> Chère amie Facebook, je me tape de la couleur de ton soutien-gorge

mardi 10 septembre 2013

Chère amie Facebook, je me tape de la couleur de ton soutien-gorge



Si tu es une femme et que, comme moi, tu es utilisatrice de Facebook, tu n’as pas pu y échapper.

La première fois j’en ai souri, les autres fois ça a commencé à me fatiguer et désormais ça me tape carrément sur le système.

Au début, on me demandait en message privé d’afficher en statut la couleur de mon soutien-gorge, ensuite le nom d’une sucrerie en fonction de mon statut marital, puis celui d’une boisson alcoolisée, l’endroit où je pose mon sac à main le soir, maintenant le nom d’une ville en fonction de ma date d’anniversaire.

Tout ça pour, je cite « soutenir l’information sur le cancer du sein ». « Les garçons ne vont rien comprendre ». « Partage si tu oses ». Stop.

Je vais essayer d’expliquer CALMEMENT pourquoi ce genre de jeu idiot ne sert à rien mais en plus dessert la cause qu’il prétend défendre.

Si le but est de faire le buzz, en effet, le défi a été remporté, du moins pour la première fois, du fait de sa nouveauté. La recette n’est pas compliquée : un peu de graveleux ("mon soutien-gorge est rouge" "je l’aime sur le portemanteau") d’alcool ("Tequila"), de mystère ("je pars à Miami pour 3 mois") et la mayonnaise prend. Rajoutez à cela une touche de sexisme "les garçons ne vont rien comprendre" et de culpabilité "partage si tu oses" et le buzz est assuré.

En revanche, si le but, tel qu’il est énoncé dans le corps du message, est de « soutenir l’information sur le cancer du sein » on peut affirmer qu’il s’agit d’un flop retentissant.

Combien d’entre vous connaissent les statistiques du cancer du sein ou les facteurs prédisposant ? 

Combien d’entre vous ont, depuis ce jeu, été consulter leur gynécologue, ou passé une mammographie ? (si tu veux savoir comment ça se passe j'en parle ici) 

Qui maîtrise mieux l’autopalpation depuis qu’elle a posté la couleur de son soutien-gorge ?

Le jeu n’a rien changé à ce niveau-là. Il a même peut-être même empiré les choses en ce qui concerne l’implication personnelle de chacun, persuadé d’avoir fait sa bonne action sur Facebook et se sentant dédouané d’en faire plus. Un cyber-activisme mou à peu de frais et contre-productif.

En ce qui concerne l’information, on ne peut pas dire non plus que ce type d’action soit très pertinent. 

Pourquoi d’emblée exclure « les garçons » (dans les messages, on ne parle que de « garçons » et de « filles », les mots ont un sens) ? Pour information les hommes peuvent également être touchés par la maladie (1% c’est faible mais ça existe). Mais surtout ils peuvent être touchés autrement que dans leur chair : ce sont aussi des frères, des maris, des pères, des amis. Pourquoi les exclure sous prétexte d’une connivence puérile entre « filles » ? Pourquoi est-on également obligé d’agiter le hochet du LOL dès lors qu’il s’agit d’une cause touchant les femmes, de surfer sur tous les stéréotypes genrés, du rose au soutien-gorge en passant par les sacs à main ? Vous pensez que je suis une féministe hystérique ? Pourtant, une étude très sérieuse publiée dans le «Journal of marketing Research» a ainsi montré que les publicités genrées contre le cancer du sein (ruban roses, visages de femmes) amoindrissaient la perception qu’avaient les femmes de leur propre vulnérabilité.

Donc si tu veux vraiment être utile, oublie-moi avec ces statuts débiles.

Va visiter des malades même si « tu n’aimes pas les hôpitaux » même si tu as « des mondanités » qui t’occupent ailleurs (je précise que ces phrases sont authentiques et vécues).

Va lire cet article de Manuela qui récapitule les 10 phrases à ne pas prononcer à un malade atteint de cancer (et lis le reste du blog aussi).

Va voir ton gynécologue, passe une mammographie.

Mais oublie moi avec tes statuts débiles.

Mon père est mort d’un cancer il y a 6 mois alors le cancer, ne t’inquiète pas, j’y pense.

Edit 12/09/13 : Je parle aussi des projets contre le cancer du sein qui m'ont touchée ici