> Interview de Sam Farmer, père au foyer et créateur d'une marque de cosmétique non genrée

mercredi 17 décembre 2014

Interview de Sam Farmer, père au foyer et créateur d'une marque de cosmétique non genrée



C’est Agnès Poirier, sur Twitter, qui m’a fait connaître « SAMFARMER », une gamme de cosmétique non genrée créée par un père au foyer.

Une marque de produits de beauté unisexe et garantie 0% de stéréotypes, voilà qui me paraissait intéressant !

J’ai donc posé quelques questions à Sam, son créateur, qui a gentiment accepté de me répondre (en anglais, j’ai donc traduit ses réponses en espérant ne pas avoir trahi sa pensée !).


Bonjour Sam, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Sam Farmer, je suis marié et père de 2 enfants. Je travaillais dans la production télé quand ma femme, alors actrice, a eu notre second enfant. Il m’a semblé logique de rester avec la maison pour m’occuper de mes enfants pendant qu’elle allait travailler. J’ai donc passé les 11 dernières années à élever mon fils et ma fille.

Comment as-tu crée ta marque de cosmétique ?
En tant que père au foyer, j’ai été amené à acheter les premiers produits de soins et de d’hygiène de mes ados. En observant les linéaires remplis de produits girlys et rose pour ma fille et ceux destinés à mon fils, gris métallisé et plein de stéréotypes machos, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. Je suis donc retourné à l’école pour étudier les sciences cosmétiques et ai formulé une gamme unisexe, adaptée spécifiquement à la peau et aux cheveux des adolescents.

En quoi est-elle différente ?

J’ai une formation scientifique. La chimie détruit les mythes et la désinformation au sujet des ingrédients cosmétiques. J’ai créé la marque SAMFARMER pour mes enfants. Il ne me viendrait pas à l’idée de faire cuire un gâteau sans comprendre la recette ou sans savoir si les ingrédients sont bons pour eux. De la même manière, je ne voulais pas créer des produits sans connaitre exactement de quoi ils étaient composés.

Pourquoi avoir choisi ton nom comme nom de marque ?
Parce que j’en avais assez de ne pas savoir qui était derrière les produits ou d’avoir affaire à des centres d’appel sans visage. Mon nom est donc ma marque et mon numéro de portable personnel est le  00 44 7775783339

Quelle est ta gamme actuelle ?
Il y a actuellement 6 produits dans la gamme : un shampooing, un après-shampooing, un gel lavant pour le visage, une crème hydratante, un gel lavant pour le corps et un déodorant.

En quoi les stéréotypes sont-ils nocifs selon toi, particulièrement au moment de l’adolescence ?
Quand je suis allé faire mes courses ce jour-là, je n’aurais jamais pensé qu’un déodorant allait changer ma vie.  J’ai découvert que les média, sous toutes leurs formes, font peser une pression plus ou moins subtile sur les adolescents en leur imposant une vision stéréotypée et photoshopée de la beauté. Ce n’est pas un hasard si le pourcentage d’adolescents se déclarant être insatisfaits de leur apparence est en constante augmentation.
Je ne voulais pas faire partie de ça, je ne voulais pas contribuer à créer de l’insécurité chez les jeunes, dans un monde suffisamment dur comme ça. Les adolescents qui vont rencontrer des problèmes de confiance en eux n’ont pas à être encouragés à se sentir mal dans leur peau ou pas à leur place. J’ai envie d’un futur où ma fille et mon fils marcheront dans les mêmes rayons de supermarché pour acheter des produits de beauté qui sentent bon, qui sont efficaces mais n’essayent pas pour autant de définir qui ils sont ou comment ils doivent se comporter. L’industrie de la beauté dans son ensemble est souvent montrée du doigt en ce qui concerne l’estime de soi et l’acceptation de son image corporelle. Je crois que nous pouvons tous avoir un impact positif sur la vie des adolescents et sur la façon dont ils se voient.

Les marques de cosmétiques justifient les différences de peaux entre hommes et femmes pour « genrer » leurs gammes et donc en vendre 2 fois plus. Aux Etats-Unis, on parle même de « Woman tax » à ce sujet car les produits pour femmes sont généralement plus chers. Qu’en penses-tu et que réponds-tu à cela ?
Scientifiquement, ça n’a aucun sens. Pour ceux qui formulent les cosmétiques, la peau et les cheveux ont pour l’essentiel la même structure, indépendamment du genre. Un shampooing n’est pas capable de reconnaître le genre du cheveu qu’il est censé laver. Pour moi, un produit se base sur son efficacité, pas sur la promesse de vous ramener un petit ami ou une petite amie.

Quels sont les ingrédients clés de tes produits ?
Chaque produit a été formulé spécifiquement pour la peau et les cheveux des adolescents mais j’aimerais mettre en avant 3 produits :

-       Le gel lavant pour le visage : des agents lavants extrêmement doux, combiné à de l’aloe vera et de la glycérine hydratante pour éviter les irritations ou le dessèchement de la peau.
-       La crème hydratante : le Butyl d’avocat – un extrait unique d’avocat qui réduit l’excès de sébum sans dessécher la peau
-       Le déodorant : du Polyglyceryl-3-caprylate, un dérivé végétal sélectionné pour son efficacité anti-odeur

Comment garantis-tu leur efficacité sans promettre des miracles comme le font la plupart des marques de cosmétique ?
Je ne fais pas de promesses. Quand les adolescents voient la différence et sentent que les produits sont efficaces, ils en parlent à leurs copains. Le bouche à oreille est la meilleure publicité pour prouver l’efficacité de la gamme SAMFARMER.

Comment as-tu fait pour choisir des senteurs « neutres » ?
Ca m’est venu lors d’une réunion avec un parfumeur basé à Grasse. Je voulais créer une senteur légère, fraîche et qui respire la propreté. C’est la même pour tous les produits de la gamme afin d’éviter les mélanges de parfums lorsqu’on utilise plusieurs produits en même temps.

Comment  tes produits ont-ils été perçus par les parents ? Par les adolescents ?
Pour la plupart des parents et des adolescents, une marque unisexe et qui ne véhiculait pas de stéréotypes faisait complètement sens.

Quelles sont tes meilleures ventes à ce jour ?
Comme on pouvait s’y attendre avec la peau des adolescents, le gel lavant visage, la crème hydratante et le déodorant sont les best-sellers. Cependant, comme le shampooing est extrêmement doux, il est parfait aussi pour les adolescents qui se colorent les cheveux !

Quels sont tes futurs projets ? (nouveaux produits ? nouveaux points de vente ?)
Je travaille sur la formulation de 3 nouveaux produits, unisexes bien sûr. Ils sortiront en 2015. Question distribution, la chaîne de la magasins Space NK propose à la vente l’ensemble de la gamme dans tous leurs points de vente en Angleterre et en Irlande.

Comment fait-on pour acheter tes produits depuis la France ?
Malheureusement, il n’est pas possible d’acheter les produits en dehors de l’Angleterre et de l’Irlande. Mais j’y travaille pour 2015 !

Pour en savoir plus : le site internet de la marque