> Doudou@work : faut-il agiter le hochet du LOL pour impliquer les hommes?

dimanche 9 juin 2013

Doudou@work : faut-il agiter le hochet du LOL pour impliquer les hommes?




« La pub prend-elle les pères pour des cons ? » m’interrogeais-je ici en janvier dernier ?
Le décryptage de quelques campagnes que j’avais sélectionnées dressait en effet un portrait pas vraiment avantageux de la gent masculine : incompétents, égocentriques, craignant pour leur virilité, néo-traditionnalistes.

La marque DPAM avait d’ailleurs fait le (bad) buzz à travers une initiative pour le moins infantilisante « le papa code », qui expliquait à l’aide de pictogrammes simplets (« bon look » « pas bon look ») le bon goût aux pères. Toi comprendre papa neuneu qu’on ne met pas une robe par dessus un pantalon?



Hier, je suis tombée par hasard sur une initiative du même genre, qui porte pourtant sur un sujet loin d’être futile, la paternité en entreprise.



Aujourd’hui, seulement 3% des pères choisissent de prendre leur congé parental et un tiers d’entre eux n’ose même pas poser son congé paternité. L’idée que c’est aux femmes d’aménager leurs horaires de travail pour s’occuper des enfants est encore tenace et la culture du présentéisme est très ancrée. Quelle mère n’a pas entendu « tu prends ta journée ? » quand elle part à 18h ? Des stéréotypes qui ont de lourdes conséquences sur la vie professionnelle des femmes : évolution professionnelle freinée, sous-représentativité au sein des postes de direction, écarts de salaire.

Une problématique très sérieuse à laquelle le site Terrafemina a décidé de s’attaquer en cassant le plafond de verre…à coup de nounours pour, je cite, « décomplexer la paternité en entreprise » et « faire sortir les papas du placard » !

Le concept : « Les working dads sont invités à emmener pour une journée le Doudou de leur enfant dans leur porte-documents, à lui faire visiter l’open space, la cantine ou la cafet’, voire le convier aux réunions : photos (cocasses) à l’appui bien sûr ! Chaque working dad pourra poster ses photos sur la page Facebook de l’opération. Des lots seront également distribués aux pères ayant posté les photos les plus partagées sur les réseaux sociaux. ». Terrafemina nous explique que « si, pour une mère, il apparaît « naturel » d’arriver en retard avec une tâche de lait sur la veste et des restes de biscuits dans la poche, les pères (et les mères) gagneraient beaucoup à conquérir ce droit à la paternité affichée. » 

Toi aussi, père, gagne ton droit à arriver en retard avec une tâche de lait sur la veste !



Typiquement le genre d’opération gadget qui n’a d’autre but que de faire le buzz pour le site et de donner bonne conscience aux pères à peu de frais. « Allez hop, je poste une photo de moi les pieds sur le bureau avec le nounours de mon fils et je gagne immédiatement des points de capital sympathie (et accessoirement les lots mis en jeu par le site) ». Mais combien de ces pères trop méga cools LOLILOL prendront ensuite leur journée quand leur enfant sera malade, partiront tôt pour être là à la réunion de parents d’élèves ou s’occuperont de la gestion de la nounou ? Peu importe, le but avoué n’étant pas de changer les mentalités mais d’engranger du trafic et de distribuer de la bonne conscience sans trop d’effort.

Dans un autre genre, cette opération me fait penser à la mode des « Post-it wars » : « un outil de mesure de la bonne ambiance d'une boîte » où on nous vendait du bien-être en entreprise à grand coups de LOL. Exit la souffrance au travail et la pression, bien planqués derrière des carrés de papier colorés. Circulez, y a rien à voir.

Surtout, cette opération m’interroge sur la façon infantilisante dont on s’adresse aux hommes dès lors qu’il s’agit de les intéresser à des problématiques qui concernent les femmes. Pour les sensibiliser au cancer du sein, on poste la couleur de son soutien-gorge à grand renfort de statut Facebook. 


Pour leur parler de la violence envers les femmes on les maquille avec du rouge à lèvres



Pour leur faire prendre conscience du sexisme on les fait porter des talons hauts.



