> Quand Disney relooke Merida façon sexy, elle n'a plus rien de rebelle

mercredi 8 mai 2013

Quand Disney relooke Merida façon sexy, elle n'a plus rien de rebelle


En 1938, il ne faisait pas bon être une femme chez Disney comme en témoigne cette lettre de rejet exhumée aujourd’hui sur Flickr.



Mary V. Ford, qui avait écrit au studio d’animation pour connaître les critères d’admission à l’école Disney qui formait ses animateurs, avait ainsi reçu la réponse suivante :

«Les filles ne travaillent pas du côté créatif pour préparer les dessins animés pour l’écran, car cette tâche est exclusivement réservée aux jeunes hommes. Pour cette raison, les candidatures des filles ne sont pas examinées pour l’école préparatoire. Le seul travail ouvert aux femmes consiste à tracer les dessins des personnages sur des feuilles de celluloïd avec de l’encre de Chine et de remplir l’espace entre les traits à la peinture de l’autre côté de la feuille en suivant les directions données.»  

Les femmes ne sont, heureusement plus, aujourd’hui cantonnées au coloriage chez Disney. Les princesses du célèbre studio d’animation ont, elles aussi, bien changé pourrait-on également penser en observant Merida, la dernière héroïne en date.



Cheveux roux bouclés, fière, aventurière, rebelle, tirant à l’arc, montant à cheval et surtout refusant le mariage forcé, elle dénote parmi les autres héroïnes.

Mais alors qu’elle doit être officiellement couronnée le 11 mai en tant que 11ème princesse, il semblerait que Disney ait jugé nécessaire de la relooker, gommant ainsi toutes les aspérités qui faisaient sa différence.



Ses cheveux ont été disciplinés (les boucles ont été remplacées par un mouvement ondulé), sa taille a été affinée, ses pommettes remontées et maquillées, sa bouche épaissie et lipstickée. Elle paraît plus âgée et ses poses ainsi que ses épaules, désormais découvertes, l’inscrivent davantage dans le registre de la séduction que de l’ « empowerment » de ses origines.



Une pétition lancée sur le site change.org a depuis récolté plus de 18 000 signatures pour protester contre ce relooking sauvage : « Le relooking de Merida en prévision de son intronisation au sein de la collection Disney princesses porte préjudice à des millions d’enfants pour qui elle était un exemple d’émancipation. Elle incitait les petites filles à être des actrices du changement plutôt que des trophées à admirer. De plus, en la rendant plus mince, plus sexy et plus âgée, vous envoyez le message suivant : la version originale de Merida, plus jeune et réaliste, est inférieure à la  nouvelle. Pour que les femmes et les jeunes filles aient une valeur (qu’elles soient reconnues en tant que vraies princesses), elles doivent se conformer à une définition étroite de la beauté. »

Les filles chez Disney ne sont désormais plus cantonnées au coloriage…mais les héroïnes semblent, elles, contraintes au maquillage !