> Concours d'écriture : Interview de Carène Ponte, gagnante du premier prix

mercredi 9 juillet 2014

Concours d'écriture : Interview de Carène Ponte, gagnante du premier prix




Pendant l’été, j’interviewerai ici les gagnantes du concours d’écriture Librinova organisé récemment sur le blog.

C’est Carène Ponte, 1er prix du concours, qui ouvre le bal aujourd’hui.
Vous pouvez retrouver sa nouvelle « 3 femmes » sur le site de Librinova.

Bonjour Carène, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Carène. J’ai 34 ans. Enfin tant que le 24 juillet n’est pas passé j’en ai 33 hein ?!
 
J’ai 2 enfants (1 garcon de 6 ans et une fille de 2,5 ans). En couple depuis 15 ans (rien que de l’écrire ca m’impressionne).
 
Dans la vie sérieuse, je suis responsable de formation.

Comment es-tu venue à l’écriture ?
En primaire, à chaque début d’année on demande aux élèves d’écrire sur un papier le métier qu’ils voudraient faire plus tard. Sur le bout de papier, moi c’est “écrivain” que j’inscrivais. Je rêvais d’être ceux dont je lisais les livres avidement chaque soir dans mon lit. Parfois bien après l’heure autorisée, moyennant une atténuation de la lumière de ma lampe de chevet (une fois, le tissu a commencé à prendre feu... Oups....).
 
Et puis au fil des années, je me suis persuadée que pour devenir écrivain il fallait du talent. Que je n’en avais pas. Qu’il fallait être capable d’inventer des histoires. Que j’en étais incapable.
 
J’ai rangé au fond d’un tiroir ce rêve d’écriture. J’en parlais parfois sous forme de boutade.
 
Il y a quelques années j’ai eu l’opportunité d’écrire et de publier des livres sérieux (des livres juridiques) mais ce n’est pas la même chose.
 
Et puis, il y a un an, quelqu’un m’a dit “tu devrais ouvrir un blog”. J’ai ressorti du tiroir mon rêve, il n’était pas si poussiéreux que ca... Et je me suis lancée

En quoi tenir un blog t’aide-t-il pour travailler ton écriture ?
Ca m’oblige à de la régularité. Pour moi un blog doit vivre pour être lu et pour cela, il faut publier régulièrement. Plus j’écris et plus les idées me viennent et plus cela devient facile. Il n’y a pas de mystère je crois, plus j’écris, plus les mots me viennent facilement.
J’essaie de travailler mes billets, de leur donner un angle ou un autre. Mes billets d’humeur sont “écrits” en ce sens que je travaille les figures de style, les mots employés, le ton.
Chaque vendredi, je publie une nouvelle (rubrique 1 vendredi / 1 nouvelle sur le blog). Vendredi dernier j’ai publié la 40ème. Plus les semaines avancent et plus j’ai des idées d’histoire qui me viennent. Plus j’ai envie d’explorer des genres différents. Plus j’écris et plus j’ai envie d’écrire au fond.

Qu’espérais-tu en participant au concours ? Comment t’est venue l’idée de la nouvelle « 3 femmes » ?
En tout premier lieu j’espérais avoir des lecteurs neutres sur mes textes. Des personnes qui ne me connaissent pas et qui du coup sont à même de juger l’histoire uniquement pour ce qu’elle est. J’espérais avoir un retour (que je gagne ou pas) sur ce qui allait ou n’allait pas. Pour pouvoir progresser.
 
Bien sur, j’avais l’espoir de peut-être pouvoir gagner. Il fallait bien un gagnant, pourquoi pas moi...
 
“3 femmes” c’est une idée de roman que j’ai depuis quelques mois. J’avais déjà quelques chapitres d’écrits. Mais sous la forme d’un roman avec plusieurs points de vue, à chaque chapitre c’est l’une des 3 femmes qui parle. Quand j’ai vu le thème du concours, j’ai tout de suite pensé à cet embryon de roman. J’ai repris, j’ai retravaillé pour que cela soit une nouvelle, et j’ai déroulé l’histoire avec les éléments auxquels j’avais réfléchi. La fin de la nouvelle correspond à la fin du roman telle que je l’avais envisagé.

Qu’est ce que le prix a changé pour toi ? (même si c’est assez récent !). Que conseillerais-tu à ceux qui hésitent à se lancer ?
Qu’est-ce que ca a changé pour moi ? Franchement, je dirais tout ! Ca me donne confiance dans ce que je suis capable d’écrire. Grace à ce concours, je sais que mes histoires peuvent plaire à des lecteurs, que les émotions que je souhaite faire passer sont ressenties. Je me dis que c’est le début de quelque chose. Ca me pousse à y croire encore plus fort.
Lorsque la nouvelle a été mise en ligne la semaine dernière, j’ai vécu un moment intense. La sous mes yeux il y avait un texte publié, que des gens allaient pouvoir acheter, aimer ou pas. Comme si je passais du statut de blogueuse à celui d’auteur. Comme si le mot “écrivain” que j’écrivais sur mon petit papier de début de CE2 devenait d’un coup réalité.

