> Interview fromage et féminisme : Valérie CG

lundi 1 février 2016

Interview fromage et féminisme : Valérie CG



Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Valérie CG  alias Crêpe Georgette qui répond à mes questions.

NB : Cette série d'interviews a été menée au mois d'octobre donc bien avant la série d'attentats du 13 novembre 

Bonjour Valérie, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Je pense être amère comme un picodon ; j'en profite pour faire de la publicité pour un fromage de ma région de naissance :).

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

On en fait tout un fromage et on a raison de le faire ; le féminisme - ou du moins la branche du féminisme à laquelle j'appartiens - envisage ni plus ni moins une révolution totale, complète des rapports entre le sexe, et une société où le sexe n'est plus qu'une donnée comme une autre ce qui permettra à chacun-e une liberté totale de faire ce qu'il/elle veut dans le respect des autres évidemment. Nous n'avons pas connaissance d'un lieu ou d'une époque où le sexe n'est pas une donnée importante et n'a pas servi à discriminer les femmes ; il est donc logique que le féminisme fasse peur, c'est un saut vers l'inconnu.

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ?

Elle sentira le vieux roquefort car il s'agit de l'abandon par le gouvernement des abcd de l'égalité. Même si les abcd de l'égalité n'avaient rien d'un programme révolutionnaire, ils lançaient deux bons signaux
- que l'éducation est la base pour parvenir à l'égalité. Si l'on apprend dés le plus jeune âge que les fameuses différences sexuées sont construites, que ce sont elles qui sont génératrices du sexisme alors on a bon espoir de mettre fin au sexisme.
- que le gouvernement prend une mesure courageuse en résistant aux réactionnaires et en admettant que le sexisme ne nait pas de nulle part, qu'il n'est pas le fait d'"imbéciles" ou de "beaufs" mais de nous tous.
Prenons un simple exemple qui est l'obligation de parité en politique ; les mentalités se sont tellement construites avec l'idée que les femmes ne sont pas faite pour en faire qu'il ne choque quasiment personne que les partis politiques paient plutôt que respecter cette loi. L'éducation dés le plus jeune âge  à des valeurs antisexistes aurait permis de faire évoluer les mentalités.
c'est donc pour moi un vrai camouflet de la part de ce gouvernement.

Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Je pense qu'il faut passer par des lois et des amendes - fortes - ; les choses ne se feront pas toutes seules ; nous sommes encore beaucoup trop persuadé-es que les femmes sont un frein en politique ou dans l'entreprise. Nous avons intégré que les hommes sont naturellement compétents pour ce genre de fonctions et les femmes naturellement incompétentes ; avoir d'espérer entrevoir un changement de mentalité, qui sera long, il faut donc passer par la répression.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Il y aurait du beaufort 18 mois d'affinage, du gaperon, de l'époisse, du mascarpone double crème et du stilton. Je le partagerais avec la meilleure compagnie qu'il soit : moi-même.

Le one pot pasta a crée la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

Je ne sais pas si c'est une recette de la honte mais je pense que pour certain-es le fait de manger du fromage avec de la confiture - n'importe laquelle - peut paraitre étrange. Je le fais régulièrement ; au départ je me contentais du classique avec de la figue ou du coing et puis j'ai testé d'autres combinaisons. Je vous conseille donc d'essayer.

Comme moi, tu fais partie de la team #veilletwitta : qu’est ce qui te fait sentir parfois comme une vieille croûte, sur Twitter ou ailleurs ?

J'ai moins de 35 ans, je ne réponds pas à cette question. hum bref.
Je pense à certains usages du web dont je n'ai pas le réflexe ; certaines vont, pour une lutte particulière créer un site web comme par exemple "je n'ai pas consenti" ; ce n'est jamais quelque chose que je pense à faire et je trouve cela vraiment utile et malin.
Je suis complètement perdue sur tumblr dont je peine à comprendre le fonctionnement (le fait que cela soit en anglais ne m'aide pas).
Et là où je me sens vieille c'est devant certaines références féministes comme Buffy dont je n'ai jamais vu un épisode ! J'ai vraiment l'impression d'être un dinosaure lorsque c'est évoqué :)

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

On se demandait la dernière fois entre féministes s'il était possible qu'une femme contre l'avortement soit considérée comme féministe. J'ai souligné alors que sans nul doute, dans certains pays où le poids de la religion est fort par exemple, il doit bien y avoir des femmes qui se battent pour les droits des femmes sans remettre en cause l'interdiction de l'avortement. Au début de l'histoire du féminisme, certain-es étaient également contre le droits de vote des femme (car certaines féministes socialistes craignaient que les femmes des classes bourgeoises votent contre les intérêts de travailleurs) ; à l'heure actuelle il nous semblerait vraiment difficile de considérer une femme contre le droite de vote comme féministe. Je pense qu'il y a donc des contextes à prendre en compte, des lieux, des histoires communes. Je suis donc contre un AOC du féminisme.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

Je vais pinailler, j'en suis désolée, mais je n'admire aucune femme (ni aucun homme) ; je pense qu'il est dangereux de tomber dans l'admiration car lorsque quelqu'un qu'on a adoré tient des propos problématiques, on tombe de très haut. J'ai par exemple de l'admiration pour les propos de Delphy autour du travail des femmes mais aucun pour ceux qu'elle a tenus sur Foucault ou sur les trans*. J'apprécie beaucoup les propos de Iacub sur la prison (elle est abolitionniste)  ; ce qu'elle a pu dire sur les suicides au travail ou les féministes face à DSK est insupportable. Et dans tous les cas Belle des champs était là pour signifier que le fromage était à croquer tout comme elle ; donc je préfère un paquet plus neutre :).

Merci à Valérie pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !