> Vers la fin des jouets genrés chez Mc Donald’s ?

mercredi 23 avril 2014

Vers la fin des jouets genrés chez Mc Donald’s ?



Il n’est jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes de genre.

Une petite fille de 11 ans, Antonia Ayres-Brown, vient de le prouver en faisant plier la chaîne de restauration rapide Mc Donald’s à force d’obstination. Elle raconte aujourd’hui son histoire, 6 ans plus tard, au sein du magazine en ligne Slate.

Lassée d’entendre « Jouet de fille ou jouet de garçon ? » au moment de la commande d’un Happy Meal, la petite fille s’est fendue en 2008 d’une lettre à la direction de la chaîne de fast-food, demandant s’ils proposaient également des jobs pour filles ou pour garçons !

Quelques semaines plus tard, elle reçoit alors une réponse polie mais sans effet de Mac Donald’s lui signifiant que ses employés n’étaient pas formés à proposer des jouets de fille ou de garçon.

Ne se laissant pas démonter par la tiédeur de la lettre, elle décide donc de contre-attaquer en menant une grande enquête auprès de15 McDonald's différents.
En envoyant des enfants de 7 à 12 ans au sein des restaurants, elle a ainsi réussi à prouver que dans 92,9% des cas, les employés donnaient bien aux garçons "les jouets garçons" et aux filles "les jouets filles" et ce sans leur demander leur avis ! Pire, dans 42,8% des cas, les employés du restaurant refusaient l’échange contre un jouet du sexe opposé.
Après avoir fait part des résultats de son enquête à la direction de Mc Donald’s au sein d’une seconde lettre, elle reçoit enfin une réponse satisfaisante de la part de la responsable de la diversité de la chaîne de fast-food : « C'est le but de notre entreprise de faire en sorte que chaque client qui désire un jouet avec notre menu enfant puisse le choisir librement, en fonction de ses préférences et non d'une quelconque classification du jouet comme « féminin » ou « masculin ». Nous avons récemment réexaminé notre politique et sommes en train de prendre les mesures nécessaires pour que nos jouets soient distribués de manière satisfaisante ».

Une nouvelle qui devrait faire plaisir à Papacube qui en parlait déjà l’année dernière sur son blog et à Benjamin Smadja qui se sentira moins seul dans sa croisade contre les jouets genrés !