> Barbie esclavagiste versus Barbie normale

mardi 4 décembre 2012

Barbie esclavagiste versus Barbie normale



Dans mes tops 10 des pires jouets de Noël, j’évoquais la Barbie burqa, la Barbie enceinte ou ramasseuse de crotte. Je pourrai désormais rajouter à ce palmarès la Barbie esclavagiste.

Cet article publié sur le site de Basta met ainsi en lumière les conditions de travail déplorables des ouvriers chinois fabriquant la célèbre poupée blonde. Exposition à des produits toxiques, heures supplémentaires excessives (un seul jour de repos pour 14 jours travaillés, toute absence de 3 jours consécutifs étant considérée comme une faute grave) tel est le quotidien des ouvriers chinois. Des journées de 11h de travail, 26 jours par mois, payées une misère (346 € mensuels).

Et c’est encore pire durant les mois précédant Noël, les ouvriers cumulant jusqu’à 200 heures supplémentaires (soit 6 fois plus que la limite légale) et s’entassant dans des dortoirs.

L’UFC-Que Choisir, de son côté, a interrogé les dix principaux industriels du jouet et a demandé à visiter leurs usines au premier semestre 2012. « Seuls Hasbro et Playmobil ont accepté. Mattel n’a pas donné suite. En termes de transparence, le fabricant américain régresse. Pendant plusieurs années, en effet, il a laissé l’association Icca (International Center for Corporate Accountability) auditer les chaînes de fabrication de ses jouets, avec à la clé la publication de rapports critiques. La réponse traditionnelle de Mattel était de nier les entorses à la loi et à l’éthique ou de les réduire à des dérapages isolés. Le rapport des inspecteurs infiltrés montre qu’elles constituent plutôt un système ».

Ces considérations sociales mises à part, Barbie a également souvent été accusée de promouvoir un idéal de beauté inaccessible auprès des petites filles et de diminuer leur estime de soi « « Selon des études anthropomorphiques, le tour de taille de Barbie, par rapport à sa hauteur, serait 39% plus faible que celui d’une anorexique ». Un fabricant de jouets anglais, Arklu, a décidé de répliquer en lançant Lottie, une Barbie « normale » : sans seins ni maquillage, développée d’après le corps d’un enfant de 9 ans et habillée de vêtements pratiques qui lui permettent des activités en extérieur. Sa devise : « sois audacieuse, sois courageuse, sois toi » a été très bien accueillie par les parents et les psychologues.

Après le président normal, voici venu le règne de la Barbie normale ?