> Doudou@work : faut-il agiter le hochet du LOL pour impliquer les hommes?

dimanche 9 juin 2013

Doudou@work : faut-il agiter le hochet du LOL pour impliquer les hommes?




« La pub prend-elle les pères pour des cons ? » m’interrogeais-je ici en janvier dernier ?
Le décryptage de quelques campagnes que j’avais sélectionnées dressait en effet un portrait pas vraiment avantageux de la gent masculine : incompétents, égocentriques, craignant pour leur virilité, néo-traditionnalistes.

La marque DPAM avait d’ailleurs fait le (bad) buzz à travers une initiative pour le moins infantilisante « le papa code », qui expliquait à l’aide de pictogrammes simplets (« bon look » « pas bon look ») le bon goût aux pères. Toi comprendre papa neuneu qu’on ne met pas une robe par dessus un pantalon?



Hier, je suis tombée par hasard sur une initiative du même genre, qui porte pourtant sur un sujet loin d’être futile, la paternité en entreprise.



Aujourd’hui, seulement 3% des pères choisissent de prendre leur congé parental et un tiers d’entre eux n’ose même pas poser son congé paternité. L’idée que c’est aux femmes d’aménager leurs horaires de travail pour s’occuper des enfants est encore tenace et la culture du présentéisme est très ancrée. Quelle mère n’a pas entendu « tu prends ta journée ? » quand elle part à 18h ? Des stéréotypes qui ont de lourdes conséquences sur la vie professionnelle des femmes : évolution professionnelle freinée, sous-représentativité au sein des postes de direction, écarts de salaire.

Une problématique très sérieuse à laquelle le site Terrafemina a décidé de s’attaquer en cassant le plafond de verre…à coup de nounours pour, je cite, « décomplexer la paternité en entreprise » et « faire sortir les papas du placard » !

Le concept : « Les working dads sont invités à emmener pour une journée le Doudou de leur enfant dans leur porte-documents, à lui faire visiter l’open space, la cantine ou la cafet’, voire le convier aux réunions : photos (cocasses) à l’appui bien sûr ! Chaque working dad pourra poster ses photos sur la page Facebook de l’opération. Des lots seront également distribués aux pères ayant posté les photos les plus partagées sur les réseaux sociaux. ». Terrafemina nous explique que « si, pour une mère, il apparaît « naturel » d’arriver en retard avec une tâche de lait sur la veste et des restes de biscuits dans la poche, les pères (et les mères) gagneraient beaucoup à conquérir ce droit à la paternité affichée. » 

Toi aussi, père, gagne ton droit à arriver en retard avec une tâche de lait sur la veste !



Typiquement le genre d’opération gadget qui n’a d’autre but que de faire le buzz pour le site et de donner bonne conscience aux pères à peu de frais. « Allez hop, je poste une photo de moi les pieds sur le bureau avec le nounours de mon fils et je gagne immédiatement des points de capital sympathie (et accessoirement les lots mis en jeu par le site) ». Mais combien de ces pères trop méga cools LOLILOL prendront ensuite leur journée quand leur enfant sera malade, partiront tôt pour être là à la réunion de parents d’élèves ou s’occuperont de la gestion de la nounou ? Peu importe, le but avoué n’étant pas de changer les mentalités mais d’engranger du trafic et de distribuer de la bonne conscience sans trop d’effort.

Dans un autre genre, cette opération me fait penser à la mode des « Post-it wars » : « un outil de mesure de la bonne ambiance d'une boîte » où on nous vendait du bien-être en entreprise à grand coups de LOL. Exit la souffrance au travail et la pression, bien planqués derrière des carrés de papier colorés. Circulez, y a rien à voir.

Surtout, cette opération m’interroge sur la façon infantilisante dont on s’adresse aux hommes dès lors qu’il s’agit de les intéresser à des problématiques qui concernent les femmes. Pour les sensibiliser au cancer du sein, on poste la couleur de son soutien-gorge à grand renfort de statut Facebook. 


Pour leur parler de la violence envers les femmes on les maquille avec du rouge à lèvres



Pour leur faire prendre conscience du sexisme on les fait porter des talons hauts.



Et pour briser le plafond de verre, on leur propose de prendre en photo le nounours de leur enfant. 

Pourquoi se sent-on obligé d’agiter constamment devant eux le hochet du LOL pour les impliquer ?

Heureusement, au-delà de ces opérations gadget, il existe des initiatives pensées et constructives telles qu’Happy Men, un projet créé et animé par l’association Mercredi-c-papa,  que j’ai eu l’occasion de découvrir lors de la journée « Maman travaille ». Ni nounours, ni soutien-gorge mais des engagements et des groupes de travail pour faire vraiment bouger les choses !