> Concours d'écriture : Clara de Cyril Oliverio

jeudi 26 juin 2014

Concours d'écriture : Clara de Cyril Oliverio



Lundi dernier, j'ai proposé aux participants du concours d'écriture qui le souhaitaient de venir poster leurs textes ici.

C'est aujourd'hui Cyril Oliverio qui ouvre le bal avec "Clara".


- « Vous savez, parfois, je peux être une vraie garce et d’un snobisme épuisant. Mais, ce que je viens d’accomplir ce soir restera dans.......

Une explosion gigantesque fit voler en éclat le véhicule blindé. Partout, des morceaux de ferrailles, de verre, de chair. Un énorme cratère s’était formé sous la voiture, cicatrisant le bitume sur plusieurs mètres, les vitres des bâtiments autour ont éclaté sur 4 étages sous la déflagration. Des cris de gens paniqués déchiraient la nuit, des flammes éparses consumaient des bouts de plastiques, de tissus, d’autres choses indescriptibles.

Tout était à refaire.

6 mois plus tôt :

Elle se tint droit et sourit modestement en faisant de petites révérences aux clameurs d’une foule qui la plébiscitait. Elle s’écarta légèrement de son pupitre et remercia d’une main émotive un parterre de convives guindés et souriants. Elle marcha à reculons avec une certaine maladresse, sans doute déroutée par l’ivresse de sa gratitude, avant de disparaître derrière un grand rideau noir, laissant la scène orpheline de son aura.
Les applaudissements se tarirent lentement, et bientôt, une rumeur sourde vint envahir le grand théâtre.

Une fois dans les coulisses, pas un soupir de soulagement, elle resta muette, slalomant entre les techniciens qui l’ignoraient et quelques personnes de son staff qui la congratulaient d’applaudissements éparses.
On aurait pu voir son visage se durcir et reprendre les traits de la femme ambitieuse et froide qu’elle était, si elle ne baissait pas la tête en fonçant vers sa loge.
Clara Verdhen, est de ces femmes silencieuses qui n’usent de leur langue que pour aller à l’essentiel. Elle ne s’éparpille pas, ni ne se parjure, droite dans ses escarpins.

-       « J’avais demandé une bouteille d’Orezza très fraîche et un panier de fruit »
-       « Oui, désolé, nous n’avons pas eu le temps  de…»
-       « Pas le temps de quoi ? d’être compétente ? Je n’ai pourtant pas demandé qu’on retapisse ma loge à l’or fin que je sache ? Laissez tomber et dites à mon chauffeur de se préparer »

L’assistante de Clara déguerpit la tête basse en taisant de nombreuses insultes.
Dans la loge, un écran allumé sur une chaîne d’info en continu, rediffusait le discours de Clara. Une journaliste souriante dressait un portrait flatteur et ronflant de la femme exceptionnelle qu’elle était.

Récemment élue « femme la plus puissante du monde » par le magazine Forbes, Clara Verdhen a, une fois de plus, captivé son auditoire par un discours plein de convictions et d’enthousiasme quant à l’énorme charge qui pèse sur ses épaules, de diriger ce conglomérat…

Elle se trouva grosse et détourna le visage de l’écran.

-       « Allo ? Oui, prenez rendez-vous avec mon coach forme pour demain matin. Merci »
 Elle raccrocha et plongea son regard dans ses yeux noirs et profonds, que sa chevelure blonde, n’égaya pas. Elle se scruta dans le miroir jusqu’à voir les abysses de son âme et conclua d’un sourire satisfait que plus rien ne l’arrêterai.


Jour J :

Le Global Water Act met fin à cette guerre que nous nous livrons depuis ces dernières années. Nous savions les réserves d’eau potable amoindries et nous nous les sommes disputés. Bien trop de victimes et de morts que nous aurions pu éviter si nous nous étions entendu intelligemment comme nous sommes désormais en train de le faire. Les deux dernières grandes réserves que sont l’aquifère Guarani et les deux inlandsis géants du Groenland et de l’Antarctique que les Russes ont déjà largement entamé vont être désormais nos trésors, notre espoir. N’oublions pas nos chercheurs, qui redoublent d’effort pour créer le précieux liquide. Que reste-t-il de notre humanité si ce n’est notre responsabilité ? Quel autre être-vivant courrait vers sa mort en connaissance de cause ? Nous l’avons fait ! Esclave d’une société capitaliste et cupide, nous nous sommes enrichis de biens futiles et de confort en nous dépouillant nous-même les ressources vitales et fragiles de notre monde. Vous, les chefs d’état, réunis autour de cette table, vous êtes engagés dans un processus de reconquête de la raison. Il en va de notre avenir, l’avidité ne nous est plus permise…

Clara brillait d’éloquence. Les internautes du monde entier étaient pendus à ses lèvres. Sa voix prenait de l’ampleur, de la profondeur, comme si la fonction lui donnait une dimension de géante.
Elle fut applaudi généreusement, et resta le torse bombé, rigide, en transe. Elle se rappela de ce parlementaire américain qui lui glissa lors de sa nomination à la tête du World Water Act « On avait bien besoin d’une naïade pour nous sauver des eaux héhéhé ! » avec un air de vieux dégueulasse répugnant et machiste. Elle s’accrochait à cet instant comme on s’accroche parfois à des détails insignifiants. Elle méprisait cet homme autant que tous ceux qui ont essayé de lui barrer la route. Mais l’enjeux était trop important pour qu’elle se laisse intimider.

Plus tard, dans la voiture qui la ramenait chez elle, elle regardait les lampadaires dessinant les rues et les avenues en pointillées qui se laissaient découvrir sous les roues de la berline. Elle leva les yeux vers les bâtiments à moitié détruits pour certains et d’autres encore éclairés malgré l’heure tardive, combien de destin derrière ces fenêtres ? Combien de vies encore en danger.

Elle s’adressa à son assistante sans se retourner :
- « Vous savez, parfois, je peux être une vraie garce et d’un snobisme épuisant. Mais, ce que je viens d’accomplir ce soir restera dans.......