> Michel Jonasz, piano/voix avec Jean-Yves d'Angelo

samedi 15 juin 2013

Michel Jonasz, piano/voix avec Jean-Yves d'Angelo



Dans moins d’un mois j’aurai 40 ans.

Quelques signes me rappellent régulièrement que je vieillis, comme quand mon fils me demande si Michel Jonasz, que j’écoute très fréquemment,  est « lui aussi un chanteur mort ».  C’est vrai qu’entre Gainsbourg, Brassens et les autres, ma discographie ressemble plus à un mausolée qu’à autre chose.

Mais pour l’avoir vu en concert il y a quelques jours, je peux le confirmer. Michel Jonasz est loin d’être mort. Il est même plus vivant que jamais.

J’ai eu la chance de l’écouter au théâtre du Trianon dans un concert intimiste piano/voix, accompagné du talentueux Jean-Yves D’Angelo. Un exercice extrêmement périlleux puisque la moindre fausse note, le moindre écart de voix ne peut être camouflé par une basse tonitruante ou grand coup de cymbale. Mais aussi une fabuleuse occasion de redécouvrir les chansons de Michel dans toute leur pureté et leur poésie, sans artifice ni trompette.

J’ai toujours préféré son répertoire plus ancien à ses chansons plus récentes : à mon grand bonheur, le concert a fait la part belle aux années 70/80. « Y a rien qui dure toujours» « Les fourmis rouges » « Guigui » (ma préférée), « Descends » « J’t’aimais tellement fort que j’ t’aime encore » mais aussi d’autres moins connues, que j’ai découvertes avec plaisir « Les réussites », « Les odeurs d’éther ». A chaque morceau, la même émotion, les mêmes souvenirs qui remontent à la surface. Un mélange de mélancolie slave, de poésie du bitume et de folie douce, affleurant à chacun de ses mots. Pas de spot aveuglant, de samples criards ou d’orchestre philarmonique : juste une voix, un piano et l’obscurité alentour. Le plus bel écrin qui soit.

J’ai découvert à cette occasion le pianiste Jean-Yves D'Angelo, incroyable virtuose, qui insuffle véritablement un supplément d’âme au répertoire de Michel.  Littéralement habité par la musique, on ne peut être qu’hypnotisé par ses mains qui courent sur le clavier et ses mélodies inspirées. A travers un sourire, une improvisation ou un bon mot, on ressent intensément la complicité qui existe entre les 2 artistes.  On découvre aussi les talents d’humoriste et d’imitateur du chanteur, à notre grand bonheur. La salle comble, qui connaît comme moi tout le répertoire par cœur, est sous le charme et ne voit pas les 2 heures passer. Quand le concert se termine, on reste là, les bras ballants et les oreilles envoutées, en espérant le retour des 2 artistes sur scène. En vain.  Alors sur le chemin du retour, on chantonne entre ses dents :

« Qu'est c'que j'vais faire 
J'deviendrai quoi ?
Un épouvantail 
Un grain de pop-corn éclaté
Avec une entaille
J'veux pas qu'tu t'en ailles... »