> Elles osent! Entreprendre au féminin : Kate Pietrasik, créatrice de la marque Tootsa MacGinty

lundi 9 février 2015

Elles osent! Entreprendre au féminin : Kate Pietrasik, créatrice de la marque Tootsa MacGinty



 Pas toujours facile quand on est parents de trouver des vêtements pour filles sans princesse/paillettes/rose bonbon ou des pulls pour garçons avec autre chose que des têtes de mort ou des logos taille XXL.

Au hasard de ma veille sur le marketing genré, je suis tombée sur la marque britannique Tootsa MacGinty qui propose une ligne de vêtements colorés, funs, bien pensés...et surtout non-genrés!

Sa créatrice, Kate Pietrasik, a gentiment accepté de répondre à mes questions (en anglais, j'espère avoir retranscrit sa pensée au mieux!)

Bonjour Kate, pouvez-vous vous présenter ? Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

Bonjour, je m’appelle Kate Pietrasik, j’ai crée la marque de vêtements unisexe pour enfants Tootsa MacGinty il y a 4 ans. Nous proposons de vêtements de la taille naissance jusqu’à 8 ans et sommes distribués dans 11 pays dans des points de vente tels qu’Harvey Nichols à Hong Kong, Selfridges à London ou Babesta à New York. J’ai grandi à Londres puis me suis installée à 16 ans en Australie peu de temps après le départ de mes parents pour l’Ecosse. 

J’ai depuis vécu aux Etats-Unis et en France. Je suis diplômée en art contemporain et design (Southern Cross University en Australie et Pratt Institute à New York). Après mon diplôme, j’ai passé 12 années très enrichissantes en France. A cette occasion, j’ai travaillé en tant que styliste pour de célèbres marques de sport, de surf et de streetwear telles que Tommy Hilfiger, Roxy / Quiksilver, Henri Lloyd and Le Coq Sportif.

Comment est née votre marque Tootsa MacGinty ?
Après la naissance de mon premier enfant, je suis revenue m’installer en Angleterre et ai été horrifiée par la ségrégation filles/garçons qui régnait dans les rayons des magasins, que ce soit pour les jouets ou les vêtements. En cherchant des vêtements pour ma fille, j’ai été choquée par le nombre limité de couleurs et surtout par les stéréotypes de genre véhiculés : de nombreux produits encourageaient ainsi les petites filles à se préoccuper uniquement de leur apparence alors que l’agressivité était valorisée chez les petits garçons. L’idée de créer une marque de qualité et qui offrirait une alternative est venue de là.










En quoi cette marque est-elle différente ? Quelle est sa philosophie ?
Avant tout, la philosophie de Tootsa MacGinty  est d’offrir aux enfants de jolis vêtements colorés et de qualité. Au cœur de la marque : la volonté de créer une alternative aux stéréotypes en ne séparant pas nos vêtements par genre. Nous utilisons un éventail de couleurs, des imprimés originaux et enfantins qui nous démarquent de la plupart des marques de textile qu’elles soient de niche ou grand public.

Je suis passionnée de design : j’y porte donc une attention toute particulière. Notre but est d’ajouter des détails malins, utiles et funs à des vêtements de qualité. Ca peut être par exemple une marionnette brodée à l’intérieur d’une poche pour que les enfants la découvre. Ou des bandes de tissu brodées sur le côté des jeans pour pouvoir faire des revers plus ou moins grands au fur et à mesure que l’enfant grandit. Cette attention portée aux détails est notre valeur ajoutée.


D’après vous, en quoi les stéréotypes genrés peuvent-ils être nocifs pour les enfants ? Le choix des vêtements est-il important ?
Les enfants ont une imagination débordante et sont fascinés par le monde qui les entoure. Pourquoi limiter leurs choix alors que nous pourrions les encourager à explorer toutes les possibilités qui s’offrent à eux, indépendamment de leur genre ?
Je suis aussi membre fondatrice de la campagne « Let Clothes beClothes ». Sur le site nous affirmons : « Il y a de nombreuses manières d’ « être une fille » ou d’ « être un garçon ». Ces façons d’être ne sont pas définies par une couleur ou par le fait d’être une princesse ou une fée. Jouer avec un train ou aimer les dinosaures ne rend pas les filles « moins filles ». Mettre une robe de princesse ou un t-shirt avec un chaton ne rend pas les garçons « moins garçons ». Les enfants devraient pouvoir choisir leurs propres centres d’intérêt, explorer des couleurs, des thèmes et des idées différentes. Chez Tootsa MacGinty nous n’avons de cesse de proposer des collections de vêtements unisexes.