Et pour briser le plafond de verre, on leur propose de prendre en photo le nounours de leur enfant. 

Pourquoi se sent-on obligé d’agiter constamment devant eux le hochet du LOL pour les impliquer ?

Heureusement, au-delà de ces opérations gadget, il existe des initiatives pensées et constructives telles qu’Happy Men, un projet créé et animé par l’association Mercredi-c-papa,  que j’ai eu l’occasion de découvrir lors de la journée « Maman travaille ». Ni nounours, ni soutien-gorge mais des engagements et des groupes de travail pour faire vraiment bouger les choses !


8 commentaires:

  1. la plume de cet article oublie juste que Happy men est un projet sponsorisé par Orange... Et que le marketing n'est pas moins étudié pour cette opération dont on parle beaucoup;
    elle confond du reste beaucoup de choses, le marketing pour imposer un sujet et le travail concret pour faire avancer ce sujet; ce sont deux étapes distinctes. Elle confond une opération événementielle sur un site grand public avec 2 millions de visiteurs uniques mensuels, et des groupes de travail en physique ciblés et financés par un grand groupe. Je lui conseille par ailleurs de prendre connaissance des initiatives concrètes de Terrafemina/TFCo sur la parité et l'accompagnement des réseaux féminins en entreprise.
    très bonne fête des pères à toutes celles qui pensent que pour avoir l'air intelligent on n'a pas le droit d'être marrant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article de Sophie Gourion pose avec beaucoup d'intelligence la question de la manière de s'adresser aux hommes. Au delà de Doudou@work, elle pointe effectivement le risque de conforter les stéréotypes sur des hommes "incapables de s'occuper des enfants", "qui ne s'intéressent aux femmes que si on parle érotisme ou sexe", "qui ne peuvent s'investir dans l'égalité que par l'humour", etc.
      Infantilisation des hommes ? Oui la question mérite d'être posée. Mais c'est surtout la difficulté à trouver quel langage utiliser vis à vis des hommes qui émerge et c'est vrai que ce n'est pas simple. On ne peut malheureusement que constater que, jusqu'à présent, les initiatives en direction des hommes n'ont pas connu le succès espéré.
      Avec Happy Men, la réponse à question "quel langage tenir aux hommes ?" s'appuie sur une expérience de 12 ans d'écoute d'hommes sur la question de l'épanouissement personnel et professionnel. Ce n'est pas tant une approche marketing, avec la critique sous jacente que suppose ce mot, que la volonté de réussir à véritablement toucher les hommes, d'en faire de vrais alliés de l'égalité professionnelle, dans une juste compréhension de leur intérêt personnel et professionnel.
      Nous sommes très heureux qu'Orange parraine ce projet (avec aussi le Crédit Agricole SA, Accenture ou Cofély (GDF-SUEZ)).
      Pour le reste, je suis bien placé pour savoir que TerraFemina fait du très bon boulot et contribue à permettre à Happy Men de développer sa notorité, ce dont je suis très reconnaissant.

      Supprimer
  2. Tiens quelqu'un de chez Terrafemina qui poste en anonyme pour venir répandre la bonne parole : ça existe encore en 2013?
    Pour info:
    - Je connais bien le travail de Terrafemina dont je relaie beaucoup les articles ici ou sur Twitter. J'ai d'ailleurs gagné le concours d'écriture organisé sur le site pour Noël. Je fais bien la distinction entre ce travail et la mécanique de l'opération que je trouve simpliste et opportuniste. Pour info avant de rédiger cet article, j'ai interrogé 3 papas blogueurs qui ont, a l'unanimité, trouvé cette opération infantilisante. Je sais que vous avez envoyé le communiqué de presse à de nombreux blogueurs et que certains l'ont relayé. Pour ma part, je garde toujours mon libre arbitre et mon droit d'être subjective. J'ai parlé d'Happy men car c'est une opération que je trouve intéressante et que j'ai découverte lors de la journée maman travaille. Que le marketing soit étudié ou qu'Orange soit derrière m'importe peu dès lors que l'opération fait sens. Si vous croyez que je monte au créneau contre le grand Capital, vous confondez tout.

