> Dictionnaire participatif du féminisme : "P comme promotion" par Cécile Vandorme Martin

jeudi 10 juillet 2014

Dictionnaire participatif du féminisme : "P comme promotion" par Cécile Vandorme Martin



Aujourd'hui c'est Cécile Vandorme Martin qui nous offre sa contribution au dictionnaire participatif du féminisme avec "P comme promotion". Un grand merci à elle!

Promotion…Canapé ? 

Désolée c’est quasiment la première expression qui me soit venue à l’esprit quand j’ai réfléchi à ce terme –promotion-, surtout associé au féminisme. Alors même que c’est antinomique, n’est ce pas ? 

Pourtant, on dit souvent d’une femme - si elle est jolie et pas trop « autoritaire » - que si elle a eu cette promotion, c’est parce qu’elle a couché !

Oups !

Stéréotypes
Le monde de l’entreprise regorge ainsi de stéréotypes concernant les femmes. Et ceux concernant l’évolution professionnelle ne sont pas des moindres.

Petit tour d’horizon :

-    Une femme a de l’empathie, sait communiquer et être à l’écoute….dans ce cas, comment être autoritaire, si elle montre trop d’émotion !

-       Une femme n’est pas faite pour travailler dans le BTP ni dans un garage…par contre, oui, dans le domaine du luxe ou de l’habillement. Et vice-versa !! Cela marche également pour : les métiers de la finance sont plus adaptés aux hommes alors que ceux du marketing et de la communication rencontrent bien les compétences des femmes (empathie, communication, compréhension de l’autre…). Pourquoi vouloir occuper d’autres postes ? 

-       Un enfant dans la vie d’une femme signifie forcément moins de disponibilité (en terme de TEMPS, hein !!)

-       Ce qui est réalisé par un homme a plus de valeur que ce qui l’est par une femme. Cf une étude réalisée par Amy Bug, professeure de physique (voir article : http://www.dievolkswirtschaft.ch/files/editions/201406/pdf/13_Keller_FR.pdf)

-       Une femme est jugée de manière plus sévère qu’un homme lorsqu'elle donne son avis

Ainsi il serait « normal », « logique » que les femmes restent au statut de collaboratrices ou n’évoluent plus une fois un ou deux bébés arrivés. Du moins les plus jolies ou celles qui sont maman (donc), ou encore celles qui refusent d’adopter les codes masculins (et même virils) du monde du travail.

Plafond de verre
On parle souvent quand on aborde le sujet des promotions, de plafond de verre ou selon Amy Bug (même article que ci-dessus), de « contre-courant invisible ». Dans les deux expressions, on retrouve des mots évoquant soit la transparence soit le flou, l’invisible, l’indiscernable.

Il est très dur pour les femmes de se battre contre ce qui est flou, invisible…contre ce qui ne se voit pas  et est même parfois imperceptible ponctuellement mais qui parait évident dès que l'on prend du recul.

Féminisme ?
Pour moi être féministe c’est faire en sorte que l’on identifie au quotidiens tous ces freins aux carrières des femmes, tous ces stéréotypes qui déséquilibrent les chances des femmes de progresser en entreprise, d’obtenir des promotions. Ce n’est pas vouloir faire de la discrimination positive envers les femmes, c’est montrer que si on rétablit un équilibre, on avantage aussi les hommes et par extension les cellules familiales… Et in fine les entreprises qui ont des collaborateurs plus épanouis, moins stressés, plus performants. Car ils auront été reconnus pour ce qu’ils sont : des êtres humains reconnus pour leurs compétences professionnelles via une promotion.  

Etre féministe en terme de conciliation vie perso – vie pro, c’est accompagner dirigeants, cadres RH et salariés dans leur envie de rendre visible ce qui est invisible car quasiment ancré dans les habitudes : les attendus vis-à-vis des femmes par exemple (on s'attend à ce qu'elles fassent des enfants et qu'elles quittent leur poste, ou à ce que ce soient elles qui s'occupent des enfants, impossible d’accorder une promotion à une femme avec un jeune enfant : comment va t-elle gérer ?…) alors que ce qui leur est attribué d’autorité pourrait tout à fait être assuré par des hommes. 

En attendant cette prise de conscience massive et active des entreprises (passer à l’action au lieu de signer des chartes qui n’engagent pas à grand-chose), j’aide les femmes à obtenir des promotions, à s’affirmer, à accepter d’être reconnues à leur vraie et juste valeur. En bref, à dépasser ces stéréotypes avec lesquels elles ont aussi grandi et qu’elles ont malheureusement elles aussi intégré. 

Cécile Vandorme Martin
Consultante – Experte conciliation vie personnelle vie professionnelle