et le voyage. Et de 3 amis : Aïcha Mansouri, Pierre-François Lotiron et moi-même. Notre objectif commun est de démocratiser la cuisine du monde et de faire voyager nos « Trotters » depuis leur cuisine.
Le concept est très simple et très ludique. Tous les mois, on reçoit dans sa boite aux lettres un kit de cuisine mettant à l’honneur une destination surprise. A l’intérieur, on y retrouve les principales recettes de ce pays ainsi que les principaux ingrédient pour les réaliser. Ensuite, il suffit de compléter par quelques ingrédients simples et on est prêt à inviter ses amis à partager un délicieux repas qu’on a soi-même préparé.

Quel a été ton parcours avant de lancer Kitchen trotter?
J’ai intégré l’ESSEC il y a quelques années, pour y poursuivre un MBA et me spécialiser en communication. Au fil de mes cours et de mes rencontres, j’ai commencé à découvrir le monde de l’entrepreneuriat. Et pour tout vous dire, ce nouvel univers a commencé à m’attirer fortement. J’ai tout de même commencé à travailler en communication au sein de Microsoft France pendant 2 ans. Mais l’appel de l’entrepreneuriat était plus fort ! Le passage à l’acte était donc assez rapide. Nous nous sommes vite retrouvés avec Aicha et Pierre, 2 amis de longue date, avec la même volonté de créer notre propre entreprise.

Qu’est ce qui vous différencie de vos concurrents ?
La principale différence de Kitchen Trotter est avant tout l’expérience que nous proposons à nos clients. Au-delà de leur mettre à disposition des recettes et des ingrédients difficiles à dénicher, nous leur offrons une expérience en 3 étapes. La première est l’ouverture du kit, le moment où on découvre le pays du mois mais aussi le contenu de son colis. Avec Kitchen Trotter c’est Noël tous les mois ! Le deuxième moment clé est la préparation des recettes. C’est le moment où on prend plaisir à mitonner de bons petits plats venus d’ailleurs. La magie de ce moment est qu’on apprend à utiliser de nouveaux ingrédients, qu’on ne connaissait pas avant. Et enfin, le meilleur moment je dirai, c’est celui où on déguste tout ça, avec ses proches !

Peux-tu nous dresser le portrait robot d’un(e) abonné(e )? Connais-tu la répartition hommes/femmes de tes abonnés ?
L’abonné type Kitchen Trotter est une femme de 25 à 45 ans, résidant partout en France. Elle est souvent en couple, voire avec un enfant. Mais tout le monde peut se reconnaître dans Kitchen Trotter !

Comment expliquer le succès des box ?
Les boxs représentent un nouveau mode de consommation, qui nous sort de la routine du quotidien. On ne veut plus recevoir que des factures dans sa boite aux lettres. On reçoit désormais aussi sa box, réelle bouffée d’air frais.  Le succès des boxs s’explique aussi par la spécialisation de chaque concept, répondant ainsi aux attentes de beaucoup de français.

Quel est votre business model ?
Notre business model repose essentiellement sur la vente de nos abonnements, répartis en 4 formules : l’abonnement mensuel sans engagement, ou les abonnement 3, 6 ou 12 mois. Nous avons également développé une épicerie en ligne, qui permet à nos abonnés de retrouver les ingrédients dégustés à travers leurs kits précédents.
Enfin, nous développons aussi des partenariats par ailleurs, comme c’est déjà le cas avec le groupe Prisma Media par exemple, pour le magazine Cuisine Actuelle.

En tant que femme, quelles ont été les difficultés rencontrées lors de la ta création d’entreprise ? Comment as-tu pu lever ces freins ?
J’avoue ne pas avoir rencontré de freins lors de la création de Kitchen Trotter liés au fait que je sois une femme. Mais il est vrai que le monde de l’entrepreneuriat est majoritairement masculin !

Quels conseils donnerais-tu à une femme qui souhaiterait se lancer aujourd’hui ?
J’encourage toutes les femmes de se lancer dans l’entrepreneuriat. C’est une expérience très enrichissante à la fois au niveau personnel que professionnel. Et puis on a besoin de plus de femmes entrepreneurs !
Il s’agit ensuite simplement de trouver un bon équilibre entre la vie de famille et l’implication professionnelle.

Fais-tu partie d’un réseau féminin ? Si oui lequel ?
Non, je ne fais pas partie d’un réseau positionné sur le créneau « féminin », en tous cas pas pour le moment. Mais je suis régulièrement les activités de réseaux comme Girls In Tech par exemple.

As-tu un exemple de femme qui a pu t’inspirer ou avoir valeur d’exemple ?
Parmi mes inspirations féminines, il y a notamment Marissa Mayer ou Angela Ahrendts qui ont su accéder à des postes stratégiques dans de très grandes entreprises. Dans l’univers des start-ups, nous sommes assez proches de Lara Rouyres et Tatianna Jama, qui sont de très bon conseil !

Quels son tes projets professionnels pour le futur ?
Mon seul et unique projet professionnel est de continuer à faire développer Kitchen Trotter, et à en faire une marque française qui rayonne à l’international ! Ca fait déjà pas mal de boulot :-)

Pour en savoir plus : site internet de Kitchen Trotter