Pour ceux qui hésitent, je leur dirais qu'il faut foncer. Mettre de cote ses peurs. Qu'il faut croire en ses rêves. Même ceux qu'on a mis de cote. L'écriture apporte tellement, alors lorsqu'on en a l'envie, il faut y aller.

 Quels sont tes rituels d’écriture ? Où trouves-tu l’inspiration ?
Je ne sais pas si j’ai des rituels d’écriture. Je pense beaucoup aux textes que j’ai envie d’écrire avant d’ouvrir l’ordinateur. J’ai envie de traiter d’un thème, je réfléchis à l’angle, je réfléchis à la phrase d’accroche, à la manière de dérouler, aux émotions que j’ai envie de transmettre. En général lorsque je me mets à écrire, les phrases sont finalement quasiment construites.
 
Je retouche assez peu le texte de départ.
 
Pour ce qui est des nouvelles, je commence par réfléchir à la chute. C’est ce qui est primordial pour moi. J’ai envie de surprendre le lecteur, où de le laisser longtemps avec la dernière phrase en tête. Une fois que je sais comment je vais finir l’histoire, je commence à l’écrire.
 
Il m’arrive de me laisser surprendre par les mots. D’avoir une idée de départ et puis en écrivant de finalement aller dans une toute autre direction. L’écriture c’est aussi pour moi un sentiment de grande liberté.

Tout est sujet a inspiration. Une phrase que j'entends, un livre que je lis, une situation, un lieu.. C'est comme si les mots retenus depuis des années s'accrochaient sur n'importe quel prétexte. Je passe mon temps a me dire "tiens cela ferait un bon billet

Quels sont tes écrivains préférés ? Et tes blogs préférés ?
Je suis une lectrice compulsive comme on dit. Je lis de tout. Parmi les romancières françaises, j’aime beaucoup Anna Gavalda et Katherine Pancol.
 
J’ai relu plusieurs fois autant en emporte le vent. J’aime la littérature américaine, Pat Conroy, Joyce caroll oates. J’aime aussi les romans policiers. Et enfin, je suis fan de Chick-lit, cette littérature qui me détend et m’amuse. Et dans ce genre, la reine est pour moi Sophie kinsella. En addict au shopping que je suis, je ne manque pas un épisode de l’accro du shopping.
 
Si je devais citer un livre qui m’a particulièrement marqué, je dirais le roman de Joel Dicker “La vérité sur l’affaire Harry Quebert”. Ce roman est juste extraordinaire !
 
En matière de blog, j’aime les blogs de billets “écrits”. Je lis toujours avec beaucoup d’émotions les billets de Marie Perarnau, de Femme Sweet Femme. Je suis totalement admirative devant le talent de Caroline Michel qui tient le blog Ovary. Elle écrit elle aussi des nouvelles et à chaque fois je suis blufée.

Es-tu plutôt livre numérique ou papier ?
Je me suis laissée tenter un temps par le livre numérique. Il faut avouer que c’est quand même pratique. Et en bonne accro de lecture que je suis, je dois avouer que pouvoir acheter dans son lit à 23h30 un roman dont on vient d’entendre parler et pouvoir le débuter instantanément c’est plutôt jouissif.
 
Mais je reste quand même attachée au papier. J’aime l’objet. J’aime tourner des pages de papier. Sur ma commode j’empile les livres que je viens d’acheter. Je crois que j’aurais du mal à y renoncer complètement. Et puis lorsque j’ai aimé un roman, j’aime le prêter à des amies, pour ensuite échanger.

Quels sont tes prochains projets d’écriture ?
J’ai publié sur le blog une histoire sur plusieurs épisodes (“Un merci de trop”- 14 épisodes). 

Je suis en train de retravailler l’ensemble pour faire des liens, pour compléter l’intrigue. Le but c’est d’en faire un roman (chik lit) et de l’envoyer à des éditeurs.
 
J’aimerais aussi continuer “3 femmes” sous la forme roman tel que je l’avais commencé. J’attends de voir si l’histoire plait via la publication sur Librinova pour voir si je reprends.
Je vais aussi participer au concours écrire au féminin.
 
Je réalise que j’aime vraiment écrire des nouvelles. J’aime le rythme qu’elles imposent au lecteur. Pourquoi pas faire un jour un recueil avec les nouvelles publiées sur le blog...
 
Ce qui est certain c’est que je ne suis pas prête de m’arrêter d’écrire. Je me demande même aujourd’hui comment j’ai pu m’en passer si longtemps.