> Bilan de compétences : ça dépend ça dépasse!

jeudi 12 janvier 2012

Bilan de compétences : ça dépend ça dépasse!

Ce matin j’étais convoquée au premier rdv de mon bilan de compétences. Mon conseiller Pôle Emploi m’avait bien prévenue « Il ne faut pas en attendre grand-chose, ce n’est qu’un bilan à 300€ ». Je ne me faisais donc pas de grandes illusions…

A la porte, une jeune fille d’une vingtaine d’années déjà usée m’accueille d’un chaleureux « Je vous écoute » puis m’indique du menton la salle d’attente où 5 personnes semblent très affairées à remplir un questionnaire.

Elle me remet ledit formulaire : « déceler ses atouts et ses difficultés » en m’invitant à le remplir à mon tour.

Voilà qui va m’aider à y voir plus clair, pensais-je naïvement…Après 13 années d’expérience professionnelle bien remplie, je n’avais jamais pris le temps de me poser et de m’interroger sereinement sur ce que j’aimerais vraiment faire de ma vie. Le seul interlocuteur avec qui j’avais eu l’occasion de discuter de mon avenir était le conseiller Onisep du lycée pour qui je constituais visiblement une énigme! Une littéraire qui ne veut pas faire prof, voilà qui lui donnait du fil à retordre ! En désespoir de cause et après avoir farfouillé dans différents annuaires, il m’avait rendu son verdict définitif « vous êtes faite pour être infirmière ». Suite à cet entretien, je me suis donc inscrite …en fac de langues (puis en BTS commerce international, puis en DEUG d’allemand, puis en licence des Sciences de l’éducation puis…).

Mais à 38 ans, j’allais enfin y voir plus clair, me disais-je en affutant mon crayon, le questionnaire en main. Cependant, certaines questions allaient véritablement me poser des problèmes de conscience…

« Les emplois que vous avez occupés précédemment vous apportaient-ils des satisfactions ? Lesquels ?» : difficile de faire dans la subtilité avec une question fermée…on va dire « non », sinon je n’en serais pas à faire un bilan de compétences.

« Pouvez-vous citer 3 emplois que vous pourriez exercer dès demain ? » : parle-t-on d’un emploi que j’aurais envie d’exercer ou d’un emploi que je pourrais trouver facilement? Ce n’est pas vraiment la même chose…Je pourrais sans doute trouver un emploi de secrétaire demain sans trop de problème…mais si j’en suis à faire un bilan de compétences c’est justement pour faire autre chose ! Donc réponse « non »

« Pensez-vous avoir les compétences requises pour l’emploi que vous cherchez ? » : Si je suis ici c’est justement car je ne sais pas quel type d’emploi je recherche ! Donc réponse « non »

« Savez-vous vous mettre en valeur ? Comment ? » : La question qui tue ! Spontanément et histoire de ne pas passer pour une loseuse j’ai répondu oui ! Mais comment justifier une affirmation pareille ! : « Je me maquille ? » « Je mets des jupes ? » « Je mets des décolletés » ? Donc réponse « non » !

« Avez-vous pris en compte des contraintes personnelles, familiales, de santé, de transport ? » : Alors là, question mystère…j’ai eu beau la relire plusieurs fois, je n’ai rien compris…donc dans le doute « réponse non »

« Choisissez-vous les entreprises dans lesquelles vous postulez ? » : Pour l’instant je n’ai postulé nul part mais si c’était le cas je pense que c’est ce que je ferais en toute logique ! Je ne m’imagine pas prendre un nom au hasard dans l’annuaire et balancer ma candidature !

« Sélectionnez-vous les annonces auxquelles vous répondez ? » : on continue dans l’absurde…

« Votre CV vous satisfait-il ? Pourquoi ? » : Même dilemme que la question « savez-vous vous mettre en valeur ? ». J’ai répondu oui mais devant l’impossibilité de justifier ce choix (« je me trouve pas mal en photo), j’ai finalement répondu non !

Voilà une sélection des questions qui m’ont plongée dans un profond désarroi…un peu paniquée, j’ai regardé autour de moi les autres participants qui paraissaient très inspirés. Heureusement, une jeune femme plus courageuse que moi s’est levée et a dit qu’elle ne comprenait pas l’intérêt d’un tel questionnaire : si nous étions là c’est justement car nous ne savions pas ce que nous avions envie de faire ! Pour la rassurer, la formatrice lui a répondu que ce formulaire visait à faire le point sur nos connaissances. En fin de bilan, un questionnaire semblable nous serait soumis pour évaluer nos progrès.

Et là tout est devenu évident : plus nous répondions fréquemment « non », plus cela signifiait que notre niveau de connaissance était faible. Et plus nous avions de chance de progresser ! Donc le bilan qui serait transmis à Pole Emploi par le cabinet indépendant serait forcément positif ! Comme chez Jacques Martin, tout le monde aura gagné !

En attendant, prochaine étape lundi matin, pour une batterie de tests …à suivre !