Beaucoup de parents pensent, à tort, que les petites filles sont naturellement attirées vers le rose, qu’en pensez-vous ?
Avant le 19ème siècle, les couleurs n’étaient absolument pas genrées – pour s’en convaincre il suffit de regarder à travers l’histoire pour voir que les rois portaient du rouge, du violet et du rose, symboles de richesse ! Le bleu et le rose n’étaient d’ailleurs pas des couleurs pensées pour les bébés à l’origine. Il a fallu attendre la 1ère guerre mondiale pour que le rose et le bleu soient genrés. A cette l’époque le rose était considéré comme une couleur masculine. Par exemple, un magazine américain « Earnshaw's Infants' Department » affirmait en 1918 : « Le rose, qui est une couleur plus affirmée et forte, va mieux aux garçons. Le bleu, en revanche, plus délicat et gracieux, va mieux aux filles ». En 1927, le Time magazine publiait un tableau montrant les couleurs les plus appropriées selon les genres d’après les déclarations des magasins américains. Et la plupart affirmaient que le rose était plus approprié pour les garçons. Cela prouve bien, selon moi, qu’il n’y a pas de preuve scientifique de l’attirance innée des filles vers le rose ou des garçons vers le bleu.


Le marketing genré est une invention récente, comment l’expliquez-vous ? Quel intérêt y trouvent les marques ?
La raison est très simple : en genrant leurs produits, les sociétés augmentent leurs bénéfices.
Lego est d’ailleurs un exemple flagrant. En 1960, leur publicité mettait en scène des garçons et des filles jouant avec la même boîte de Lego. Désormais Lego a crée des gammes spécialement destinées aux petites filles (coiffeur, café, école) et d’autres destinées aux garçons (vaisseaux ou châteaux). En affirmant aux enfants « vous êtes différents les uns des autres », les marques incitent les parents à dépenser davantage d’argent en achetant des jouets pour filles et d’autres pour garçons. 
 
D’après quels critères sont crées vos produits ? (matière, motifs, design…)
Tootsa MacGinty est fier de produire des vêtements que les enfants aimeront porter : colorés, confortables et lavables en machine. Sans froufrou ou détails à outrance, ce ne sont pas des versions miniatures de la mode adulte. Nous utilisons des matières de qualité, du 100% coton ou du cashmere que nous prélavons pour qu’ils puissent résister aux enfants !Ils sont conçus pour être beaucoup portés, beaucoup lavés puis donnés à un membre de la famille ou un ami, indépendamment de leur genre.



Ou trouvez-vous l’inspiration pour vos produits ?
Je suis en perpétuelle quête d’inspiration donc le bureau de mon PC est souvent en désordre et j’ai plusieurs boards Pinterest « cachés » où je rassemble ce que je trouve sur internet. Je suis très au fait des tendances. Je suis naturellement la mode et me tiens au courant de tout ce qui touche à l’art, au design et à la musique. Vivre dans un melting pot tel que Londres est une grande source d’inspiration.
Les voyages constituent une grande partie de mon inspiration et je suis souvent influencée par les pays que j’ai visités et où j’ai vécu. Le thème d’une nouvelle collection, par exemple, pourrait très bien tourner autour d’une région ou d’un pays. Je pourrais tirer mon inspiration des tissus locaux, des imprimés et des couleurs. Pour les motifs, je m’inspirerais des animaux ou de la végétation de la région, en les associant au sein d’une palette de couleurs. Pour la collection Printemps/Eté 2015 par exemple, il s’agit de l’Afrique : la collection met en scène les animaux de la savane, les imprimés animaliers et les magnifiques tissus imprimés africains, rappelés dans les détails des vêtements (cols, poignets ou taille).

Quelles sont vos meilleures ventes ?
Nos pulls à motifs en cashmere/laine sont notre signature et sont devenus si populaires que nous avons décidé de produire le modèle « Renard » en édition limitée pour les adultes. Notre best-seller est également un sweat-shirt représentant un ours dont le museau s’ouvre avec un zip, laissant apparaître sa gueule. 


Comment les parents et les enfants ont-ils perçu votre collection ?
Nous recevons beaucoup de retours positifs. Les parents apprécient le fait que MacGinty offre une alternative fun et élégante aux vêtements genrés en proposant des articles innovants, lavables en machine et durables.

Quels sont vos projets pour le futur ?
J’ai noué des liens très forts avec la France après avoir travaillé là-bas de nombreuses années : j’ai donc de nombreux projets avec des artistes et des designers français.
Nous avons déjà travaillé avec une styliste incroyable, Valy Lévy-Debussy, qui a crée pour nous des coussins brodés en tapisserie depuis sa maison de la côte Basque. Nous allons poursuivre cette collaboration tout en élargissant notre offre de linge de maison.

Notre collection automne/hiver 2015 incluera une gamme de t-shirts et de sweat-shirts crées en collaboration avec un talenteux designer graphique « Lucky Left Hand ». Nous allons également lancer une gamme d’espadrilles fabriquées en France.

Notre but ultime est d’offrir une gamme de produits mode et lifestyle non genrés à destination des enfants. Tootsa MacGinty a grandi rapidement et le succès est au rdv au niveau international : preuve, s’il en fallait une, qu’il y a une vraie appétence pour nos produits.

Pour en savoir plus : Site internet de la marque