> L'être et l'avoir

mardi 19 mai 2015

L'être et l'avoir

Les très jolies théières que ma généreuse amie Ariane offrait à ses visiteurs lors de sa braderie à 0€


Quand l’Express Styles m’a proposé il y a quelques mois d’écrire un article sur la mode éthique, j’ai d’abord été décontenancée tant cette problématique me paraissait éloignée de mes sujets de prédilection.

Puis j’ai réalisé que finalement, comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, j’appliquais au quotidien et depuis longtemps beaucoup de préceptes de la slow-fashion. Et plus généralement ceux de la consommation éthique.

En matière d’habillement, je privilégie désormais essentiellement les basiques et préfère la qualité à la quantité. Au lieu d’accumuler les chaussures Made in China à 10€ et les vêtements jetables, je choisis d’acheter une à 2 paires de chaussures par saison mais de bonne facture. Je fais réparer les talons usés, recoudre les vêtements abîmés ou reprendre ceux qui ne sont plus à ma taille. J’évite de céder à l’achat d’impulsion, notamment lors des soldes, et essaye de prendre mon temps pour me renseigner sur les marques, la façon dont sont fabriqués mes vêtements (pas toujours hein, il m’arrive quand même de craquer parfois chez H&M). Je chine sur le bon coin, lors des vides-greniers ou dans des dépôts-ventes de jolies pièces que je n’aurais pas eu les moyens de m’acheter à prix fort. Et revends systématiquement ou dépose dans les bennes "Le Relais" celles qui traînent depuis trop longtemps dans mon placard. Idem pour la garde-robe des enfants qui est en très grande partie composée de vêtements d’occasion. Pour leurs chaussures, là encore, je privilégie les marques de qualité made in France mais dénichées dans des magasins de déstockage (Kata Soldes et Magenta Chaussures permettent de trouver de très jolis modèles entre 10 et 20€). 

De manière plus globale, je réalise que mon rapport aux possessions a changé. Alors qu’auparavant, je tirais une grande jouissance dans l’accumulation (de vêtements, de nourriture dans les placards ou dans les frigidaires), je ressens désormais une véritable ivresse à me séparer des choses. Je me dis que ces objets, autrefois chéris et désirés, vivront désormais une autre vie et rendront quelqu’un d’autre heureux. Vider c'est se délester, c'est gagner en légéreté.

Plus d’être, moins d’avoir, tel est désormais mon credo. Et la « sobriété joyeuse » résume assez bien mon état d'esprit du moment, pour reprendre la jolie expression de mon amie Ariane.

Voilà pourquoi j’ai décidé de créer une nouvelle rubrique sur le blog intitulée « Consommer autrement ».  J’y donnerai mes bons plans pour acheter moins mais mieux, mettrai en avant des initiatives qui me tiennent à cœur ou évoquerai les façons de donner une nouvelle vie aux objets du quotidien.

N’hésitez pas, de votre côté, à me communiquer vos bonnes adresses !


Les 2 théières d'Ariane ont finalement élu domicile dans mon étagère!