> Interview fromage et féminisme : Pseudomiro

mardi 9 février 2016

Interview fromage et féminisme : Pseudomiro


Parce que le fromage c’est la vie.
Parce que les féministes ont de l’humour.
Parce que militantisme et fromage ne sont pas incompatibles.
Parce qu’il n’y a pas un féminisme mais des féministes.

J’ai crée cette série d’interviews décalées « Fromage et féminisme » #FF.

Aujourd’hui c’est Pseudomiro qui répond à mes questions.

NB : Cette série d'interviews a été menée au mois d'octobre donc bien avant la série d'attentats du 13 novembre 


Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots : es-tu plutôt coulante comme un brie de Melun ou forte comme un Munster ?

Si je dis que je n’aime que les fromages à pâte molle, j’en révèle assez sur ma personne ? Et j’irais même plus loin ! : j’ai du mal avec les fromages aux odeurs trop fortes. Mais je suis sympa, je peux faire un effort avec un fromage à pâte dure, s’il est très bon (et accompagné de vin).

Sinon je suis plutôt mozzarella, ronde et je reprends forme derrière les coups. Je n’hésite pas à répondre ou chercher le débat. Mais comme la mozzarella, si on frappe trop fort, je perds toute consistance et me liquéfie. A manier avec précaution, merci.

D’après toi, le féminisme on en fait tout un fromage ?

J’espère qu’un jour on en fera tout un fromage. Ce sera qu’il n’aura plus de raison d’être.

Aujourd'hui, je crois que le féminisme n’a qu’une audience très restreinte, à ceux (et beaucoup celles) qui s’y intéressent. Les autres n’en entendent parler que lorsqu’une polémique éclate. Sans se poser de question, il est alors facile de dire que c’est exagéré et que ça vaaaa, c’est juste un peu d’humour, si on ne peut plus plaisanter. Ainsi, on ne perd pas trop de temps à réfléchir : aux liens entre cette polémique, et un ou des problèmes rencontrés au quotidien. Et ça permet de ne pas avoir à réagir quand on est confronté régulièrement à des remarques misogynes, par exemple.

La dernière actualité (pub sexiste, bad buzz, déclaration de people…) qui sent le roquefort ?

Je l’ai sans doute oubliée aussi vite que je l’ai vue. Préfère ne pas m’y attarder. (et je ne suis pas DU TOUT en contradiction avec ce que je dis plus haut)

Comment couper le fromage de façon féministe (et donc égalitaire) ?

Avec la bonne vieille technique du « tu coupes, je me sers en premier » : meilleure manière du monde d’apprendre à couper des parts égales.

Ceci dit ça ne marche peut-être qu’avec les enfants, qui n’ont pas encore appris la gêne à prendre la part la plus grosse.

Ton plateau de fromage idéal ? Avec qui aimerais-tu le partager ?

Uniquement des fromages à pâte molle, donc, et surtout du fromage de chèvre. Je fais une exception pour la scarmoza (fumée) et le camembert (mais pas trop vieux !).

J’invite une bouteille de vin rouge, et un bon pain ; et c’est mieux avec une amie qui appréciera le tout. S’il y a une bouteille de plus, j’ajoute une deuxième invitée, mais guère plus, je n’aime pas les grandes réunions. Le fromage, c’est intime.

Le one pot pasta a créé la polémique : et toi, c’est quoi ta recette de la honte avec du fromage ?

Euh… Le fait de manger tout un Caprice des Dieux en une heure toute seule dans ma cuisine, ça marche ? Parce que quitte à cuisiner, je le fais bien. (oui bon ok, j’en ai des recettes de la honte, mais c’est plutôt avec des knackis)

Ah je sais : le sandwich au kiri. Mais avant 35 ans ça reste permis ?

Pour toi le féminisme c’est plutôt à -0% de matière grasse comme le Bridelight ou à plus de 35% comme le Brillat Savarin?

Je devrais honnir le 0% qui sert à manger du faux fromage juste pour correspondre aux standards de beauté féminins, mais 1 je reconnais en avoir déjà mangé (c’est PAS du fromage), et 2 quand je me serai défaite de toutes les pressions sociales alors je pourrai porter un jugement. En attendant… La route est longue.

Es-tu favorable à une AOC pour le féminisme ?

Oh oui !, on créerait une commission qui serait chargée d’attribuer un label, avec un comité d’expertes qui contrôlerait le respect du label une fois reçu. Puis on verrait fleurir des mouvements qui trouvent que les contrôles sont trop laxistes / trop orientés / liberticides. Des associations remettraient en cause les critères selon lesquels le label est attribué, et créeraient un label alternatif. Avec un peu de chance, on aurait un troisième label assez rapidement. Puis autant de labels que de conceptions du féminisme. à Non.

Si on devait remplacer « Belle des champs » par une femme que tu admires, qui serait-elle ?

Emma Watson ?

Merci à Pseudomiro pour cette interview!

Tu es féministe, tu aimes le fromage et tu souhaites être interviewée ? (tu as le droit de répondre même si tu le détestes, le fromage, pas le féminisme). Ecris-moi un petit mail à sophiegourion(at)hotmail.fr et je t’enverrai les questions !