> Bad buzz : Lego accusé d’encourager le harcèlement de rue

dimanche 5 mai 2013

Bad buzz : Lego accusé d’encourager le harcèlement de rue



Lego ne semble décidément pas en odeur de sainteté auprès des réseaux sociaux ces derniers temps.

L’année dernière, le lancement de sa gamme genrée « Lego Friends » à destination des petites filles avait suscité de nombreuses réactions négatives car jugée trop stéréotypée.


Plus récemment, en Autriche, un set de construction Star Wars, sur le thème du palais de Jabba Le Hut a dû  être retiré du marché car accusé de prôner le racisme. En cause, sa forme de dôme qui ressemblait beaucoup à celui de la mosquée Sainte-Sophie d'Istanbul.



Aujourd’hui, la marque doit affronter un nouveau bad buzz suite à une photo postée par le journaliste Josh Stearns sur son blog et sur Twitter. L’objet du délit : un personnage Lego, un ouvrier en bâtiment, figurant sur une planche de stickers encore vendue à ce jour sur Amazon. Lunettes noires sur le nez, il lance un « Hey Babe » à une passante imaginaire.




Le journaliste se dit abasourdi et rappelle sur son blog que le harcèlement de rue est la forme la plus répandue de violence sexuelle tant pour des hommes que pour des femmes aux États-Unis. « Au niveau international, les études montrent que 70 à 99 % des femmes ont fait l’expérience du harcèlement de rue à un certain moment de leur vie ».  « Il va sans dire que je n’ai pas acheté les stickers » conclue Josh Stearns à la fin de son billet.

La photo a rapidement fait le tour du net, suscitant de vives réactions : « Le vieux stéréotype de l'ouvrier du bâtiment fainéant qui siffle les femmes cache le fait que le harcèlement sexuel est un problème dans tous les domaines » écrit Amanda Hess pour Slate. De nombreux blogs ont également fait part de leur indignation, à l’instar de « Stop Street Harassment » : Le harcèlement de la rue est normalisé dans notre société, en partie parce qu'il est régulièrement décrit comme un compliment, une plaisanterie, ou une chose sans importance dans les dessins animés des enfants, les émissions de télévision, les comédies, les films, la publicité, l'emballage des produits et même dans des jouets, comme ces autocollants Lego qui visent des enfants, particulièrement des garçons. »

Devant l’ampleur du buzz, Josh Stearns a finalement reçu une réponse de la directrice de la communication de la marque au Danemark. Elle mentionne que la production de ces stickers a été interrompue à l’été 2010 et que le journaliste devrait faire preuve de davantage d’humour : «  Pour communiquer l’expérience Lego aux enfants nous utilisons l’humour et sommes désolés que vous ayez été mécontent de la façon dont nous avons dépeint un personnage».

Pas vraiment satisfait par cette missive, le journaliste a écrit une seconde lettre à la marque qui a, cette fois-ci, reçu une réponse moins acide : « Je suis vraiment désolé de la mauvais expérience vécue avec un de nos produits. Il n’est désormais plus disponible et nous n'approuverions plus un tel produit aujourd’hui ».

Le site Bitch Media rappelle également que les Lego peuvent être une façon ludique de présenter les métiers aux enfants. Alors qu’il y a 3 fois plus de personnages masculins que féminins au sein du jeu de construction, il serait judicieux de proposer aux petites filles autre chose que des professions stéréotypées.

Une fan de Lego a d’ailleurs imaginé des jeux de construction mettant en scène des personnages féminins qui cassent les codes habituels:

L’astronaute, l’astronome ou la scientifique



La fauconnière, la géologue ou l’ingénieure

La mécanicienne, la femme pompier, l’ouvrière en bâtiment




Emballé(e) par ce projet ? Votez pour lui ici : s’il récolte 10 000 votes, Lego envisagera de le produire.

Une occasion inespérée d'injecter un peu de Girl Power dans l'univers des petits hommes jaunes!