> Olivia Moore, cette mère indigne qui nous ressemble

dimanche 23 juin 2013

Olivia Moore, cette mère indigne qui nous ressemble



Il n’y a pas beaucoup de domaines dans lesquels j'ai été une précurseuse.

J’ai découvert « Bref » une fois que la série était terminée.
Je n’ai toujours pas vu une vidéo du Harlem Shake.
Et j’ai essayé mon premier headband l’année dernière.

Il y a néanmoins une chose pour laquelle j’ai été avant-gardiste : le fait d’être une mère indigne.

Il y a 8 ans, alors que ce n’était pas du tout tendance, je clamais haut et fort que j’ai détesté être enceinte.

Je me suis tapée un baby-blues d’enfer et répétais à qui voulait l’entendre que j’étais au fond du trou et esclave de ce bébé hurlant. J’ai supplié les puéricultrices pour avoir un biberon car, non, l’allaitement n’était pas forcément ce moment de communion béate décrit dans les livres. J’ai déprimé dans des squares, tout en regardant du coin de l’œil les mères modèles, celles qui ont un paquet de lingettes dans leur sac et l’air bienheureux. J’ai jeté discrètement à la poubelle des pelletées de dessins de mes enfants parce que bon, le bonhomme patate en cent exemplaires n’est pas forcément une nécessité.

Ca n’a l’air de rien comme ça mais il y a 8 ans, la parole était bien moins libérée à ce sujet qu’aujourd’hui. Certaines de mes copines me regardaient avec des yeux effarés, d’autres refusaient carrément d’entendre ma version non édulcorée de la maternité.

C’est pourquoi j’aurais adoré à l’époque voir « Mère indigne » le one-woman show d’Olivia Moore auquel j’ai assisté il y a quelques jours. Quand elle arrive sur scène, robe blanche, escarpins turquoise et yeux assortis, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Puis le spectacle commence et le décalage entre son visage angélique et son humour décomplexé au sujet de la maternité décoiffe ! Tout y passe : la grossesse, l’accouchement, les mères parfaites, la famille recomposée, l’adolescent moulé dans son fauteuil, le mari et son ex. Ce « Moulinex multifonction difficile à débrancher » comme elle se définit elle-même, accommode à sa façon les situations les plus banales pour en faire des concentrés d’humour décapant ! C’est jouissif, libérateur et déculpabilisant à la fois : on rit, on se rassure, on partage pendant les 75 minutes qu’on ne voit pas passer. Même si ce n’est pas un spectacle « militant » à proprement parler, j’ai apprécié qu’Olivia arrive à placer quelques messages bien sentis sur la difficulté de la conciliation vie pro/vie perso, les différences de salaires, les sacrifices professionnels faits par les femmes. J’ai été épatée par sa présence scénique, sa pêche (elle danse, chante, mime), son autodérision, sa faculté à improviser et échanger avec son public. J’ai su récemment qu’elle avait quitté la World Company de la cosmétique comme moi, pour brûler les planches : une sacrée prise de risque et une belle reconversion !

Sa page Facebook « Trucs de mère indigne » est un vrai succès ! Ce défouloir rassemble plus de 5700 parents au bord de la crise de nerfs et regorge d’anecdotes truculentes.

Et vous, saurez-vous vous reconnaître dans cette définition ?

« Mère/Père indigne, définition : Personne de n'importe quel sexe, parent, biologique, par adoption ou par alliance qui se révèle à la longue avoir une patience limitée, un égoïsme chatoyant, une envie de passer tout le monde par dessus bord sans toutefois le faire.
Assumer ses petites indignités c'est aussi se défendre d'en commettre de plus grandes, en rire c'est dédramatiser et faire retomber la pression, la prochaine fois que vous serez une mère indigne, pensez à cette page d'autres mères indignes attendent avec impatience (et gourmandise) votre témoignage !
Et que la mère qui n'a jamais été indigne me jette la première chaussette toute seule ! »

Pour en savoir plus :