    RépondreSupprimer
  3. J'avoue avoir été interpellé par cette opération :

    De nombreux confrères blogueurs l'ont relayée, et je n'ai jamais réussi à me décider sur la position à prendre par rapport à cet évènement. Je me sens concerné par la cause (je suis papa de 3 filles) mais la "course au trafic" m'a moi aussi dérangé au premier abord.

    Du coup en lisant ton article, le côté dérangeant de cette opération me parait plus clair. Si le concept de base est louable, c'est surtout la forme qui me fait tiquer...

    "les photos seront alors likées et partagées, la plus populaire permettant à son auteur d’être élu Working Dad 2013".

    Hum. Je trouve qu'associer un tel challenge à une démarche de ce type est légèrement hors sujet.

    Malgré tout, l'opération aura fait parler d'elle, et les gens vraiment intéressés par le sujet iront probablement chercher plus loin que le simple concours de photos et course aux likes.

    Merci pour le billet.


    RépondreSupprimer
  4. Personnellement, je préfèrerai que mon homme emmène pour une fois mon fils chez le dentiste plutôt qu'il se prenne en photo avec un doudou à son bureau. Genre, c'est trop facile ce que tu fais toute la journée chérie finalement.
    Mais ne faisons pas attention, je suis de mauvaise humeur aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  5. Faut-il prendre autant de précautions pour dire au pères de faire ce que font les mères ? Faut-il tresser tant de couronnes de lauriers à ceux qui se bougent un tout petit peu ? N'oublions pas que nous sommes dans une système de domination. Le mâle dominant ramène la pitance ou un plus gros salaire que sa femme ce qui le met dans une position très confortable. S'occuper de ses enfants et des tracas du quotidien est une option tandis que c'est une obligation pour sa femme qui est épuisée lorsque l'enfant parait. Elle ne vit plus à son rythme mais à celui des autres, pas le père. A-t-on vu d'autres systèmes de domination prendre fin en exigeant du dominé qu'il se montre compréhensif avec le dominant? ?

    RépondreSupprimer
  6. Il y a un double problème avec "les pères" actuellement.
    Il y a d'abord les difficultés liées aux personnes elles-mêmes (donc les pères) qui, en grande partie, ne voient absolument pas où le souci quant à laisser madame se taper tout le boulot avec les gosses : aujourd'hui, la société est faite de telle manière que dans la majorité des cas, ce n'est qu'à la condition que l'un des deux se sacrifie un peu plus (temps partiel, horaires aménagés, etc.) qu'on pourra s'occuper des enfants. Souvent, le père (comme ses ancêtres avant lui) ne se voit pas dans le rôle de celui qui restera "enfermé" dans le foyer, puisque c'est un rôle traditionnellement "féminin" et que c'est bien évidemment dévalorisé.
    Bref, il y a quelque chose à changer à ce niveau : une éducation à l'égalité filles-garçons dès le plus jeune âge pourrait tous nous aider à remettre en question ce stéréotype et à faire prendre conscience que si un couple souhaite avoir des enfants, il lui reviendra de façon conjointe de s'en occuper.

    Le second niveau auquel s'attaquer, ce sont les entreprises. Comment demander un aménagement horaire quand votre manager considère qu'en tant qu'homme, vous n'allez PAS le faire ? Comment procéder quand ce genre d'attitude est raillée ? Il y a un point à jouer là dessus, et à insister dessus autant que faire se peut : ça freine une grande partie des bonnes volontés actuellement.
    Et ce n'est pas une photo de doudou qui va spécialement attendrir les managers...

    Au lieu d'infantiliser les pères, ne faudrait-il pas, tout simplement, les responsabiliser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100% d'accord avec ton commentaire, ça se joue à plusieurs niveaux très différents pour qu'un profond changement de mentalité puisse avoir lieu. Je rajouterai également qu'il faut aussi que les femmes acceptent aussi de lâcher un peu de terrain sans se dire "est ce qu'il fera aussi bien que moi? Pas sûr donc je préfère faire moi-même"

      Supprimer